Autres actualités

Discours présidentiels, Brexit et ventes au détail US

© Reuters

Par Geoffrey Smith

Investing.com — Les candidats à la présidence américaine s’affrontent à distance lors de réunions publiques, l’UE fait pression sur Boris Johnson pour qu’il renonce au Brexit, les marchés sont stables avant les ventes au détail et les données de production industrielle, tandis que le pétrole s’effondre, l’OPEP ne donnant aucun signe d’abandon de ses plans d’augmentation de la production l’année prochaine. Voici ce que vous devez savoir sur les marchés financiers le vendredi 16 octobre.

1. Les candidats à la présidence s’affrontent à distance

Les deux candidats à la présidence des États-Unis se sont affrontés à distance dans deux villes distinctes.

Le discours du président Donald Trump était généralement libre de tout nouvel engagement politique et se distinguait surtout par son refus de désavouer le mouvement de la théorie de la conspiration des Qanons.

Le candidat du Parti démocrate et ancien vice-président Joe Biden a déclaré qu’il viserait à lever 2,4 billions de dollars d’impôts au cours de la prochaine décennie auprès des entreprises et des ménages américains les plus riches. En ce qui concerne la politique d’exploration pétrolière, il a déclaré qu’il n’était pas favorable à une interdiction du “fracturage”, mais a déclaré qu’elle devait être gérée “très, très soigneusement”.

Biden a également choisi de ne pas exclure l’ajout de juges à la Cour suprême si le Sénat, contrôlé par les républicains, poursuit la confirmation de la nomination d’Amy Coney Barrett à la Cour dans les prochains jours.

2. Ventes au détail et données sur la production industrielle attendues

Les principales données économiques de la journée proviennent de l’économie réelle, les ventes au détail américaines pour le mois de septembre étant attendues à 14h30. Les analystes s’attendent à ce que la croissance des ventes au détail de base ralentisse à 0,5% sur le mois, contre 0,7% en août, ce qui serait une preuve supplémentaire de l’aplatissement de la reprise post-confinement.

La pression sur les dépenses de consommation augmente alors que les licenciements se poursuivent à un rythme élevé, tandis que le Congrès n’a pas réussi à produire un nouveau plan de relance pour soutenir les revenus depuis septembre. Les demandes initiales de prestations de chômage ont atteint leur plus haut niveau depuis août dernier, soit près de 900 000.

A 15h15, il y aura également des données sur la production industrielle pour le mois de septembre, où une accélération marginale de 0,5% est attendue.

A 16h00, l’Université du Michigan publiera son enquête mensuelle sur le sentiment des consommateurs. L’indice principal devrait atteindre 80,5, contre 80,4 le mois dernier.

3. Les actions stagnent ; les résultats de Honeywell (NYSE:) et Schlumberger (NYSE:) attendus

Les marchés boursiers américains devraient terminer la semaine sur une note plate, aucun des contrats à terme sur les principaux indices ne bougeant beaucoup en préouverture.

À 12h55, les étaient en hausse de 0,2%, tandis que les futures S&P étaient en hausse d’un peu moins de 0,2%. Les futures étaient en hausse de 0,3%.

La liste des résultats de la semaine se termine par des mises à jour de Honeywell et du géant des services pétroliers Schlumberger, ainsi que d’Ally Financial (NYSE:), State Street (NYSE:) et Bank of New York Mellon (NYSE:). Les actions de Intuitive Surgical (NASDAQ:{}
peuvent également susciter l’intérêt après avoir affiché des résultats bien supérieurs aux attentes après la cloche de clôture de jeudi.

4. L’UE augmente la pression sur Johnson à propos du Brexit

Les dirigeants européens ont refusé de faire d’autres concessions sur les accords commerciaux post-Brexit avec le Royaume-Uni, remettant fermement la balle dans le camp du Premier ministre Boris Johnson. Un responsable de l’UE a déclaré qu’il appartenait au Royaume-Uni d’honorer les termes de l’accord de retrait signé entre les deux parties l’année dernière.

Il a souligné les préoccupations actuelles concernant le nouveau projet de loi du gouvernement britannique qui violerait les termes de cet accord et imposerait des contrôles douaniers à la frontière irlandaise. L’UE cherche également à obtenir de nouvelles concessions sur les questions de la pêche et de la concurrence.

Johnson doit faire une déclaration plus tard.

5. Le Pétrole s’effondre après l’OPEP

Le prix du pétrole brut a chuté mais s’est maintenu au-dessus de 40 dollars le baril, suite à une importante baisse des stocks américains confirmée jeudi par l’Administration américaine de l’information sur l’énergie.

Le grand trader en pétrole Gunvor estime que les stocks mondiaux sont actuellement en baisse de 3 millions de barils par jour, a déclaré plus tôt à Bloomberg son PDG Torbjorn Tonqvist. Cependant, cela pourrait ne pas durer longtemps. Une réunion technique d’experts de l’OPEP, jeudi, n’a donné aucune indication sur le fait qu’une augmentation de la production de près de 2 millions de barils par jour, prévue pour le début de l’année prochaine, sera reportée.

Les contrats à terme sur le américain ont baissé de 0,9% à 40,61$ le baril, tandis que les contrats à terme sur le ont baissé de 0,9% à 42,76$ le baril.

Source : investing

Autres articles à lire

L’entrée de l’Etat néerlandais dans Air France-KLM jugée infondée Par Reuters

administrateur

Norwegian Air annonce un accord crucial pour sa survie avec une partie de ses créanciers Par Reuters

administrateur

Top 3 des thèmes clés à surveiller sur les marchés ce mercredi 3 juin 2020 Par Investing.com

administrateur

Top 5 des événements clés à retenir pour bien aborder la séance US ce jeudi Par Investing.com

administrateur

Sanofi renforce sa collaboration avec Translate Bio dans les vaccins Par Reuters

administrateur

Les jeunes, premiers sacrifiés sur l’autel de la crise économique Par Reuters

administrateur