Autres actualités

Débat à la BCE pour garder “les mains libres” face à la crise Par Reuters

© Reuters. LA BCE VEUT GARDER “LES MAINS LIBRES” FACE AUX INCERTITUDES

FRANCFORT (Reuters) – Des responsables de la Banque centrale européenne (BCE) ont plaidé pour garder “les mains libres” afin de combattre la crise économique provoquée par la pandémie de coronavirus et souligné être prêts à amplifier les mesures de soutien si nécessaire lors de leur réunion de septembre, montre le compte rendu des débats publié jeudi.

Si la BCE a laissé sa politique monétaire inchangée à l’issue de cette réunion, le compte rendu reflète la préoccupation croissante de ses responsables en énumérant une longue liste de risques susceptibles de freiner la croissance économique, de la vigueur de l’euro à l’augmentation des taux d’infection en passant par les élections américaines de novembre.

“Dans le contexte d’incertitude élevée qui prévaut, le maintien d’une ‘main ferme’ en matière de politique monétaire a été jugé le plus approprié”, explique le document.

“Dans le même temps, l’argument a été avancé d’un maintien des ‘mains libres’ au regard d’une incertitude élevée, appuyant la nécessité d’évaluer avec soin toute information nouvelle, y compris le taux de change de l’euro, et de maintenir une certaine flexibilité en prenant des mesures appropriées si et quand cela est nécessaire.”

Si la présidente de la BCE, Christine Lagarde, a tenu un discours globalement confiant sur les perspectives de croissance lors de sa conférence de presse du 10 septembre et si l’institution a revu à la hausse certaines de ses prévisions économiques, le compte rendu traduit une inquiétude plus marquée que ne le laissait paraître la communication initiale.

“La dynamique sous-jacente de la pandémie, l’évolution des négociations en vue d’un accord pour l’après-transition du Brexit, l’issue de l’élection présidentielle américaine et les décisions sur les projets budgétaires au niveau national comme au niveau de la zone euro doivent être surveillés de près”, explique la BCE.

Une majorité d’économistes s’attend à ce que la banque centrale prolonge et augmente en décembre son “programme d’achats d’urgence face à la pandémie” (PEPP), dont le montant est pour l’instant fixé à 1.350 milliards d’euros.

Si certains membres du Conseil des gouverneurs ont plaidé en faveur d’une réduction au moins temporaire de ces achats au vu de la baisse des tensions sur les marchés, d’autres se sont accordés sur le fait que l’enveloppe du PEPP devrait être utilisée dans sa totalité.

(Francesco Canepa, version française Marc Angrand, édité par Blandine Hénault et Jean-Michel Bélot)

Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Source : investing

Autres articles à lire

L’aversion au risque fait son retour, en attendant la BCE Par Reuters

administrateur

Lufthansa va réduire encore davantage sa flotte et ses effectifs Par Reuters

administrateur

Nouveau sommet historique en vue après les chiffres des livraisons du T2 Par Investing.com

administrateur

Le vice-président de la Fed redoute une forte envolée du chômage Par Reuters

administrateur

Air France va engager un plan de départ volontaire Par Reuters

administrateur

Xavier Bertrand demande à l’Etat d’investir pour sauver l’usine Par Reuters

administrateur