Autres actualités

Deux fois plus d’investisseurs individuels en Europe en 18 mois, selon Euronext Par Reuters

© Reuters. Le nombre d’investisseurs individuels en Europe a doublé depuis le début 2019 en profitant de l’essor du télétravail et de l’augmentation des taux d’épargne liés à la pandémie. /Photo d’archives/REUTERS/Issei Kato

par Saikat Chatterjee

LONDRES (Reuters) – Le nombre d’investisseurs individuels en Europe a doublé depuis le début 2019 en profitant de l’essor du télétravail et de l’augmentation des taux d’épargne liés à la pandémie, montrent des données d’Euronext.

Cette tendance reste toutefois moins marquée en Europe qu’aux Etats-Unis, où elle a profité de la vogue des “meme stocks”, ces titres recherchés par des investisseurs individuels coalisés via les réseaux sociaux pour contrer les vendeurs à découvert.

Handicap supplémentaire, le marché européen demeure bien plus fragmenté que l’américain.

La part des échanges réalisés par des investisseurs individuels a néanmoins a atteint près de 7% mi-2020 contre 2% en 2019 avant de revenir autour de 5% actuellement, dit Euronext.

A titre de comparaison, Daniel Fannon, analyste de Jefferies, estimait en janvier que les investisseurs individuels pouvaient représenter jusqu’à 32% des volumes d’échanges globaux sur les actions aux Etats-Unis.

Sur Euronext, le nombre d’investisseurs individuels a doublé depuis 18 mois, a dit Stéphane Boujnah, directeur général de l’opérateur, à Reuters.

Il explique, à propos du phénomène des “meme stocks” que les règles boursières européennes sont bien plus strictes que celles de Wall Street, ce qui rend difficile toute coordination d’un mouvement d’investisseurs individuels qui souhaiterait s’en prendre à des stratégies de vente à découvert de fonds spécialisés.

La croissance du nombre d’investisseurs individuels s’explique aussi par le succès de plates-formes de trading grand-public comme eToro, qui a enregistré 3,1 millions de nouveaux utilisateurs au premier trimestre de cette année après 5,2 millions sur l’ensemble de 2020.

Aux Etats-Unis, la tendance s’est accentuée après l’abandon des commissions par de grands intermédiaires comme Schwab ou Fidelity face à la concurrence de nouveau-venus tels que Robinhood et Social Finance.

(Version française Marc Angrand, édité par Blandine Hénault)

Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Source : investing

Autres articles à lire

L’économie américaine en récession depuis février, selon le NBER Par Reuters

administrateur

Wall Street clôture peu changé, déception sur l’emploi et le plan de relance Par Reuters

administrateur

La Catalogne reconfine 200.000 personnes face à une reprise de l’épidémie de coronavirus Par Reuters

administrateur

Les auditeurs de Nissan ont eu des doutes dans le dossier Ghosn Par Reuters

administrateur

Wall Street dans le rouge, la peur de l’inflation reprend le dessus Par Reuters

administrateur

Le bitcoin chute, la Chine durcit sa réglementation Par Reuters

administrateur