Economie

Après 6 semaines de hausse, le Cuivre va-t-il pousser jusqu’au seuil clé de 3$ ?

Il s’est envolé plus longtemps que la plupart des gens ne le pensaient, ce qui a amené presque tout le monde à se demander : le atteindra-t-il cette fois-ci le seuil clé de 3 dollars par livre ?

Il est probable que très peu de gens répondront oui. Et c’est compréhensible, étant donné que le premier métal industriel du monde a déçu ceux qui y croyaient dans le passé.

La dernière fois que les contrats à terme sur le cuivre du COMEX se sont négociés à 3 dollars ou plus, c’était il y a exactement deux ans.

Ce n’est pas si loin, mais suffisamment pour tromper tous ceux qui ont parié à plusieurs reprises sur le potentiel de croissance des infrastructures d’une économie mondiale beaucoup plus forte avant l’apparition de la pandémie de coronavirus.

Ironiquement, c’est le COVID-19 qui est à l’origine de l’actuel rallye du cuivre, car l’augmentation du nombre de cas de ce virus au Chili – le plus grand producteur mondial – affecte la production.

futures Cuivre

Rallye du cuivre face aux malheurs du Chili

Étant donné que le Chili représente plus d’un quart de l’offre mondiale de cuivre, les interruptions d’exploitation minière peuvent ébranler les projections mondiales, a observé Bloomberg dans une analyse qui cite les perturbations comme l’une des principales raisons des prix élevés d’aujourd’hui. Mais au-delà d’un certain point, la production serrée de cuivre ralentit l’expansion des infrastructures, ce qui pèse sur le potentiel de croissance

“Vous ne pouvez pas le faire éternellement – peut-être quelques trimestres”, a déclaré Andrew Cosgrove, analyste principal de Bloomberg Intelligence, en référence à la situation chilienne. “Par la suite, cela commence à avoir un impact négatif sur votre profil de production”, a-t-il ajouté.

Le contrat de référence COMEX de juillet s’est négocié non loin du plus haut niveau sur 8 mois de 2,70 dollars mercredi, après que le groupe BHP (NYSE:BHP) ait annoncé des protocoles sanitaires plus stricts suite à une épidémie de COVID-19 dans sa mine d’Escondida – la plus grande du monde – qui a atteint 150 cas.

En début de semaine, le mineur chilien Codelco a annoncé des mesures de sécurité plus strictes et a suspendu certains projets de construction après le décès de deux travailleurs à cause du COVID-19. Le gouvernement chilien a également imposé des mesures de verrouillage pour la région d’Antofagasta (LON:), où l’exploitation minière est intensive, à partir de mardi.

En dépit de ces perturbations, les gains réalisés dans le secteur du cuivre ce mois-ci ont été plafonnés par l’inquiétude suscitée par une nouvelle vague de coronavirus aux États-Unis, qui pourrait compromettre la reprise de la plus grande économie du monde alors qu’elle lutte pour sortir d’un verrouillage généralisé.

Le rallye du cuivre peut se poursuivre, mais la cible des 3 dollars pourrait rester insaisissable

Ainsi, le rallye du cuivre pourrait se poursuivre comme nous l’avons soutenu la semaine dernière. Mais le seuil de 3 dollars la livre pourrait rester un objectif insaisissable, même pour le plus ardent des optimistes sur le cuivre.

Les contrats à terme COMEX ont augmenté pendant six semaines consécutives, marquant un gain de 13% pendant cette période. Jusqu’à présent, en juin, le prix affiche une hausse de 18 %, fixé pour son troisième mois d’augmentation, alors que depuis le début de l’année, le cuivre est toujours en baisse de 6 %.

Bien que les outils techniques Investing.com fournissent des signaux d’achat, les indicateurs de son potentiel de hausse ne sont pas très bons. Le contrat de référence du cuivre a oscillé mercredi à 2,66 dollars la livre, et les graphiques suggèrent une hausse maximale limitée à 2,74 dollars.

Les fondamentaux du cuivre – l’épine dorsale des secteurs de l’électricité, de l’électronique et de la construction – sont prometteurs. L’offre est serrée et la demande est très universelle, tant dans les économies développées que dans les économies émergentes.

Comme nous l’avons dit précédemment, dans un monde parfait, quiconque étudie suffisamment bien le cuivre pourrait, en théorie, avoir un aperçu d’un éventuel futur boom ou récession. Les liens étroits du cuivre avec la santé de l’économie mondiale lui ont valu le surnom de “Dr. Copper”. Pourtant, même avant l’apparition du coronavirus, le monde n’était pas parfait et la pandémie a maintenant redéfini presque tout ce que nous savions de la normalité auparavant.

