Placement

Allfunds se valorise 7 milliards d’euros pour son entrée en Bourse

Publié le 17 avr. 2021 à 8:33Mis à jour le 17 avr. 2021 à 8:34

Quatre ans après son rachat par deux fonds d’investissement pour 1,8 milliard d’euros, Allfunds s’apprête à entrer en Bourse avec une valorisation quatre fois supérieure. Le grossiste espagnol , numéro un européen de la distribution de produits d’investissement, a fixé vendredi son prix d’introduction entre 10,5 et 12 euros par action. D’ici au 23 avril, il compte placer sur la Bourse d’Amsterdam jusqu’à 26 % de son capital, ce qui le valoriserait entre 6,6 et 7,6 milliards d’euros, précise le prospectus de l’opération.

Son introduction en Bourse sera la plus importante pour une société espagnole, depuis celle de la société d’infrastructures télécoms Cellnex , en 2015. Dans la fourchette haute, la capitalisation boursière d’Allfunds pourrait atteindre un niveau équivalent à celle de DWS, le gestionnaire d’actifs de Deutsche Bank , mais deux fois inférieure à celle d’Amundi, le premier gestionnaire d’actifs européen .

100.000 fonds référencés

Allfunds n’est pourtant pas un établissement financier, mais un intermédiaire qui assure la tuyauterie entre 2.000 sociétés de gestion et 1.500 banques, assureurs et autres distributeurs, qui achètent des fonds pour leurs clients finaux. Après son expansion à marche forcée des dernières années, la société madrilène affiche un catalogue de 100.000 fonds et 1.200 milliards d’euros d’actifs intermédiés. C’est près de quatre fois plus que les encours du numéro deux du marché européen, le franco-suédois Mfex dont Euroclear a annoncé le rachat fin mars.

L’IPO d’Allfunds ne va pas servir à lever de nouveaux fonds. Elle permettra aux actionnaires de monétiser une partie de leur investissement, en vendant jusqu’à 1,96 milliard d’euros de titres. Le fonds de private equity Hellman & Friedman et le fonds souverain singapourien GIC, aujourd’hui majoritaires, vont s’alléger au capital. Tout comme BNP Paribas (actionnaire à 22,5 %) et Credit Suisse (13,9 %). Les deux banques sont entrées dans le tour de table en 2019 en échange de l’apport d’infrastructures et d’accords de distribution. L’ensemble des parties prenantes se laisse la possibilité de vendre 15 % de titres supplémentaires, en fonction de la demande des investisseurs.

Leur offre a déjà attiré plusieurs grands gestionnaires d’actifs anglo-saxons, qui se sont engagés à acheter 850 millions d’euros de titres. Il s’agit des américains BlackRock et Lazard Asset Mangement, des britanniques Jupiter et Janus Henderson et du canadien Mawer Investment Management.

70 % de marge financière

Pour attirer les investisseurs, Allfunds met en avant sa forte croissance et sa profitabilité. Ses revenus ont augmenté de 12 % par an depuis 2016, en dehors de ses opérations de croissance externe, et sa marge sur Ebitda a atteint 70 % en 2020. Allfunds a totalisé 370 millions d’euros de revenus l’an dernier, pour un résultat net de 169 millions d’euros.

Pour son introduction en Bourse, la société a mandaté BNP Paribas, Citigroup, Credit Suisse et Morgan Stanley, et recourt aux conseils de Rothschild.

Source : les echos

Autres articles à lire

Le Trésor américain sanctionne une filiale du Crédit Agricole

administrateur

Trading : le New Jersey attise la rivalité entre New York et Chicago

administrateur

Les marchés émergents retrouvent les faveurs des investisseurs

administrateur

Dividendes bancaires : le FMI resserre la vis

administrateur

Crédit immobilier : la remontée des taux se confirme

administrateur

Le forum WallStreetBets pèse aussi sur les petites valeurs américaines

administrateur