Placement

Avec le Covid, Warren Buffett mise sur les labos pharmaceutiques

Publié le 17 nov. 2020 à 10:16

L’« oracle d’Omaha » était resté en retrait depuis le début de la crise sanitaire. Warren Buffet est finalement sorti de son immobilisme pour faire d’importants paris dans le secteur de la santé. Son conglomérat Berkshire Hathaway a acheté pour 5,7 milliards de dollars d’actions dans quatre sociétés pharmaceutiques américaines, rapporte le « Financial Times », qui cite un document déposé lundi auprès de la SEC.

Le groupe a investi dans les sociétés AbbVie (21,3 millions d’actions), Bristol-Myers Squibb (30 millions d’actions), Merck (22,4 millions d’actions) et Pfizer (3,7 millions d’actions) au troisième trimestre, qui s’ajoutent ainsi à son portefeuille de 245 milliards de dollars d’actions.

Avec la société allemande BioNTech , le géant pharmaceutique Pfizer a annoncé que son candidat vaccin contre le coronavirus était « efficace à 90 % ». Ses actions ont chuté lundi après que la biotech américaine Moderna a, à son tour, annoncé des progrès prometteurs pour son propre vaccin.

Plus de 9 milliards investis dans la santé

Ces investissements dans les fabricants de médicaments par le célèbre investisseur seront examinés de près par Wall Street à l’ère du Covid-19, étant donné que celui-ci n’avait pas investi de façon importante dans le secteur de la santé ces dernières années. Connu depuis plusieurs décennies pour son flair dans les investissements financiers, Warren Buffett a acquis un solide « trésor de guerre » de près de 140 milliards de dollars à travers son conglomérat Berkshire Hathaway.

Ces quatre nouveaux achats d’actions doublent quasiment la taille des investissements de Berkshire dans les actions liées à la santé pour atteindre 9,3 milliards de dollars au total. La société détenait déjà des participations dans les sociétés Biogen, Johnson & Johnson, Teva Pharmaceuticals et DaVita, une société de dialyse rénale.

Désengagement du secteur de la banque

Parallèlement, au cours du troisième trimestre, le holding d’investissement a réduit sa participation dans plusieurs grandes banques. Notamment Wells Fargo, JPMorgan Chase, PNC Financial et M & T Bank.

Apple reste la participation la plus importante de Berkshire Hathaway, bien que la société d’investissement ait réduit sa participation d’une petite marge au troisième trimestre. Sur la même période, la société basée à Omaha a également mis fin à son investissement de plusieurs décennies dans le géant de la distribution Costco.

Source : les echos

Autres articles à lire

La finance mondiale face au risque d’un « Lehman Brothers » des cryptos

administrateur

Nouveau coup de froid sur le marché du pétrole

administrateur

Les fonds de dette révèlent leurs limites face au choc de trésorerie du Covid-19

administrateur

Les cours du pétrole se stabilisent au-dessus des 40 dollars

administrateur

La BCE prête à agir face aux risques d’une reprise instable

administrateur

La Banque Postale prête à des acquisitions dans le crédit à la consommation

administrateur