Placement

Ariane de Rothschild reprend le flambeau après le décès de son époux Benjamin

Publié le 17 janv. 2021 à 15:39Mis à jour le 17 janv. 2021 à 16:23

La baronne Ariane de Rothschild présidera seule aux destinées de la galaxie de gestion de fortune Edmond de Rothschild. Benjamin, son époux et héritier du fondateur de la banque franco-suisse Edmond de Rothschild, branche la plus fortunée du nom, est décédé vendredi à l’âge de 57 ans, a annoncé ce samedi sa famille. Sa disparition est survenue « à la suite d’une crise cardiaque au domicile familial de Pregny (Suisse), dans l’après-midi du 15 janvier », indique-t-elle dans un communiqué.

Son épouse et mère de quatre filles supervisait au plus près depuis cinq ans déjà ce joyau de la banque privée de 173 milliards de francs suisses d’actifs sous gestion (160 milliards d’euros), et 32 implantations à travers le monde. Une prise de commande inédite alors pour une femme au sein de la dynastie Rothschild. En sus de la présidence de l’établissement financier, « Ariane de Rothschild sera aussi présidente du conseil d’administration de la holding faîtière du groupe bancaire (Edmond de Rothschild Holding S.A) à la suite de son époux », annonce la banque. « La gouvernance du groupe est solide, ajoute l’établissement. Il n’y a pas d’impact sur la stratégie poursuivie par la banque ».

« Concordia, Integritas Industria »

C’est Ariane de Rothschild qui avait impulsé au sein du groupe Edmond de Rothschild une profonde révolution interne, cassant les baronnies et insufflant du sang neuf à la tête des divisions et fonctions clés. Elle en avait simplifié les structures, sortant l’empire de la Bourse en 2019. La partie française de la banque est passée sous l’ombrelle de la Suisse, mais elle en avait confié la direction générale à Vincent Taupin depuis Paris. C’est elle aussi qui lui a fait traverser sans ciller la crise du scandale malaisien 1MDB et le contentieux de la Fondation Césarée financée par les Rothschild en Israël.

Mais c’est surtout elle, ex tradeuse à la Société Générale à New York, salvadorienne de naissance et simple dépositaire par alliance du patronyme Rothschild, qui avait osé ouvrir un front avec la puissante branche cousine des David de Rothschild sur l’emploi même du nom par les deux maisons. Un différent porté jusque devant la justice, au tribunal de Grande instance de Paris.

Renouant avec la devise familiale, « Concordia, Integritas Industria » (concorde, intégrité, énergie), les deux branches avaient fini par trouver un plein accord à l’été 2018 non seulement sur le patronyme (Edmond de Rothschild et Rothschild & Co et interdiction de l’emploi du nom seul), mais aussi sur leurs participations croisées, entièrement dénouées.

Relations inchangées avec Rothschild & Co

Interrogée sur une évolution ultérieure des relations entre les deux familles, la banque Edmond de Rothschild répond qu’« il n’y a plus de lien capitalistique entre les deux entités depuis le retrait de la cote intervenu en 2019, et donc pas de conséquences sur leur gouvernance respective »« Les questions liées à l’utilisation du nom appartiennent au passé depuis l’accord trouvé en 2018 », ajoute l’établissement bancaire. Sollicité à la suite à la disparition du Baron Benjamin, le groupe Rothschild & Co n’a pas fait de son commentaire.

Créé en 1953, le genevois Edmond de Rothschild n’a cessé de se développer depuis dans la banque privée, la gestion d’actifs, l’immobilier et le capital-investissement au travers de stratégies plutôt audacieuses, comme la dépollution de sites industriels ou l’Afrique. A la manoeuvre, Ariane de Rothschild aurait pu souhaiter prendre du champ pour se consacrer encore davantage aux fondations, et aux multiples actifs du groupe. Mais elle l’incarnera plus que jamais.

Source : les echos

Autres articles à lire

Près de 60 % des acquisitions étrangères sous le contrôle des Etats

administrateur

Aux Etats-Unis, la féminisation des directions passe par de nouveaux rôles

administrateur

« La crise a été l’occasion de tester la répartition des rôles entre le conseil d’administration et la direction »

administrateur

En pleine crise, les assureurs français investissent dans les entreprises tricolores

administrateur

Wendel réduit encore un peu plus la voilure

administrateur

Carrefour met fin à son offre de banque mobile C-Zam

administrateur