Tout savoir sur la Finance

Comment bien gérer son épargne en temps de crise

Vous le savez peut-être si vous suivez un minimum l’actualité en France et dans le monde, avec la période de crise sanitaire que nous traversons depuis l’arrivée de la pandémie de Covid-19, si de très nombreux pans de l’économie sont très fortement et dramatiquement impactés, l’épargne, elle, a le vent en poupe. En effet, comme souvent dans les périodes de crise quelles qu’elles soient, les Français (et pas uniquement nous d’ailleurs) ont pris l’habitude d’épargner en attendant des jours meilleurs. C’est seulement une fois ceux-ci arrivés que les comportements devraient redevenir plus proches (mais pas nécessairement identiques (chat échaudé craint l’eau froide)), de ceux qu’ils étaient avant la crise sanitaire en matière de consommation permettant ainsi de relancer la machine économique.

Mais si la nouvelle forme de Coronavirus a grandement transformé les consommateurs en épargnants, il y a une question que beaucoup de personnes se posent on ne peut plus légitimement si elles ne travaillent pas dans une banque ou une société d’épargne et qu’elles ne se sont jamais encore penchées sur le sujet : comment épargner le plus efficacement que possible ?

C’est ce que nous allons aborder ensemble dans les lignes qui suivent en voyant successivement que les professionnels du secteur bancaire, à force d’évoluer dans ces mécanismes à longueur de temps ont forcément de bons conseils à donner, puis nous aborderons des notions de base en matière d’épargne avant d’en évoquer quelques formes pour que chacun puisse y trouver son compte avec des formes d’épargne sécurisée et des formes d’épargne qui seront au contraire beaucoup plus « offensives ».

Prendre des conseils auprès d’un expert du secteur bancaire

Beaucoup de personnes considèrent leur conseiller en banque comme une personne que l’on ne va voir qu’en cas de problèmes financiers que l’on peut rencontrer de façon passagère ou récurrente et / ou pour négocier un prêt. Et si de fait beaucoup de personnes ont une telle relation avec leur banque et avec leur(s) conseiller(s) bancaire(s) il faut savoir qu’au contraire vous pouvez solliciter votre organisme bancaire y compris dans les bons moments.

Prendre conseil auprès de votre banque dans une période où vous êtes bien financièrement sera conseillé à plus d’un titre. D’une part cela permettra d’imprégner chez elle qu’il vous arrive d’être en bonne santé, beaucoup plus facilement que si elle se penche sur vos comptes toujours en votre absence.

Véhiculer cette image sera toujours positif plutôt que de véhiculer celle de quelqu’un qui ne les sollicite qu’en cas de problème. En matière de banque comme dans beaucoup d’autres domaines, la proactivité est une qualité intéressante à développer.

Nous allons même aller plus loin en indiquant qu’il y a des démarches qui sont toujours bonnes à effectuer de manière ponctuelle et nous allons prendre un exemple. Vous avez contracté un prêt immobilier auprès de votre banque il y a déjà de cela quelques années et vous payez tous les mois l’échéance pour ce prêt ainsi que pour l’assurance emprunteur qui y est associée.

Il n’est pas impossible, même si vous aviez souscrit votre prêt à un taux avantageux à l’époque que ces derniers aient encore baissé et que vous puissiez racheter votre prêt immobilier à un taux plus intéressant et que vous puissiez donc soit rembourser plus vite avec une mensualité identique, soit rembourser jusqu’à la même date butoir mais avec des mensualités moins élevées.

Vous vous doutez bien avec les différents dossiers qu’ils ont à gérer au quotidien que les conseillers bancaires n’ont pas le temps d’effectuer ce genre de simulations en permanence pour vous proposer ces conditions plus avantageuses. Il n’y a qu’à se rappeler du moment où vous avez effectué les différentes simulations au moment où vous avez souscrit votre prêt et que vous et votre conseiller bancaire suiviez le dossier de prêt pour savoir que cela prend du temps et que cela ne se fait pas d’un claquement de doigts.

Or ce n’est pas parce que votre conseiller bancaire n’a pas le temps de vous proposer de réviser votre crédit immobilier que ce dernier ne peut pas l’être avantageusement.

L’exemple que nous venons de voir ici ne concerne pas à proprement parler l’épargne, mais il est tout à fait révélateur du fait que si vous n’effectuez pas ce genre de démarches en vous montrant proactif, vous passerez potentiellement à côté de meilleures conditions. Eh bien en ce qui concerne l’épargne, c’est exactement pareil ! Vous devez là aussi vous informer et consulter votre banquier régulièrement de manière à connaître les différentes solutions dont vous pouvez bénéficier.

Si vous faites cela fréquemment, il arrivera souvent que vous ne puissiez pas bénéficier de meilleures conditions que celles dont vous bénéficiez déjà, mais il sera toujours intéressant le cas échéant de le savoir. Vous sortirez alors de votre rendez-vous sûr que vous bénéficiez des meilleures conditions de prêt comme des meilleurs produits d’épargne actuellement disponibles.

