Placement

Au Danemark, les banques prêtes à taxer les dépôts à partir de 13.000 euros

Publié le 28 avr. 2021 à 15:34

La taxation des dépôts bancaires est de moins en moins taboue, du moins au Danemark. Danske Bank a annoncé mardi vouloir appliquer des taux négatifs à tous ses clients qui possèdent au moins 100.000 couronnes sur leur compte, soit près de 13.500 euros.

Jusqu’à présent le seuil de taxation des dépôts s’élevait à 250.000 couronnes. Il avait été revu à la baisse au 1er janvier dernier. Le nouveau seuil entrera en vigueur le 1er juillet 2021 et les taux appliqués pourront évoluer entre 0,6 % (pour les particuliers) et 1 % (pour certaines entreprises).

Le principal groupe bancaire danois répercute ainsi à ses clients la politique de taux négatifs qui affecte les marges des acteurs financiers depuis des années. La banque centrale danoise fut la première institution en Europe, dès 2012, à appliquer des taux inférieurs à zéro.

« Ligne rouge »

Elle a depuis été imitée par ses pairs, et notamment la Banque centrale européenne (- 0,5 % depuis 2019), poussant certains établissements à facturer une partie de leur clientèle en retour. Avec les taux négatifs, les dépôts des clients et des épargnants représentent en effet un coût pour les banques.

La pandémie de Covid et les nombreuses restrictions de déplacement et d’activité qui y sont liées ont encore amplifié le phénomène, faisant gonfler les dépôts un peu partout en Europe.

« Nous subissons la situation depuis longtemps maintenant, et ce n’est pas près de changer. Dans le même temps, nous constatons une hausse significative des dépôts, qui représente un coût considérable pour la banque, a expliqué Danske dans un communiqué. Ce n’est pas soutenable sur le long terme ».

La décision de la banque a fait vivement réagir le gouvernement à Copenhague, déjà irrité par les scandales à répétition qui agitent le secteur financier depuis plusieurs années. « Une ligne rouge a été franchie sur les taux négatifs. Il faut que cela cesse maintenant », a déclaré le ministre du commerce, Simon Kollerup, inquiet des conséquences pour les consommateurs. Il a invité les banques du royaume à venir s’expliquer sur leur politique tarifaire.

Même mouvement outre-Rhin

Les établissements danois ne sont pas les seuls à vouloir généraliser la taxation des dépôts. En Allemagne, la Hamburger Sparkasse (Haspa), la plus grande Caisse d’Epargne du pays, a décidé de diviser par dix le seuil d’exemption, pour le ramener à 50.000 euros pour tous ses clients. Le taux appliqué sera de 0,5 %.

La Haspa dit ainsi vouloir répondre à la concurrence, qui taxe de plus en plus les dépôts, ce qui a amené beaucoup d’épargnants, clients dans d’autres banques, à déposer leur argent à la Caisse de Hambourg, et donc à peser sur ses comptes. De son côté, Commerzbank veut taxer les dépôts de ses nouveaux clients à partir de 50.000 euros à partir du mois d’août.

Jusqu’à présent, cette politique était plutôt réservée à la clientèle très fortunée des banques. Les premières à appliquer des taux négatifs furent d’ailleurs des banques privées, comme Credit Suisse et UBS . L’italien UniCredit avait toutefois surpris le secteur l’an dernier en décidant de facturer les clients dont les dépôts étaient supérieurs à 100.000 euros .

La France demeure pour l’instant épargnée par le phénomène, à l’exception de certaines banques privées. Les autorités financières veillent au grain. Fin 2019, le gouverneur de la Banque de France avait rappelé son opposition à de telles pratiques.

Source : les echos

Autres articles à lire

Euronext a levé 3,6 milliards d’euros sur les marchés pour racheter Borsa Italiana

administrateur

Amazon, Berkshire et JPMorgan mettent fin à Haven, leur projet commun dans la santé

administrateur

Airbnb refuse les avances d’un hedge fund activiste

administrateur

Assurance : les entreprises se préparent à de fortes hausses de prix

administrateur

Les matières premières à l’aube d’un super-cycle

administrateur

Comment les assureurs-vie veulent changer les habitudes des épargnants

administrateur