Economie

Cuivre et Bois d’Oeuvre, 2 indicateurs clés pour savoir où se dirige l’économie

Cet article a été écrit exclusivement pour Investing.com

  • Les données sur la production industrielle aux États-Unis reflètent le coma économique des derniers mois
  • Le bois d’oeuvre, un signe pour la construction de nouvelles maisons et infrastructures
  • Le cuivre, un produit phare pour la Chine

La plupart des investisseurs et des traders ne s’aventurent jamais dans le monde à fort effet de levier et souvent volatil des contrats à terme sur les matières premières. C’est dommage, car c’est une opportunité stratégique perdue, quels que soient les actifs qu’ils privilégient.

En effet, ceux qui ne prêtent pas attention aux prix des matières premières finissent souvent par être aveuglés par des événements et des tendances générales qui prennent naissance dans cette classe d’actifs des matières premières et qui ont un impact sur les autres marchés. J’ai constaté que trois marchés de matières premières, le pétrole brut, le cuivre et le bois d’œuvre, peuvent fournir des indices inestimables pour les investissements dans toutes les catégories d’actifs.

Il y a de nombreuses raisons à cela. Tout d’abord, chacun d’entre nous est un consommateur quotidien de ces produits. Nous alimentons notre vie en énergie, nous vivons dans un logement construit avec des métaux et des produits industriels, et nous dépendons des produits agricoles pour notre alimentation.

Le est le principal ingrédient qui alimente nos véhicules. Des tuyaux en cuivre amènent l’eau à nos robinets, et le métal a une myriade d’autres usages. Le bois est un élément fondamental pour la construction d’un logement.

En ce qui concerne les portefeuilles d’investissement, chacune des entreprises que dont nous possédons des actions sur nos comptes de retraite ou d’épargne est une consommatrice de matières premières. Le prix des matières premières a un impact sur le coût des biens vendus qui se répercute directement sur les résultats financiers et peut entraîner une hausse ou une baisse des actions d’une entreprise.

À la fin de la semaine dernière, les données de la américaine étaient mauvaises, en phase avec d’autres données économiques désastreuses des derniers mois. Le PIB se contracte, le chômage augmente et l’activité industrielle s’est arrêtée.

Les données de la production industrielle américaine reflètent le coma des derniers mois

Au cours des dernières semaines, les données économiques ont été terribles et cela va probablement continuer. Le PIB des États-Unis s’est contracté de près de 5 % au cours du premier trimestre 2020. Et les chiffres du deuxième trimestre seront bien pires.

Depuis mars, plus de 36 millions de personnes aux États-Unis ont perdu leur emploi. Vendredi dernier, le rapport selon lequel la production industrielle s’est effondrée de 11,2 % en avril a été l’un des indicateurs économiques qui reflètent la pandémie mondiale de COVID-19.

Un déclin record de l’industrie manufacturière a fait chuter les données. L’industrie manufacturière a chuté de 13,7 % en raison d’une réduction de 70% de la production de véhicules et de pièces automobiles. Si l’on exclut le secteur automobile, la production manufacturière a baissé de 10,3 % en avril.

Ce recul est dû aux fermetures d’usines, à la baisse de la demande de pétrole et à la diminution des besoins en énergie. Ces données ont rappelé que malgré la reprise du marché boursier, de nombreux facteurs continuent à peser sur l’économie américaine. Le coronavirus étant une affaire mondiale, l’activité commerciale mondiale continue également de se contracter.

Remontée du bois d’œuvre : Un signe de la construction de nouvelles maisons et infrastructures redémarre

Bois d'oeuvre
Source de tous les graphiques : CQG

En tant que produit industriel essentiel, le prix du a atteint début avril son niveau le plus bas depuis début 2016.

Le graphique hebdomadaire montre que les contrats à terme du bois d’œuvre sont passés de 468,30 dollars par 1 000 pieds-planche à la mi-février à un minimum de 251,50 dollars le 1er avril. Le prix est remonté au niveau de 333$ sur le contrat à terme à la fin de la semaine dernière.

