Placement

Credit Suisse plaide à son tour pour un retour des dividendes

Publié le 29 oct. 2020 à 13:02

La pression s’accentue au fil des présentations de résultats des banques. Après UBS, HSBC et Santander, c’est au tour de Credit Suisse ce mercredi de plaider pour un retour à la rémunération des actionnaires , sevrés de dividendes depuis le début de la pandémie alors que les superviseurs financiers recommandaient de réserver le capital au seul soutien de l’économie.

A l’occasion de la publication des résultats du troisième trimestre, la banque basée à Zurich a ainsi annoncé son intention de reprendre les rachats d’actions à partir de janvier 2021, avec un programme d’un montant maximal de 1,5 milliard de francs suisses (environ 1,4 milliard d’euros).

Elle a également décidé de convoquer une assemblée générale extraordinaire le mois prochain pour approuver le versement de la seconde moitié du dividende 2019. Credit Suisse propose d’ores et déjà d’augmenter de 5 % le montant du dividende qui pourrait être versé au titre de 2020.

Solidité financière

Malgré la crise liée à la pandémie de Covid-19, le groupe estime avoir les capacités financières de rémunérer ses actionnaires sans handicaper pour autant son développement.

Au troisième trimestre, les revenus ont reculé de 2 % par rapport à l’an dernier, à 5,2 milliards de francs suisses. Credit Suisse a souffert de la baisse d’activité en gestion de fortune, à peine compensée par les bons résultats de la banque d’investissement, portée comme d’autres établissements par les bonnes performances des activités de « fixed income » (taux, changes…).

Le bénéfice net a chuté de 38 % à 546 millions, mais les résultats du troisième trimestre 2019 avaient été gonflés par la cession de sa filiale InvestLab pour 327 millions. Les provisions financières ont été divisées par trois par rapport au deuxième trimestre.

Le ratio de solvabilité CET1, un élément clé pour mesurer la solidité financière des banques, a par ailleurs augmenté par rapport au trimestre précédent pour s’établir à 13 %.

« Les montants que nous souhaitons distribuer au titre de 2020 – environ 1 milliard de francs suisses – représentent un tiers de notre bénéfice net à neuf mois, a indiqué Thomas Gottstein, le patron de la banque, lors d’une conférence de presse. L’an prochain, selon les programmes annoncés, la distribution de capital s’élèverait à 50 %, soit au même niveau que d’habitude pour la banque ». Un ratio tout à fait raisonnable selon le dirigeant suisse, qui a pris la succession de Tidjane Thiam en début d’année , après la rocambolesque affaire d’espionnage qui a secoué le groupe.

« Dialogue constructif »

Credit Suisse doit néanmoins obtenir l’aval du gendarme financier suisse, la Finma. A l’instar des autres superviseurs financiers en Europe, l’autorité avait recommandé aux établissements financiers, dès le début de la crise, de suspendre la distribution de capital aux actionnaires.

La prudence reste de mise du côté des banques centrales et des régulateurs à ce jour, alors que de nouvelles mesures de confinement entrent en vigueur dans plusieurs pays européens. La BCE se prononcera sur le sujet des dividendes en décembre. Il y a quelques jours, le FMI avait recommandé de prolonger les mesures de suspension de dividendes. « Nous menons un dialogue constructif avec les autorités financières », a commenté Thomas Gottstein, sans préjuger pour autant des décisions qui seront prises.

Source : les echos

Autres articles à lire

Etats-Unis: le gendarme des marchés récompense son centième lanceur d’alerte

administrateur

Les résultats du CAC 40 en retrait de 45 milliards d’euros au premier semestre

administrateur

BNP Paribas : les négociations salariales s’achèvent

administrateur

La dette des entreprises françaises continue de s’alourdir

administrateur

Les actionnaires-salariés voient leur épargne fondre comme neige au soleil

administrateur

La pression s’accroît sur les entreprises chinoises cotées à Wall Street

administrateur