Economie

5 facteurs clés qui pourrait indiquer la direction future du pétrole

Au début de la semaine, les prix du et du ont baissé, mais ils se sont redressés depuis.

Depuis juin, les deux indices de référence sont restés dans une fourchette étroite – autour de 40 dollars par baril – tout en oscillant parfois à 5 % au-dessus ou au-dessous, puis se sont stabilisés. Il semble que les deux indices de référence aient été maintenus au niveau de 40 dollars.

Pétrole Hebdo

Y a-t-il des indicateurs qui montrent que le pétrole est sur le point de s’extraire de cette fourchette de quatre mois ? Voici cinq facteurs clés que les opérateurs doivent surveiller cette semaine, la semaine prochaine et à l’avenir.

1. Stimulation économique aux États-Unis

La perspective d’un nouveau plan de relance américain a attiré l’attention des marchés financiers depuis des semaines. Les démocrates et les républicains n’ayant guère avancé vers un accord, le président Donald Trump a déclaré mardi par tweet qu’il avait demandé aux négociateurs d’interrompre les discussions sur un nouvel accord de relance jusqu’après les élections.

La perception est qu’un plan de relance aidera l’économie, mais le potentiel pour qu’il anime la demande de pétrole est en fait assez minime. Même un plan de sauvetage pour l’industrie aérienne ne devrait pas faire augmenter la consommation de carburant des avions, car les gens ont toujours peur de voyager. En raison du blocage lié au coronavirus, les possibilités de loisirs et de divertissement sont limitées et les voyages pour le travail restent restreints.

Le président se dit ouvert à la négociation d’une législation de relance au coup par coup (par opposition à une législation globale), si bien que les marchés boursiers ont retrouvé un certain optimisme mercredi. Néanmoins, les traders de pétrole ne devraient pas compter sur les fonds de relance pour relancer la demande de pétrole.

Les traders doivent faire attention à ne pas supposer que la relance économique entraînera une augmentation de la demande de pétrole.

2. L’ouragan Delta

La tempête s’est légèrement affaiblie en passant au-dessus de la péninsule du Yucatan au Mexique, mais elle devrait se renforcer à l’approche des côtes de la Louisiane. Il est possible que l’ouragan touche terre vendredi dans la même région où se trouvent de nombreuses raffineries de pétrole le long de la côte du Texas et de la Louisiane que celle qui a été touchée par l’ouragan Laura à la fin du mois d’août.

Phillips 66 (NYSE:) a retardé le redémarrage de sa raffinerie de Lake Charles, en Louisiane, en raison de l’ouragan Delta. La raffinerie, qui traite 260 000 bpj de pétrole, était fermée avant l’ouragan Laura et n’a pas encore redémarré en raison des dégâts causés par l’ouragan. Cela ne fait que légèrement baisser la demande de pétrole aux États-Unis.

Les compagnies pétrolières ont commencé à évacuer les plateformes pétrolières offshore et à déplacer les plateformes dynamiques hors de la trajectoire de l’ouragan en début de semaine. Selon le Bureau of Safety and Environmental Enforcement (BSEE), environ 80,5% de la production de pétrole dans le Golfe du Mexique – près de 1,5 million de pb – était déjà hors service mercredi. Les opérateurs devraient s’attendre à ce que ces fermetures se reflètent dans les chiffres de production de l’EIA de la semaine prochaine et peut-être aussi de la semaine suivante, en fonction de la trajectoire et de la gravité de l’ouragan.

3. Les travailleurs pétroliers norvégiens en grève

Les travailleurs en grève ont forcé la fermeture de six des champs pétroliers et gaziers de Norvège car ils exigent des salaires plus élevés. Environ 8 % de la production totale de pétrole du pays – soit 330 000 milliards de livres sterling – est actuellement touchée.

La grève a duré plus longtemps que prévu, et les autorités disent qu'”il n’y a pas de solution en vue”. Bien que nous ne sachions pas quand la grève prendra fin, nous pouvons nous attendre à ce que l’approvisionnement reprenne dès qu’elle sera terminée.

