Autres actualités

Couche-Tard renonce à son offre sur Carrefour Par Reuters

© Reuters. COUCHE-TARD RENONCE À SON OFFRE SUR CARREFOUR

par Pamela Barbaglia et Gwénaëlle Barzic

LONDRES/PARIS (Reuters) – Le groupe canadien Alimentation Couche-Tard a renoncé à son offre d’acquisition de Carrefour (PA:) à laquelle le gouvernement français est hostile, a-t-on appris vendredi de source proche du dossier.

La décision a été prise après une entrevue entre le ministre français de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, et le fondateur et président de Couche-Tard, Alain Bouchard, a-t-on précisé.

Le groupe canadien et Carrefour se sont refusés à tout commentaire.

Plus tôt vendredi, le gouvernement français s’est opposé à une éventuelle prise de contrôle de Carrefour par le groupe canadien au nom d’une sécurité alimentaire nationale élevée au rang de priorité absolue.

“Nous ne sommes pas favorables à cette opération, nous le disons avec beaucoup de respect pour Couche-Tard, pour Carrefour et pour tous ces opérateurs qui sont de grande qualité”, a déclaré le ministre français de l’Economie, Bruno Le Maire.

Couche-Tard espérait obtenir l’aval de la France en prenant des engagements sur la question des emplois et sur la chaîne d’approvisionnement alimentaire française, et en maintenant la cotation de l’entreprise à Paris et à Toronto, déclare la source.

Elle ajoute que le PDG de Carrefour, Alexandre Bompard, et celui de Couche-Tard, Brian Hannasch, auraient oeuvré comme co-dirigeants.

Le plan prévoyait aussi de conserver les opérations stratégiques de l’entreprise en France, et de compter des Français au sein de son comité d’entreprise, selon cette même source.

Couche-Tard devait aussi injecter 3 milliards d’euros d’investissement dans le groupe français, une idée largement soutenue par Carrefour qui emploie 150.000 personnes en France, ce qui en fait le plus grand employeur du secteur privé.

Bien qu’ayant initialement pensé poursuivre son offre, Couche-Tard a préféré lever le drapeau blanc et la retirer afin d’éviter de déclencher une tempête politique, explique une source.

S’il est politiquement possible de décider de ne pas laisser le plus grand employeur du pays passer entre des mains étrangères, “on ne peut pas accuser une grande société canadienne comme Couche-Tard de mettre en danger la sécurité alimentaire de tout un pays”, a déclaré vendredi une source gouvernementale canadienne sous couvert d’anonymat.

La promptitude du refus du gouvernement français a surpris et pourrait ternir l’image pro-entreprise du président Emmanuel Macron, estiment des observateurs, tandis que d’autres soulignent que la crise du COVID-19 a contraint plus d’un pays à revoir les contours de ses intérêts stratégiques.

Le premier ministre canadien Justin Trudeau dit s’être entretenu avec le président français cette semaine et a promis de continuer d’oeuvrer au succès des entreprises canadiennes dans le monde.

(Pamela Barbaglia avec Gwenaelle Barzic à Paris et Allison Lampert à Montreal, version française Jean-Philippe Lefief et Camille Raynaud)

Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Source : investing

Autres articles à lire

Top 3 des thèmes majeurs à surveiller sur les marchés ce jeudi 10 septembre Par Investing.com

administrateur

Les Bourses ralentissent mais les signaux restent au vert Par Reuters

administrateur

Premier revers pour le nouveau gouvernement Par Reuters

administrateur

Léger rebond dans l’attente de données importantes, Renault chute Par Investing.com

administrateur

Il ne reste que “quelques heures” pour conclure, dit Barnier Par Reuters

administrateur

Les valeurs à suivre à Paris et en Europe Par Reuters

administrateur