Placement

Crédit Agricole défie BNP et Société Générale dans le leasing automobile

Publié le 8 déc. 2020 à 18:49

Un métier qui manquait jusque-là à sa panoplie. Crédit Agricole SA (CASA) va prochainement se lancer en direct dans la location de véhicules longue durée, a annoncé sa filiale de crédit à la consommation (CACF), lors d’une conférence investisseurs, mardi.

Le groupe a déjà un pied dans ce métier via sa co-entreprise FCA Bank en Italie, mais la banque verte ouvre ici une nouvelle branche d’activité : elle va créer une nouvelle entité, baptisée CA Rent, qui sera opérationnelle dès juin 2021.

Avec cette annonce, Crédit Agricole vise à « réparer » une forme d’anomalie, puisque, deux de ses principales concurrentes, Société Générale et BNP Paribas, sont déjà actives sur ce créneau très lucratif .

Leurs filiales respectives, ALD et Arval, visent une flotte de 2,3 millions de véhicules pour l’une, et de 2 millions pour l’autre d’ici à 2025. Le gâteau est appétissant : ALD tout comme Arval sont particulièrement rentables.

Impact de la crise sanitaire

« Nous n’avons pas la prétention de concurrencer les plus grands dès la première année, mais nous sommes persuadés que CA a besoin de cette corde à son arc », précise Stéphane Priami, le patron de Crédit Agricole Consumer Finance. A l’instar des filiales de Société Générale et BNP Paribas, CA Rent réservera une partie de sa flotte aux particuliers.

Avec cette démarche, Crédit Agricole veut accompagner « l’évolution du monde de la mobilité », précise le groupe. « L’un des enseignements de la crise du covid-19, c’est l’accélération d’une réflexion en termes de propriété, à une réflexion en termes de mobilité. La location, qu’il s’agisse de location avec option d’achat ou de location longue durée, peut répondre à cette évolution », détaille Stéphane Priami.

Le développement de cette offre tombe aussi à point pour répondre aux conséquences économiques de la crise sanitaire. Selon le dirigeant, elle n’a pas provoqué de dégradation majeure du risque « avéré » sur ses crédits. Le confinement a, en revanche, pesé sur la production.

Sur les neuf premiers mois de l’année, CACF a enregistré 1,49 milliard d’euros de revenus (sous-jacent), en recul de 8 % sur un an. Son résultat net part du groupe a chuté de 23 % sur la période (toujours en sous-jacent) à 375 millions d’euros.

Conséquence : le groupe repousse d’un an, à 2023, son objectif de parvenir de 108 milliards d’euros d’encours de crédit, contre 88 milliards d’euros actuellement.

Pour y parvenir, il compte donc pousser les feux, notamment dans le financement automobile . Et pour cause : c’est la branche la plus dynamique du crédit à la consommation. Selon les chiffres de l’association professionnelle du secteur (ASF), elle a enregistré une production en hausse de 26 % au troisième trimestre (sur un an), là où le marché dans son ensemble ne gagnait que 2,6 %.

Servir les banques du groupe

Autre levier que CACF compte actionner : le déploiement « dans l’ensemble des pays du modèle de services déjà éprouvé au sein des banques de proximité du Groupe Crédit Agricole ». Autrement dit assurer la contraction du prêt, son suivi, voire suivre son recouvrement, pour le compte d’un établissement prêteur. Un service qu’il rend déjà aux banques du groupe mutualiste.

De même à l’international, il visera une dizaine de nouveaux partenariats bancaires. Le sujet est notamment sensible en Espagne, où Bankia – en raison de son mariage avec CaixaBank – a décidé d’interrompre son partenariat dans le « crédit conso » avec Crédit Agricole .

Les deux établissements avaient récemment créé une co-entreprise, SoYou, dont l’avenir dépend des discussions en cours entre les deux anciens partenaires. Sur le papier, trois pistes restent possibles : une gestion extinctive, le passage à 100% sous la houlette de Crédit Agricole ou l’arrivée d’un nouveau co-actionnaire.

Source : les echos

Autres articles à lire

La Chine envisage de constituer des stocks stratégiques de cobalt

administrateur

Les prix du pétrole confirment leur remontée, au terme d’une semaine historique

administrateur

Après la flambée du printemps, le crédit aux entreprises commence à ralentir

administrateur

La spectaculaire envolée de Wall Street

administrateur

Coronavirus : la Pologne contrainte de fermer plusieurs mines de charbon face à une explosion des contaminations

administrateur

La devise nord-coréenne rattrapée par la catastrophe économique que traverse le pays

administrateur