Le COVID-19 fait tout oublier – encore une fois

Le cuivre, par conséquent, a évolué dans son propre univers, se redressant lorsque l’économie mondiale s’est effondrée. Ce métal doit une grande partie de son essor aux perturbations de la production causées par les fermetures de mines et autres perturbations de l’approvisionnement.

Au moins 22 des 50 États américains ont signalé une augmentation des cas de COVID-19 après la réouverture de leur économie au cours des deux derniers mois. En Arizona, un point chaud particulier, les infections ont augmenté de 54 % en une semaine. En effet, plus de 122 000 Américains sont morts de la maladie et 2,4 millions d’autres ont été infectés. Un nouveau modèle de l’Université de Washington prévoit 200 000 décès dus au COVID-19 aux États-Unis d’ici le 1er octobre.

Anthony Fauci, directeur de l’Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses et membre du groupe de travail de la Maison Blanche sur le coronavirus, a déclaré mardi lors d’une audition au Congrès :

“Nous étions passés de 30 000 cas par jour à 25 000 et 20 000 … et maintenant nous augmentons avec 30 000 nouvelles infections, et cela me gêne beaucoup.”

Dans le monde entier, d’autres pays ont enregistré une recrudescence des décès et des infections. L’Inde a fait état de 14 933 nouveaux cas confirmés et de 312 décès, selon les données du ministère de la santé. Le nombre total d’infections dépasse désormais 440 000, avec plus de 14 000 décès.

Les autorités sanitaires ont déclaré que la région métropolitaine de Séoul connaissait une deuxième vague d’infections. La Corée du Sud a ajouté 46 nouveaux cas, ce qui porte le total du pays à 12 484. Trente de ces nouveaux cas ont été importés et 16 étaient liés à un navire sous pavillon russe avec 21 membres d’équipage qui est à quai à Busan depuis dimanche.

La Nouvelle-Zélande a déclaré qu’elle commencerait à tester les agents de contrôle aux frontières et les équipages asymptomatiques alors que des milliers de citoyens reviennent des points chauds de la planète. Le nombre de personnes revenant au pays depuis l’étranger a doublé depuis le mois dernier, avec quelque 4 200 personnes en quarantaine à proximité des limites des installations gouvernementales.

Mais tous ne sont pas inquiets des perspectives du cuivre.

Goldman Sachs (NYSE:) a relevé ses prévisions de prix à trois, six et douze mois pour le cuivre négocié à la Bourse des métaux de Londres, passant de 4 400 à 6 650 dollars par tonne à 6 500 à 6 000 dollars par tonne, en citant comme catalyseur la reprise économique en Chine, principal acheteur. Les contrats à terme de cuivre à trois mois du LME se négocient actuellement autour de 5 900 dollars la tonne.

Les importations chinoises de cuivre brut se sont élevées à 436 030 tonnes en mai. Cela représente une baisse de 5,5 % par rapport à avril, mais une hausse de 20,8 % par rapport au même mois de l’année dernière.

Les stocks de cuivre dans les entrepôts surveillés par le Shanghai Futures Exchange sont tombés à 109 696 tonnes, leur niveau le plus bas depuis 17 mois, contre plus de 380 000 tonnes en mars.

Timothy Wood-Dow, analyste à la BMO, note ces points positifs :

“Le sentiment s’est amélioré. La demande chinoise de cuivre est forte, nous le constatons par les importations et la baisse des stocks”.

“Pour des prix plus élevés, nous avons besoin de la concurrence pour obtenir du cuivre, et cela viendrait de la reprise en Occident.”

Mais avec une deuxième vague de COVID-19 apparemment imminente, cette reprise reste incertaine.

Source : investing

Autres articles à lire

Ne faites pas confiance aux prévisions de demande de pétrole, surtout en ce moment

administrateur

Les émeutes aux USA pourraient peser sur le pétrole et soutenir l’Or cette semaine

administrateur

Le pétrole est menacé par la 2ème vague de covid-19 tandis que l’or conserve 1700$

administrateur

Le pétrole donne le la !

administrateur

Que nous dit le ratio Argent / Or à propos des perspectives des métaux précieux ?

administrateur

L’Or bientôt à 1800$ ? Tout dépendra de la fin du confinement

administrateur