Bourse & Actions

3 actions bancaires qui constituent de bonnes opportunités pour l’achat de long terme

Cette semaine, certaines des entreprises les plus touchées par la pandémie ont déclaré leurs bénéfices du troisième trimestre. Les investisseurs qui disposent d’un peu de liquidités disponibles attendent les chiffres trimestriels avant de déclencher un achat, car ces rapports offrent un aperçu de l’avenir et permettent de savoir si le pire est passé.

Nous avons analysé les bénéfices de certaines des plus grandes banques américaines afin de comprendre si c’est le bon moment pour tirer profit du fait que leurs actions se négocient près des niveaux les plus bas des dix dernières années.

Les provisions pour pertes sur prêts s’aplatissent

L’un des chiffres les plus importants que les investisseurs regardent lorsqu’ils analysent les bénéfices des banques en période de détresse économique, comme la crise sanitaire mondiale actuelle, est celui de leurs provisions pour pertes sur prêts. Ce chiffre nous indique la part de leurs avances de fonds qui pourrait se retrouver en défaut de paiement lorsque leurs clients, qu’il s’agisse d’emprunteurs individuels ou de grandes entreprises, traversent des difficultés économiques en période de récession.

Les derniers rapports montrent clairement que les pertes sur prêts se stabilisent et que le pire est probablement derrière nous.

JPMorgan Chase & Co (NYSE:), la plus grande banque du pays, n’a mis de côté que 611 millions de dollars pour d’éventuelles futures pertes sur prêts, soit beaucoup moins que prévu et bien moins que les 10,47 milliards de dollars qu’elle a enregistrés au deuxième trimestre. Le bénéfice du prêteur a doublé par rapport au deuxième trimestre.

La Bank of America Corp (NYSE:), la deuxième banque du pays, a également mis de côté un montant beaucoup plus faible pour les provisions. Au troisième trimestre, la Bank of America a mis de côté 1,39 milliard de dollars. Ce montant est bien inférieur à ses provisions antérieures de 5,12 milliards de dollars au deuxième trimestre et de 4,76 milliards de dollars au premier trimestre.

C’est ce qu’a déclaré Brian Moynihan, PDG de la Bank of America, lors d’un appel aux analystes mercredi matin :

“Nous assistons à un retour aux fondamentaux d’une économie sous-jacente généralement saine, mais nous n’y parviendrons pas tant que nous n’aurons pas complètement résolu la crise des soins de santé et ses effets associés.”

Les provisions pour les prêts qui devraient mal tourner été réduites plus que de moitié chez Wells Fargo (NYSE:), l’une des banques les plus performantes. Malgré le ralentissement des provisions, le prêteur a tout de même fait état d’une chute de 56 % de ses bénéfices.

La diversification porte ses fruits

La saison actuelle des bénéfices a clairement montré que les prêteurs qui ont investi massivement pour diversifier leurs activités sont en bien meilleure position pour résister à la tempête. Alors que leurs revenus d’intérêts nets diminuent en raison des taux d’intérêt presque nuls, leurs revenus provenant des activités de banque d’affaires et de banque d’investissement sont en hausse.

Goldman Sachs Group Inc (NYSE:) a surpris les investisseurs hier en déclarant que ses bénéfices du troisième trimestre avaient presque doublé, grâce à ses activités de trading, qui se sont accélérées cette année, les investisseurs s’étant empressés de rééquilibrer leurs portefeuilles en intégrant dans leurs modèles une période prolongée de taux d’intérêt bas et de risque économique accru.

Les revenus de Goldman ont augmenté de 29 % par rapport à l’année dernière, et les frais de souscription d’actions et d’obligations de sociétés ont grimpé de 60 %. Le portefeuille d’investissements de la banque s’est redressé en même temps que le marché boursier. Les revenus des transactions ont augmenté de 30 % chez JPMorgan et de 17 % chez Citigroup Inc (NYSE:).

Graphique GS

Graphique GS

“Les marchés continuent de bénéficier du soutien monétaire et fiscal sans précédent des banques centrales et des gouvernements du monde entier”, a déclaré mercredi le PDG de Goldman, David Solomon.

Malgré ces points positifs, l’intérêt des investisseurs pour la détention d’actions bancaires reste faible. Les actions de JPM et de Bank of America, par exemple, ont baissé de près de 30 % cette année, sous-performant massivement le S&P 500.

Graphique JPM

Graphique JPM

Mais cette faiblesse, à notre avis, offre une bonne occasion aux investisseurs à long terme de commencer à acheter sélectivement des noms plus forts.

Graphique BoA

Graphique BoA

Selon une analyse du Wall Street Journal :

“Contrairement à la crise de 2008, où les banques surendettées ont vacillé et où les clients ont retiré leurs liquidités, les prêteurs d’aujourd’hui semblent en sécurité pour l’instant – signe que les réglementations mises en place après le dernier krach ont rempli leur fonction.”

Leurs ratios de fonds propres, une mesure de solidité étroitement surveillée, sont tous restés stables ou ont augmenté depuis la fin de l’année dernière, ajoute le rapport.

En résumé

Goldman, JPM et BAC sont nos valeurs préférées de ce secteur en raison de la solidité de leur bilan et de la diversification de leur portefeuille. Il est peu probable que leurs actions prennent de l’ampleur à court terme en raison de la pandémie qui continue de faire rage et des élections américaines qui approchent. Mais une fois ces incertitudes levées, nous voyons ces actions regagner le terrain perdu, offrant potentiellement un énorme avantage aux investisseurs à long terme.

Source : investing

Autres articles à lire

Action Vivendi : hausse de recommandation de la part d’HSBC

administrateur

La progression de la pandémie éclipse les chiffres macro aux Etats Unis

administrateur

La hausse des actions fera face à 3 tests clés la semaine prochiane, explications

administrateur

Une chute des indices à vitesse grand V ?

administrateur

Ne vous laissez pas berner par la solidité apprente des résultats du T2

administrateur

NVIDIA ou AMD ? Sur quelle action investir dans le secteur des puces ?

administrateur