Placement

Crédit immobilier : le régulateur britannique craint une vague d’impayés

Publié le 22 oct. 2020 à 17:37

Le régulateur financier britannique s’inquiète des retombées de la crise du covid-19 sur la capacité des ménages à rembourser leur crédit immobilier ou payer leur loyer. Jeudi, la Financial Conduct Authority (FCA) a exhorté les consommateurs affectés à contacter leur banque pour chercher des solutions, constatant que la crise avait mis 2 millions d’adultes en situation de fragilité financière dans le pays.

« Nous souhaitons rappeler aux consommateurs, en particulier à ceux qui sont nouvellement en difficulté financière, que les prêteurs sont en mesure de vous apporter leur soutien, a déclaré Sheldon Mills, directeur général par intérim en charge de la stratégie et de la concurrence à la FCA. Nous comprenons que de nombreuses personnes continueront de vivre dans l’incertitude financière alors que l’impact du coronavirus se poursuit ».

Plus de moratoires

Au début de la crise, le régulateur britannique avait mis en place un moratoire de trois mois sur les remboursements de crédit, qu’il avait ensuite prolongé de trois mois, jusqu’à fin septembre. Depuis, la FCA n’a pas prolongé une nouvelle fois le dispositif, mais invité les banques à « être flexibles » et offrir une gamme de solutions au cas par cas, incluant des suspensions, réductions et annulations de paiements d’intérêt ou de frais supplémentaires.

Selon l’association bancaire britannique UK Finance, jusque 2,5 millions de ménages ont profité d’un moratoire sur leur prêt immobilier durant la pandémie mais ils ne sont plus que 162.000 actuellement. Au total, en incluant les cartes de crédit et le crédit à la consommation , ces différés de paiement ont concerné 4,4 millions de contrats depuis le début de la pandémie. Seuls 323.700 sont encore dans ce cas.

Un tiers des adultes ont vu leurs revenus baisser

Mais la pression pourrait s’accroître avec la menace d’une deuxième vague. Selon une étude de la FCA, près d’un tiers des adultes (31 %) a vu leur revenu baisser depuis le début de la crise. Les personnes issues de minorités ethniques étaient plus touchées. Au total, en juillet, 12 millions d’adultes britanniques avaient une « faible résilience financière », deux millions de plus qu’en février.

« Nous comprenons que la situation financière de nombreuses personnes continuera d’être affectée par cette pandémie et nous voulons les rassurer sur le fait qu’une aide continue est disponible, adaptée à leur situation personnelle », a déclaré Eric Leenders, directeur général en charge des finances personnelles à UK Finance.

« Le régulateur a supprimé trop tôt les protections vitales telles que les reports de paiement, regrettait fin septembre Gareth Shaw, en charge des questions de finance personnelle à l’association de consommateurs Which ?. De nombreuses personnes pourraient faire face à une tempête parfaite de pressions financières dans un contexte de pertes d’emplois généralisées ».

Source : les echos

Autres articles à lire

Matières premières : le scandale Hin Leong met le financement du négoce sous tension

administrateur

Assurance pertes d’exploitation : bras de fer entre le Crédit Mutuel et les assureurs

administrateur

Les banques chinoises durement frappées par la crise

administrateur

La crise du coronavirus pousse les banques privées à accélérer leur transformation

administrateur

Le géant du bitcoin Coinbase, prépare sa cotation à Wall Street

administrateur

Dette: la nouvelle arme de l’Italie pour séduire les épargnants

administrateur