Economie

8 possibles décisions de l’administration Biden qui pourraient impacter le Pétrole

Joe Biden n’a peut-être pris ses fonctions de président des États-Unis qu’hier, mais son administration apporte déjà de grands changements à la politique énergétique du pays.

Dans l’un de ses premiers décrets, signé après l’inauguration, il a révoqué le permis pour le pipeline Keystone XL. TC Energy Corp (TSX:), la société canadienne qui construit le gazoduc, a déclaré qu’elle étudierait ses options mais qu’elle suspendrait tous les travaux sur le gazoduc en attendant. Nous pourrions assister à des manœuvres juridiques ou à des pressions diplomatiques de la part des Canadiens, mais pour l’instant, pas moins de 8 000 personnes aux États-Unis ont perdu leur emploi.

Néanmoins, la révocation du permis pour les pipelines Keystone XL n’aura pas d’impact sérieux et direct sur les prix du .

Pétrole WTI Hebdomadaire

Pétrole WTI Hebdomadaire

Il précise toutefois que les traders de pétrole devront surveiller les actions de l’administration Biden, car d’autres politiques pourraient avoir un impact sur les marchés du pétrole et du gaz.

Voici 8 mesures politiques potentielles que les traders pourraient voir à partir de Washington et l’impact potentiel qu’elles auraient sur le marché.

1. Annuler les nouveaux projets de forage en mer dans les eaux fédérales

Cela aurait peu d’impact immédiat sur l’offre, car les projets de forage en mer peuvent prendre des années pour être mis en place et fonctionner. Le marché ne réagirait probablement pas beaucoup si cela se produisait.

2. Compliquer l’obtention de permis pour le fracturage ou y mettre fin entièrement sur les terres fédérales

Cette décision n’aurait pas d’impact sur les puits déjà forés ou les permis déjà en place, de sorte que l’approvisionnement en pétrole des États-Unis ne changerait pas immédiatement, mais cela nuirait aux perspectives d’avenir.

Cela aurait un impact plus rapide sur l’approvisionnement en pétrole des États-Unis que la fin des permis de forage en mer. Une telle décision aurait presque certainement un impact sur les prix, en particulier sur le WTI, à court terme.

3. Refuser des permis ou racheter des baux pour forer le pétrole dans l’ANWR

Cette mesure est probablement à venir, mais elle ne devrait pas avoir d’impact sur le marché. L’Arctic National Wildlife Refuge (ANWR) n’a été ouvert que récemment pour les permis de forage par l’administration Trump, et la vente aux enchères des baux n’a pas suscité beaucoup d’intérêt.

Seules deux petites entreprises ont acheté des baux de petite taille. Aucune grande compagnie pétrolière ayant les capitaux nécessaires pour mener à bien des projets dans l’Arctique n’a même fait d’offre sur les baux.

Le reste des concessions a été acheté par l’État de l’Alaska, qui peut les conserver pendant 10 ans dans l’espoir que lorsque les conditions politiques et/ou les prix changent, il puisse les vendre à des sociétés qui pourraient être intéressées par la production. Il est très peu probable que nous verrons de toute façon une nouvelle production de pétrole provenant de cette partie de l’Alaska, donc même si l’administration Biden demande au gouvernement fédéral de racheter les concessions de la société de développement de l’État de l’Alaska, cela n’aura pas d’impact sur le marché.

4. Limitations des infrastructures énergétiques aux États-Unis

La mise en place de réglementations limitant les extensions de raffineries, les projets de pipelines ou l’extension ou la modernisation des ports pourrait limiter l’approvisionnement en pétrole brut ainsi que le marché des produits raffinés. Si le gouvernement rend plus difficile le transport, le raffinage ou l’exportation du pétrole brut, les traders doivent s’attendre à voir les stocks de pétrole brut aux États-Unis augmenter jusqu’à ce que les producteurs soient obligés de réduire leur production.

5. Inverser la législation pour permettre l’exportation de pétrole brut

À la toute fin de l’administration Obama, les États-Unis ont mis fin à l’interdiction d’exporter du pétrole brut. Depuis lors, les exportations américaines de pétrole brut sont passées de moins d’un million de bpj à un maximum de 3,4 millions de bpj en octobre 2019. L’arrêt des exportations américaines de pétrole brut aurait un impact majeur sur les prix du pétrole et entraînerait également une augmentation significative de l’écart entre le WTI et le .

Cette évolution est toutefois très peu probable.

6. Limitations des installations d’exportation de GNL

Les exportations américaines de GNL ont connu une croissance significative ces dernières années. En fait, en novembre 2020, les États-Unis ont enregistré des exportations record de GNL.

La croissance des installations de liquéfaction ainsi que des gazoducs pour transporter le vers les installations a contribué à stimuler cette croissance. Si l’administration Biden décide de freiner la croissance de l’une ou l’autre de ces installations ou d’imposer des restrictions sur les endroits où les installations américaines peuvent exporter du gaz naturel, les exportations américaines de GNL en souffriront.

Si les exportations américaines de GNL diminuent alors que la production de gaz naturel reste stable, les prix du gaz naturel baisseront. Avec des prix intérieurs bas et moins de possibilités d’exportation, le gaz associé devient moins précieux. Cela contribue à la rentabilité de la production pétrolière et rend la production pétrolière moins attrayante.

7. Réglementation sur la production de pétrole et de gaz

L’administration Biden va probablement renforcer les réglementations qui régissent le rejet et le torchage du méthane. Elle pourrait également publier de nouvelles réglementations régissant l’utilisation de l’eau et les implications sismiques de la fissuration.

Ce type de réglementation aurait un impact immédiat sur la production actuelle et pourrait réduire la production. Elles auraient probablement un impact immédiat sur les prix.

8. Réglementations environnementales sur les utilisateurs

L’administration Biden va vraisemblablement poursuivre des normes d’émissions plus élevées pour les voitures et autres véhicules aux États-Unis.

L’administration Obama a encouragé les VE par des incitations fiscales, mais l’administration Biden pourrait essayer de mettre en place des réglementations qui pousseraient les consommateurs vers les VE de manière plus agressive. Ce type de politiques pourrait modifier la consommation d’essence aux États-Unis de telle sorte que le prix du pétrole s’en ressentirait.

Source : investing

Autres articles à lire

Le Sucre et le Café profitent de la chute du Dollar, nouveaux gains envisageables

administrateur

L’Or a touché 1800 $, peut-il accélérer rapidement vers 2000$ ?

administrateur

Prévisions Hebdo : L’Or va-t-il accentuer son rallye jusqu’à la cible des 2000$ ?

administrateur

Prévisions Hebdo : Le pétrole pourrait chuter sous 50$ et l’Or rejoindre 1900$

administrateur

Vers un retour rapide de l’Or à 1900$ ?

administrateur

Les Traders américains sont confrontés à une surabondance d’approvisionnement.

administrateur