Placement

Arkéa : nouvelles crispations avec l’organe central du groupe Crédit Mutuel

Publié le 15 janv. 2021 à 6:25

Les crispations reprennent au sein du groupe Crédit Mutuel. Crédit Mutuel Arkéa (CMA), le groupe mutualiste breton basé au Relecq-Kerhuon, près de Brest, a demandé jeudi le retrait d’une proposition de décision réglementaire émanant de la Confédération nationale du Crédit Mutuel (CNCM), l’organe central du groupe qu’il souhaite quitter .

Selon CMA, parmi d’autres dispositions, ce texte le contraindrait à ne plus pouvoir utiliser l’appellation « Arkéa » sans lui adjoindre le terme « Crédit Mutuel ». Par ailleurs, Arkéa devrait « conditionner les opérations significatives de croissance externe » à l’autorisation de l’organe central, rapporte CMA.

« Il s’agit d’une décision à caractère général, mais nous y voyons un caractère particulier, car chacune de ces mesures touche à notre identité », estime Cédric Malengreau, directeur du secrétariat général chez Arkéa.

« Un conseil d’administration exceptionnel du Crédit Mutuel Arkéa s’est tenu ce jour et demande à l’unanimité le retrait de ce projet », écrit le groupe dans son communiqué publié jeudi soir. Faute de quoi, la direction générale aurait mandat pour « prendre toutes les mesures qui assureront la protection des intérêts du groupe ».

« Le Crédit Mutuel Arkéa fait partie depuis toujours du groupe Crédit Mutuel, dont l’unicité a été confirmée en justice. L’utilisation de cette dénomination est donc logique dans le nom du groupe régional », a déclaré le porte-parole de la CNCM.

« Assurer la protection des intérêts du groupe »

Selon Arkéa, le projet de réglementation doit être validé le 25 janvier et conduirait à « interdire l’utilisation seule de la dénomination « Arkéa » ou « groupe Arkéa » avec des effets pour les activités commerciales, la communication institutionnelle ou le sponsoring.

Selon un bon connaisseur du sujet, la proposition de l’organe central n’affecterait toutefois pas les filiales de Crédit Mutuel Arkéa, et pas forcément l’ensemble du sponsoring d’Arkéa. La dénomination Arkéa figure notamment sur une salle de spectacle dans l’agglomération de Bordeaux (Arkéa Arena) et sur une équipe de cyclisme (Arkéa-Samsic).

L’an dernier, tout en rejetant par ailleurs une demande de la Confédération, le tribunal administratif de Rennes avait convenu que « les caisses de Crédit Mutuel n’ont pas le droit de proposer des services bancaires et financiers sans utiliser les termes ‘Crédit Mutuel’ ».

Cet épisode s’inscrit plus largement dans la volonté d’Arkéa de se séparer du groupe Crédit Mutuel, quitte à abandonner la marque « Crédit Mutuel ». Ce projet, dont Arkéa reconnaît qu’il a été « mis sur pause » par les superviseurs bancaires, n’est désormais plus annoncé avant 2024.

Dans le même temps, d’autres parties du groupe Crédit Mutuel devraient, sauf surprise, se rapprocher. Les caisses locales du Crédit Mutuel Nord Europe doivent se prononcer vendredi sur l’opportunité de rejoindre Crédit Mutuel Alliance Fédérale , qui réunit déjà 13 des 19 fédérations composant le groupe.

Source : les echos

Autres articles à lire

Crédit immobilier : les emprunteurs rarement protégés contre la perte d’emploi

administrateur

Guerre commerciale : la Chine suspend les achats de soja américain

administrateur

Assurance-vie: CNP maintient le cap sur les contrats plus risqués

administrateur

Le charbon a encore de beaux jours devant lui

administrateur

Les spéculateurs du bitcoin et cryptos dans la tempête du coronavirus

administrateur

Commerzbank se dote d’un nouveau patron

administrateur