Placement

Amundi accuse le coup du coronavirus

Publié le 31 juil. 2020 à 9h02

Amundi ne s’est pas encore entièrement remis du choc du coronavirus. Le premier gérant français et européen affichait 1.597 milliards d’euros d’encours à la fin juin, un rebond de 4 % sur le trimestre lié en grande partie à la bonne performance des marchés financiers sur la période. Le groupe a en revanche enregistré une décollecte nette de 800 millions sur les trois derniers mois, et de 4 milliards d’euros au total depuis le début de l’année. Son résultat net accuse une baisse de près de 14 % sur un an au premier semestre, à 414 millions d’euros. En ce qui concerne le dividende, suspendu au premier semestre suite à la recommandation de la Banque centrale européenne aux groupes bancaires, le gérant a indiqué qu’il suivrait la décision de sa maison mère, le Crédit Agricole.

La chute des marchés et leur lente remontée, du moins en Europe, s’est répercutée sur les résultats du gestionnaire d’actif. « La baisse de 15 % en moyenne des marchés sur la période a eu impact immédiat d’environ 30 millions d’euros sur nos revenus de gestion », a souligné Nicolas Calcoen, le directeur financier du groupe, lors de la présentation des résultats. De quoi expliquer une part importante de la chute du résultat. D’autant que le groupe a en parallèle réalisé des efforts sur ses coûts, notamment grâce à « l’ajustement des rémunérations variables en lien avec l’évolution des résultats et à de moindres dépenses de voyages et publicité, compte tenu du contexte de Covid-19 ».

Les ETF ont la cote

Du côté de la collecte, la gestion indicielle et smart bêta tire son épingle du jeu, avec plus de 5,5 milliards d’euros engrangés sur le deuxième trimestre. Le fonds indiciel coté (ETF) suivant l’or physique d’Amundi, lancé en 2019, a bénéficié à plein de l’engouement pour le métal jaune , avec une collecte de plus de 2 milliards depuis le début de l’année, selon les données ETFGI, ce qui en fait l’un des produits indiciels les plus populaires de l’année en Europe. Autre succès pour Amundi, sa coentreprise en Inde avec SBI continue de collecter à un rythme important (+5,8 milliards au deuxième trimestre). La décollecte se concentre principalement sur les produits de trésorerie, avec des sorties de 4,3 milliards entre mars et juin, et de 10 milliards d’euros sur le semestre.

Amundi a par ailleurs annoncé le renouvellement de son contrat de distribution avec la Société Générale, un atout considérable pour le gestionnaire d’actif qui lui confère un accès privilégié aux réseaux de banque de détail du groupe bancaire en France et à l’étranger. Il a négocié une plus grande ouverture de son architecture de distribution, « au niveau des accords qu’on a à l’international », a précisé son directeur général Yves Perrier, donnant un ordre de grandeur de 25 à 33 %, principalement sur la clientèle haut de gamme. Il continuera en outre à gérer seul le mandat de la Sogécap. Avec celui géré pour le compte de l’assureur du Crédit Agricole, ils représentent encore plus du quart de ses encours.

Source : les echos

Autres articles à lire

Washington accélère ses investissements dans les métaux rares

administrateur

En avril, la collecte du Livret A a atteint un record en dix ans

administrateur

Les Français ont déposé 20 milliards d’euros sur leurs livrets et comptes courants en mars

administrateur

Vendeurs à découvert : questions-réponses sur les mal aimés des marchés financiers

administrateur

Les fonds de dette révèlent leurs limites face au choc de trésorerie du Covid-19

administrateur

Crise du pétrole : récit d’un chaos inédit

administrateur