Quelques notions de base en matière d’épargne

Même si votre conseiller bancaire comme nous l’avons vu est là pour vous informer, cela ne vous empêche pas de vous documenter de votre côté et d’avoir des notions en matière d’épargne. Ne serait-ce que pour pouvoir être plus à l’aise quand vous irez voir votre banquier pour en discuter avec lui justement. De nombreux sites Internet et blogs sont très bien faits en la matière et vous prodiguent des conseils précieux sur la gestion de votre épargne. C’est par exemple le cas de l’agence Delzenne, assurance et banque à Valenciennes de l’enseigne Axa qui vous proposent des prestations en matière d’assurance et de banque mais aussi un blog avec de nombreux conseils dans l’un et l’autre de ces domaines.

Nous allons aborder ici quelques notions de base en détaillant un peu quelques produits d’épargne sécurisée et d’épargne plus offensive.

Epargne sécurisée

Première forme d’épargne privilégiée par de très nombreux épargnants, l’épargne sécurisée. Bien que peu rémunératrice en termes de taux, comme son nom l’indique l’épargne sécurisée vous permet de placer votre argent sans prendre le moindre risque. Un gage de sécurité important dans une période de crise sanitaire et dans laquelle on ne sait pas comment elle va évoluer ni même les marchés financiers avec elle. Ainsi, même s’il a atteint son nouveau plus bas historique, le livret A avec un taux d’intérêt de 0,5 % est encore aujourd’hui le placement préféré des Français. Plafonné à 22950€ (hors intérêts versés après avoir atteint le plafond) le livret A bénéficie de conditions avantageuses car il est libre de frais et d’impôt. Pour les personnes qui souhaiteraient épargner plus que le seuil de ce livret A, vous pouvez souscrire un livret de développement durable ou LDD (anciennement CODEVI) au même taux d’intérêt de 0,5 % et dont le plafond est quant à lui de 12000€. Voilà pour l’épargne sécurisée accessible à toutes et à tous et disponible à tout moment. Vous pouvez bénéficier d’autres formes d’épargne sécurisée comme le livret d’épargne populaire, plus intéressant que les deux livrets précédents (avec un taux de 1% (et un plafond de 7700€)) mais qui est sous condition de revenu ou de placements dont le taux est supérieur mais où l’épargne n’est pas directement disponible. C’est par exemple le cas du plan d’épargne logement ou PEL (aujourd’hui rémunéré à 1 % et par ailleurs imposé sur les bénéfices), mais sur lequel le moindre retrait entraîne automatiquement le retrait de la totalité de la somme avec la fermeture du compte ou encore si vous y avez accès le plan d’épargne en entreprise (ou PEE) dont la somme est généralement bloquée pendant un certain temps et où là aussi le retrait entraîne la clôture. Autre forme d’épargne vers laquelle de plus en plus de Français se tournent, l’assurance vie. Cette dernière existe sous plusieurs formes et n’est pas libre non plus comme les livrets A ou LDD. Elle offre en revanche selon la formule certains avantages qu’il convient de vous faire préciser par votre assureur au moment de la souscription. Précisons à toutes fins utiles que l’imposition sur une assurance vie souscrite après 2017 dépendra si vous procédez au retrait total ou partiel des fonds avant la huitième année du contrat ou après (les conditions étant bien évidemment plus intéressantes après les 8 ans.

Epargne plus offensive

Que vous soyez déjà au seuil avec un ou plusieurs produits d’épargne sécurisée et disponible ou non, vous aurez peut-être envie de placer de l’argent sur des produits d’épargne plus rémunérateurs que les taux des placements sans risque. À partir du moment où vous acceptez l’idée de ne pas être sûr de retrouver la totalité de votre capital à tout moment, vous pouvez alors accéder à des solutions d’épargne qui seront en mesure de vous apporter une rentabilité potentiellement beaucoup plus grande que celles des taux d’intérêts à 0,5 % ou à 1 % que nous avons évoqués ci-dessus. Citons par exemple ici sur le plan bancaire le plan d’épargne en actions qui consiste à investir en bourse (vous-même ou par l’intermédiaire d’un courtier), ou sur d’autres plans l’achat de monnaies virtuelles (comme le Bitcoin par exemple) ou encore l’achat d’or ou de diamants. Ce qu’il faut bien voir concernant ces autres formes de placement c’est qu’elles fluctuent très souvent et dans des proportions qui peuvent parfois être conséquentes, à la hausse comme à la baisse. À partir de là, les gains potentiels seront beaucoup plus conséquents, mais vous pouvez aussi vous retrouver perdant si vous ne manœuvrez (ou la personne que vous mandatez pour le faire à votre place) pas correctement ou si vous manquez de chance. Des paramètres qu’il faut nécessairement prendre en considération si vous voulez mettre toutes les chances de votre côté de revoir votre argent.

Notre conseil ici, sous la forme d’un adage vieux comme Hérode mais qui est on ne peut plus adapté dans le cas qui nous intéresse ici : « il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier ».

Autres articles à lire

Cryptomonnaies : les obligations LCB-FT des Prestataires de Services sur Actifs Numériques (PSAN)

Emmanuel