Placement

Bataille au sein du Crédit Mutuel pour le rachat d’ING

Publié le 21 oct. 2021 à 19:23Mis à jour le 21 oct. 2021 à 19:26

Nouvelle donne dans la bataille pour le rachat de la banque de détail d’ING. Selon nos informations, Crédit Mutuel Arkéa a à son tour déposé une offre de rachat pour le million de clients de la banque néerlandaise en France. Le mutualiste aux aspirations indépendantistes se trouve donc en concurrence directe avec son frère ennemi, Crédit Mutuel Alliance Fédérale . C’est un nouveau terrain de lutte qui s’ouvre donc entre les deux groupes qui, interrogés, n’ont pas souhaité faire de commentaire.

La banque basée près de Brest et présidée par Julien Carmona n’entend visiblement pas laisser le groupe basé à Strasbourg et piloté par Nicolas Théry renforcer sa propre banque en ligne, Monabanq, au détriment de la sienne, Fortuneo. La filiale d’Arkéa revendique plus de 880.000 clients actifs en France, en Belgique, en Suisse et au Luxembourg, et plus de 30 milliards d’euros d’encours.

Celle de l’Alliance Fédérale, elle, ne communique pas le nombre de ses clients mais comptait environ 760 millions d’euros d’encours brut à fin 2020 (selon le rapport de Cofidis, sa maison mère, elle-même filiale de Crédit Mutuel Alliance Fédérale). Avec le million de clients d’ING, Monabanq pourrait afficher d’un coup un portefeuille de clientèle bien plus étoffé que celui de Fortuneo, la banque en ligne d’Arkéa… 

C’est donc en ordre dispersé que les deux poids lourds du Crédit Mutuel devront rivaliser avec le candidat le plus offensif jusqu’à présent dans le rachat d’ING, Société Générale. Celle-ci entend bien, elle aussi, élargir le portefeuille de 3 millions de clients de sa banque en ligne Boursorama. Pour un montant a priori abordable puisque ING attendrait un prix d’une centaine de millions d’euros, selon certaines sources.

Fuite des clients

Pour la banque de La Défense, l’enjeu est de taille : gagner un an d’acquisition de nouveaux clients et limiter ses frais de conquête , estimés à 230 millions d’euros d’ici à 2023. Société Générale a en effet promis à ses actionnaires que Boursorama dégagera un résultat net d’environ 100 millions d’euros en 2024 et 200 millions d’euros l’année suivante, soit une rentabilité des fonds propres de plus de 25 %.

Seule relative « bonne » nouvelle pour ces trois rivaux, l’un de leurs concurrents a, selon nos informations, quitté le processus de vente : le Crédit Agricole. En remettant une offre indicative de reprise, le groupe mutualiste entendait renforcer sa filiale LCL. « Pour ce groupe, racheter le portefeuille d’ING n’avait rien de vital », commente un proche du dossier, pointant les risques de fuite des clients. Interrogée, la banque verte n’a pas fait de commentaire.

Source : les echos

Autres articles à lire

AXA, BNP, Veolia parmi les pionniers de la vaccination contre le covid en entreprise

administrateur

La MAIF gèle ses tarifs d’assurance auto pour 2022

administrateur

Bitcoin : ouverture du procès du Russe accusé d’avoir piraté la plateforme BTC-e

administrateur

Bourse : portées par la tech, les actions chinoises regagnent de la vigueur

administrateur

Le sort de l’or vénézuélien est entre les mains de la Cour suprême britannique

administrateur

La Banque du Japon prise au piège de sa politique monétaire ultra-accommodante

administrateur