Placement

Coup d’envoi pour 20 milliards d’euros de prêts participatifs aux PME et ETI

Il était moins une. Quelques minutes avant sa présentation par Bruno Le Maire, l’Union européenne a validé jeudi matin le nouveau dispositif de prêts participatifs avec soutien de l’Etat (PPSE).

« La Commission a estimé que le régime français était conforme aux principes établis dans le traité sur l’Union européenne et était bien ciblé pour remédier à une perturbation grave de l’économie française », a-t-elle déclaré dans un communiqué, après des mois de négociations avec Paris .

Un an après le lancement des prêts garantis par l’Etat (PGE), qui ont secouru la trésorerie des entreprises frappées par les effets économiques de la crise sanitaire, les banques et l’Etat viennent donc muscler ce qu’on appelle leur haut de bilan.

Ces prêts d’une durée de huit ans seront en effet comptabilisés en fonds propres. Mais, contrairement à des injections de capital, elles ont l’avantage pour les PME familiales de ne pas modifier leur actionnariat.

« Le maître mot de l’année 2021 doit être l’investissement, a déclaré le ministre des Finances Bruno Le Maire. Pour cela nous avons besoin de prêts participatifs. Parce que ça va permettre à une entreprise qui hésite encore d’investir et de contribuer à la création d’emplois. Nous avons un principe la simplicité et nous avons un atout le soutien de l’Etat qui apportera sa garantie massive. »

Garantie de l’Etat

Sur les 20 milliards d’euros distribués, l’Etat apportera une garantie de 30 % , soit plus de 6 milliards.

Cette enveloppe inclut les PPSE, distribués par les banques (à hauteur de 14 milliards d’euros), et les obligations subordonnées, distribuées par les sociétés de gestion (à hauteur de 6 milliards). Elle s’ajoute aux 130 milliards d’euros de PGE accordés depuis leur lancement il y a un an.

Les entreprises qui ont déjà souscrit ces prêts garantis pourront y avoir accès , sachant que le taux d’intérêt de ces PPSE devrait être compris entre 4 et 5 % environ. « Ce sera une levée de capitaux privés totalement inédite en Europe (….) et qui doit servir de modèle aux autres Etats européens », a ajouté le ministre.

« Comme depuis le début de la crise sanitaire, la profession bancaire reste mobilisée auprès des pouvoirs publics pour soutenir les entreprises et les aider à construire les conditions de leur relance », a déclaré Philippe Brassac, président de la Fédération bancaire française (FBF).

« Le dispositif fait intervenir l’épargne des Français, qui contribuera à la relance à travers leurs placements dans des contrats d’assurance-vie en euros », explique aux « Echos » Thierry Laborde, directeur général adjoint de BNP Paribas.

Source : les echos

Autres articles à lire

Rentrée sous tension pour la Banque centrale européenne

administrateur

Crédit aux entreprises : les conditions d’octroi se durcissent en Europe

administrateur

Pourquoi la liquidité de l’euro-dollar s’est améliorée depuis 2015

administrateur

Dividendes : l’inquiétude grandit chezles salariés des banques régionales

administrateur

Eurazeo bascule dans le rouge au premier semestre

administrateur

Les introductions en Bourse se multiplient à Paris

administrateur