Placement

A la Bourse d’Abu Dhabi, la mystérieuse flambée du cours d’une société d’investissement

Publié le 8 avr. 2021 à 13:20

Une performance digne des envolées de GameStop . Pourtant, la mystérieuse action ne vient pas des magasins de jeu vidéo aux Etats-Unis mais du désert des Emirats arabes unis. Le titre de la société d’investissement International Holdings Company, cotée à la Bourse d’Abu Dhabi, a pris près de 75 % depuis le 22 mars. Après une hausse ininterrompue de 13 jours d’affilée, le groupe a franchi les 40 milliards de dollars de valorisation et vaut aujourd’hui davantage que la première banque des Emirats.

Difficile pourtant de comprendre cette hausse fulgurante. IHC a certes connu une expansion rapide dans ses principaux secteurs d’activité : la santé, les produits alimentaires, l’immobilier, l’agriculture et les nouvelles technologies. Sous la direction du Sheikh Tahnoon Bin Zayed Al Nahyan, qui en est devenu président il y a environ un an, la société a intensifié ses investissements dans les Emirats, riches en pétrole, mais également à l’étranger. Elle a investi dans des sociétés en forte croissance, comme Tesla ou encore la société britannique de séquençage de l’ADN Oxford Nanopore technologies, ainsi que dans l’américain Yieldmo, spécialiste du marketing numérique Yieldmo.

« Pas une entreprise comme les autres »

« IHC n’est pas une entreprise comme les autres », explique à Bloomberg Vijay Valecha, responsable des investissements chez Century Financial, une société de conseil basée à Dubaï. Pour lui, « tout faux pas de la direction peut être coûteux ». Il décrit la stratégie d’IHC comme audacieuse, voire déconcertante et ne recommande le titre qu’à ceux qui ont le goût du risque. Les chiffres sont pourtant bien là. L’entreprise disposait de 3,8 milliards de dollars d’actifs à la fin de l’année dernière, soit environ quatre fois plus qu’un an auparavant. Et ses bénéfices ont augmenté de 159 % pour atteindre 821 millions de dollars en 2020.

De belles performances. Mais les actions du groupe, à l’exception d’une très faible part, restent aux mains d’Emiratis. Aucun analyste ne couvre l’entreprise et peu d’observateurs savent ce qui se cache derrière la flambée de l’action. Même la société n’a pas d’explication. « Je ne peux pas dire grand-chose », a déclaré Syed Basar Shueb, directeur général d’IHC, ajoutant que la société s’en tient à sa stratégie d’acquisition. « Sur une base mensuelle, nous avons deux, trois ou peut-être quatre transactions », et d’autres sont en cours de négociation en ce moment, précise-t-il.

En hausse de 30 % depuis le début de la semaine

La société a fait des présentations aux investisseurs à son siège d’Abu Dhabi et des conversations ont eu lieu avec « quelques » maisons de courtage qui pourraient commencer à couvrir IHC dès ce trimestre, a déclaré Shueb. Aujourd’hui, il ne faut certes pas grand-chose pour faire bouger le titre. Les volumes quotidiens moyens cette année équivalent à environ 0,2 % des actions en circulation de la société. Mais de là à faire gagner plus de 30 % au titre depuis le début de la semaine, et près de 110 % depuis le début de l’année… Le mystère reste entier.

Source : les echos

Autres articles à lire

Crédit immobilier : légère baisse des taux en août

administrateur

Les prix des denrées alimentaires au plus haut depuis dix ans

administrateur

Gregory Daco : « Le risque d’une surchauffe non contrôlable de l’économie américaine est minime. »

administrateur

Crédit à la consommation : premiers signaux de fragilité aux Etats-Unis

administrateur

Rothschild & Co reste ouvert à des acquisitions

administrateur

L’assureur MMA victime d’une cyberattaque depuis dix jours

administrateur