Placement

Comment le duo Allianz-Athora veut remporter Aviva France

Publié le 18 janv. 2021 à 18:40

Les candidats à la reprise de la filiale française de l’assureur britannique Aviva affûtent leurs arguments. Pour dissiper les inquiétudes, l’assureur allemand Allianz et son partenaire Athora mettent en avant une stratégie favorable au développement de l’Afer, l’association qui rassemble 760 000 épargnants et est partenaire d’Aviva. Selon nos informations, le duo de repreneurs proposerait un partenariat permettant à l’association de voir ses contrats d’assurance-vie distribués dans le réseau commercial d’Allianz, renforcé par celui d’Aviva.

Après qu’Aviva a annoncé à l’été 2020 vouloir se recentrer sur ses racines britanniques , le tandem formé par Allianz et Athora – un assureur en développement en Europe soutenu par le fonds d’investissement Apollo – était entré en discussions privilégiés avec le groupe britannique, mais n’était pas parvenu à trouver un accord pour cet actif valorisé plus de 3 milliards d’euros. Depuis, le couple a peaufiné sa copie pour tenter de l’emporter face à la Macif (Améa), Generali et désormais Eurazeo.

Generali en quête de partenaires

Ces acteurs sont aujourd’hui les seuls, parmi les nombreux candidats à avoir regardé le dossier l’année dernière , à avoir concrétisé leur intérêt pour la filiale française du groupe britannique, selon nos informations, confirmant celles du « Figaro». Les intéressés ne font pas de commentaire.

Plus de vingt-ans après son entrée au capital des AGF, Allianz souhaite reprendre l’assurance dommages d’Aviva France. De son côté, Athora s’est dit intéressé par la seule activité « vie ». Un des enjeux du tandem est de dissiper les craintes sur le sort des quelque 4.500 collaborateurs d’Aviva France et de ses clients épargnants en assurance-vie, à commencer par ceux de l’Afer.

Lundi encore, les syndicats d’Aviva, favorables à une reprise par la Macif, qu’ils jugent plus protectrice pour l’emploi, dénonçaient une offre qui, comme celle de Generali et d’Eurazeo, aboutirait à « l’éclatement d’Aviva France ». Selon une source proche du dossier, l’assureur italien a bien « déposé sa candidature pour rependre l’intégralité d’Aviva France tout en discutant avec quelques partenaires qui reprendraient certaines activités».

A l’automne, le président de l’Afer, Gérard Bekerman, s’était montré hostile vis-à-vis d’Athora, trouvant des relais dans la majorité parlementaire . Depuis, il se montre favorable à une ouverture vers «l’international».

Vieillissement des adhérents de l’Afer

Pour rassurer, Allianz et Athora promettent de signer un accord de distribution qui permettrait à l’Afer de voir son contrat distribué dans le réseau d’Allianz France, constitué de salariés et d’un peu moins de 2.000 agents généraux.

Ce réseau serait conforté par la reprise du réseau d’Aviva France (autour de 1.000 agents). Une nouvelle force de frappe qui permettrait à l’Afer de se développer à l’heure où la plus grosse association d’épargnants en assurance-vie de France doit faire face au vieillissement de ses quelque 760.000 adhérents.

Les contrats de l’Afer seraient en revanche assurés par Athora, qui s’est dit déterminé à garantir des taux de rendements attractifs à ses adhérents et à défendre les contrats en euros, c’est-à-dire garantis en capital.

Assurance sur l’emploi

En reprenant l’assurance dommages d’Aviva France, Allianz se renforcerait notamment sur l’auto et l’habitation pour mieux concurrencer les leaders Covéa et AXA. L’allemand reprendrait aussi l’UFF, l’entreprise spécialisée sur le conseil en gestion de patrimoine, ainsi que les activités de santé, prévoyance et gestion d’actifs.

Athora reprendrait les équipes dédiées à l’assurance vie et une grande partie des « fonctions centrales », soit environ 60 % des effectifs, sachant que le groupe a besoin d’équipes pour s’implanter en France. « Il n’y aura pas de sujet sur l’emploi », assure une source proche du dossier, les deux groupes comptant notamment sur la pyramide des âges pour limiter les frictions éventuelles.

Source : les echos

Autres articles à lire

A la Bourse d’Abu Dhabi, la mystérieuse flambée du cours d’une société d’investissement

administrateur

Pour la BCE, les banques doivent intégrer le risque climatique

administrateur

Prêts garantis : les banques donnent plus de visibilité sur les taux de remboursement

administrateur

Wirecard: la chute du gourou des fintechs allemandes

administrateur

Danone : Emmanuel Faber sauve sa place mais perd la direction générale

administrateur

La crise du coronavirus frappe de plein fouet le leader russe du diamant Alrosa

administrateur