• Home
  • Economie
  • A Paris, le prix de la l’immobilier grimpe encore
Economie

A Paris, le prix de la l’immobilier grimpe encore

À plus de 9000 € le mètre carré en moyenne, les prix de l’immobilier parisien ont battu des records en 2017. Et ce n’est pas fini : la pénurie de biens à vendre, et le retour des investisseurs étrangers dans la capitale, ont encore tiré les prix à la hausse au premier trimestre. Tour d’horizon des prix par arrondissement.

Immobilier: en régions, avis de pénurie dans les grandes villes

Paris Ier, IIe, IIIe, IVe: une demande en surchauffe

Le marché de l’hypercentre parisien s’est emballé à la mi-2017 et, depuis, la demande continue d’augmenter. Pourtant, les quatre arrondissements affichent des tarifs supérieurs à 10.000 €/m2. D’après les notaires, à la fin 2017, les prix moyens étaient de 11.510 €/m2 (Ier), 10.670 €/m2 (IIe), 11.100 €/m2 (IIIe) et 11.600 €/m2 (IVe). Dans ce cœur de la capitale, les différences de prix ont tendance à se gommer. «Un bien de qualité dans une copropriété en bon état se vend à des tarifs très proches dans les arrondissements centraux, quelle que soit sa localisation», affirme Nathalie Naccache, directrice des agences Century 21 Fortis Immo du centre de Paris. Aujourd’hui,
il faut compter environ 12.000 €/m2 aux Halles, dans le Sentier ou à Arts-et-Métiers et plutôt entre 10.000 et 13.000€/m2 aux Tuileries, à Montorgeuil, dans le Haut-Marais et à Saint-Paul. Autre tendance notable, la dégressivité des tarifs entre petites et grandes surfaces n’existe quasiment plus. «La demande d’appartements au-delà du 3-pièces est tellement forte que les 10.000 €/m2 sont quasiment toujours atteints», précise Nathalie Naccache.

Sur les trois premiers mois de 2018, la demande reste forte, mais les acheteurs sont plus anxieux

Pour le marché haut de gamme, la demande s’affole pour les 4-pièces et plus. «La demande est aussi soutenue pour les beaux pied-à-terre dans un quartier historique», confie Caroline Baudry, directrice adjointe de Barnes Le Marais. Devant le peu d’offres, les transactions se réalisent en une journée. Sur les six derniers mois, les prix grimpent: ils oscillent aujourd’hui entre 12.000 et 15.000 €/m2 pour un logement de grande qualité. Mais le marché connaît aussi quelques pics, notamment «pour les biens d’exception en parfait état, avec du cachet et doté d’une terrasse ou d’un jardin, qui connaissent une demande en surchauffe», souligne Emmanuel de Poulpiquet, directeur de Féau Marais.

Enfin, dans ces arrondissements, quelques très belles adresses se négocient à des prix exceptionnels. C’est le cas, notamment, de la rue Saint-Honoré, de la place des Victoires, de la place des Vosges ou des îles de la Cité et Saint-Louis. Dans ces lieux caractéristiques du vieux Paris, les ventes se comptent sur les doigts d’une main à des tarifs qui oscillent entre 20.000 et 25.000€/m2, voire plus comme cet appartement avec pleine vue sur la place des Vosges vendu 31.000 €/m2 au début de l’année. Sur les trois premiers mois de 2018, la demande reste forte, mais les acheteurs sont plus anxieux et hésitent à concrétiser leur offre si le logement n’est pas sans défaut. D’ici à l’été, une stabilisation du prix des appartements de moindre qualité est donc probable et ceux sans défaut devraient voir leurs tarifs continuer de grimper, mais à un rythme moindre.

 

Source : le figaro

Related posts

La hausse des taux se paye le luxe d’un conflit pour passer inaperçue

administrateur

Immobilier en régions, avis de pénurie dans les grandes villes

administrateur

BPCE présente des résultats stables avant de changer de dirigeant

administrateur

Leave a Comment

Login

X

Register