Les contrats à terme de juillet se négociaient à 345 $ par 1 000 pieds-planche. L’optimisme du marché boursier qui a fait remonter le prix des actions par rapport aux plus bas de mars, associé à la faiblesse des taux d’intérêt, a été responsable du rebond du prix du bois. Le bois est un produit de base qui fluctue à la hausse et à la baisse en fonction de la demande pour la construction de nouvelles maisons et de projets de construction aux États-Unis.

Le graphique hebdomadaire montre que la dynamique des prix et les indicateurs de force relative étaient en dessous des valeurs neutres au 15 mai. L’intérêt ouvert à 2 559 contrats est faible, ce qui reflète le manque de liquidité sur le marché à terme du bois. Les marchés illiquides ont tendance à souffrir de larges écarts entre les offres et les demandes, ce qui les rend susceptibles de connaître des écarts de prix à la hausse et à la baisse. La volatilité historique hebdomadaire de près de 76 % est proche du niveau le plus élevé de 2020, car les fourchettes de négociation hebdomadaires ont été larges.

La reprise du prix du bois d’œuvre est un signe d’optimisme quant aux perspectives de la demande de logements neufs et de la construction d’infrastructures. Toutefois, la voie de la moindre résistance pour le bois sera fonction des conditions économiques. Le prix du bois est resté pratiquement inchangé à la suite des dernières données de production industrielle.

Le cuivre est en hausse : Une marchandise qui fait parler d’elle pour la Chine

Le est souvent surnommé “Docteur Cuivre”, car le métal rouge non ferreux peut être un baromètre des conditions économiques mondiales. La Chine étant le premier consommateur de ce métal de base, la force ou la faiblesse des prix sur le marché du cuivre est souvent un indicateur de l’état général de l’économie chinoise.

Cuivre

Le graphique hebdomadaire du marché à terme du cuivre COMEX montre que le prix a atteint un sommet de 2,8860 $ la livre à la mi-janvier et est tombé à un creux de 2,0595 $ à la mi-mars, les marchés ayant fondu à la suite de l’épidémie de coronavirus. Le creux de mars était le plus bas niveau atteint pour le métal rouge depuis juin 2016.

Comme le bois d’œuvre, le cuivre s’est redressé au cours des dernières semaines et se négociait à un peu plus de 2,33 dollars à la fin de la semaine dernière.

La dynamique des prix et la force relative étaient en dessous des valeurs neutres à la fin de la semaine dernière. Les intérêts ouverts – le nombre total de positions ouvertes longues et courtes sur le marché à terme du cuivre – ont baissé de près de 285 000 à moins de 168 000 contrats à la fin de la semaine dernière. Cette baisse est le signe d’une diminution du risque, les acteurs du marché ayant quitté leurs positions à risque et étant restés sur la touche.

La volatilité historique hebdomadaire de plus de 36 % a atteint son niveau le plus élevé de l’année. En outre, les fourchettes de négociation hebdomadaires ont augmenté.

Le bois d’œuvre et le cuivre sont deux matières premières qui peuvent signaler une croissance ou une contraction économique. Les niveaux de prix des deux matières premières industrielles étaient sur la touche à la fin de la semaine dernière.

Les marchés attendent davantage de données et de signes de progrès menant à la fin de la pandémie mondiale. Le bois d’œuvre et le cuivre sont deux marchés à mettre sur votre radar d’investissement.

Parfois, les prix peuvent évoluer avant que d’autres actifs ne réagissent aux tendances économiques. Même si vous ne négociez jamais le métal de base ou le bois, le fait de suivre l’évolution des prix peut vous donner un avantage lorsqu’il s’agit d’anticiper l’évolution des économies américaine et mondiale.

Source : investing

Autres articles à lire

L’essence menacée alors que Fauci met en garde contre le déconfinement

administrateur

Cours de l’argent : le dollar et la Chine

administrateur

Les Traders américains sont confrontés à une surabondance d’approvisionnement.

administrateur

Le baril de WTI affiche -45% et vient de “taper” les 10$ sur le NYMEX

administrateur

Argent : Le rallye est-il terminé, ou peut-il se poursuivre jusqu’à 25$ ?

administrateur

Espoirs, gros titres et sentiment alimentent l’exubérance du pétrole, à tort?

administrateur