4. Reprise de la production et des exportations libyennes

Le pétrole libyen fait enfin son retour sur le marché après que des troubles civils ont totalement fermé les puits de pétrole et les ports, à partir de janvier 2020. La production a atteint 300 000 bpj cette semaine, compensant ainsi la baisse de l’offre des travailleurs norvégiens en grève.

Cependant, les traders ne doivent pas s’attendre à ce que la production de pétrole libyenne atteigne sa pleine capacité pour l’instant, car la compagnie pétrolière nationale exige que tous les “rebelles” soient retirés des locaux de certains champs avant que la production ne puisse reprendre dans ces endroits. Néanmoins, les exportations ont déjà repris. Un supertanker affrété par Royal Dutch Shell (AS:) devait charger du pétrole depuis un port libyen le 3 octobre.

L’OPEP avait bénéficié de l’interruption de la production pétrolière libyenne, et maintenant la production pétrolière libyenne est un problème auquel l’OPEP devra s’attaquer. Cependant, la production pétrolière libyenne n’apparaîtra pas dans les chiffres de conformité de septembre que le JMMC examinera la semaine prochaine, mais la Libye devrait entrer en jeu lorsque l’OPEP examinera ses données de conformité d’octobre.

5. OPEC+ Drama Brewing ?

L’OPEP et l’OPEP+ tiendront leurs prochaines réunions ministérielles les 30 novembre et 1er décembre. Il est possible que le groupe élargi soit confronté à une désunion croissante de la part des pays non membres de l’OPEP.

En mars dernier, la Russie a refusé d’accepter la réduction souhaitée par l’Arabie Saoudite, ce qui a entraîné une réaction saoudienne et, finalement, une période de prix du pétrole très bas. Aujourd’hui, la dissidence vient du Soudan du Sud, qui dit vouloir renégocier son quota OPEP+.

Ce pays africain ne produisait que 140 000 bpj lorsqu’il a rejoint l’accord OPEP+ en 2016, mais il veut à terme augmenter sa production à 350 000 bpj. Il a surproduit son quota de 46 000 bpj en moyenne entre mai et août.

En règle générale, les petits pays producteurs sont désavantagés au sein de l’OPEP car les grands producteurs ont plus de pouvoir. Le Sud-Soudan n’est pas assez grand ni assez puissant pour faire tomber l’accord dans son ensemble.

L’OPEP+ fera pression sur le pays africain pour qu’il réduise sa production excédentaire de 46 000 bpj et ne soutiendra pas les objectifs du Sud-Soudan visant à augmenter encore sa production. Le Sud-Soudan devra choisir entre rester dans le cartel et ce que ses dirigeants estiment être le mieux pour l’économie et l’industrie pétrolière du pays.

Bien entendu, le Sud-Soudan peut simplement quitter le groupe. Mais il se peut qu’il cherche en fait autre chose qu’une augmentation de la production.

Par exemple, le pays peut rechercher des financements et/ou des compétences auprès d’autres membres du groupe pour l’aider à relancer son industrie pétrolière et à atteindre une production plus élevée dans les années à venir. Si c’est le cas, le Sud-Soudan pourrait chercher à utiliser ses 46 000 bpj de surproduction pour négocier avec les acteurs de l’OPEP+ qui se soucient de la conformité totale pour de futurs bénéfices.

Les traders ne doivent donc pas considérer cette nouvelle comme un signe de difficultés pour l’accord OPEP+. Néanmoins, ils devraient garder un œil sur la situation au cours des deux prochains mois.

Source : investing

Autres articles à lire

Le pétrole est en hausse, le point sur la demande, l’offre et les résultats

administrateur

La chute du Dollar crée un cocktail haussier efficace pour les matières premières

administrateur

Le baril de WTI affiche -45% et vient de “taper” les 10$ sur le NYMEX

administrateur

L’Or pourrait grimper face aux craintes, le pétrole attend des nouvelles de Riyadh

administrateur

L’Or à 1900$ ? Possible en 2020, mais sans doute pas imminent

administrateur

L’intervention télévisée de Larry Kudlow fait grimper le WTI

administrateur