Placement

Electricité : les centrales à charbon tournent à plein régime

Publié le 5 oct. 2021 à 7:25

La crise de l’énergie qui secoue le monde est des plus néfastes pour le climat. Pour produire de l’électricité, la planète a de plus en plus recours aux centrales à charbon, qui émettent plus de gaz à effet de serre que celles fonctionnant au gaz (sans parler, bien sûr, des renouvelables et du nucléaire).

Le charbon assure d’habitude un gros tiers de la génération d’électricité mondiale (36 % en 2019 selon l’Agence internationale de l’énergie). De la Pologne à la Grande-Bretagne en passant par la Chine, les centrales à charbon sont plus utilisées que d’ordinaire à cette période de l’année, alors même que la saison froide n’a pas encore commencé dans l’hémisphère nord.

En Europe et en Asie

L’équation est tristement simple. L’envolée sans précédent des cours du gaz naturel rend de plus en plus chère la production d’électricité avec cette source d’énergie. Dans la plupart des cas, le charbon, plus économique, est appelé à la rescousse, bien que le prix de « king coal » atteigne lui aussi des sommets.

« On le constate surtout en Asie et en Europe, explique William Peck, analyste au cabinet ICIS. Les Etats-Unis sont moins concernés pour l’instant car les prix du gaz y sont moins élevés, mais c’est peut-être en train de changer. » En Chine, la consommation de charbon « progresse fortement », observe-t-il : +14 % en augmentation annuelle au cours des huit premiers mois de l’année, selon ICIS.

L’offre n’arrive pas à suivre la demande

C’est le cas aussi en Allemagne, où la génération d’électricité à partir de charbon a dépassé la génération au gaz depuis un mois, pour la première fois depuis 2018. La France n’avait pas consommé autant de charbon au mois de septembre depuis 2017. Dans les quatre premiers pays d’Europe (Allemagne, France, Royaume-Uni et Italie), la génération d’électricité au charbon a atteint 11 gigawatts le mois dernier, 43 % de plus qu’en septembre de l’année dernière.

Crédits carbone

Ce retour en force est d’autant plus remarquable que le prix des crédits carbone , ces « droits à polluer » en vigueur en Europe, en Chine ou encore dans certains Etats américains, renchérissent encore l’utilisation du charbon, plus émetteur de CO2 que le gaz. « La tendance aurait été encore plus prononcée s’il n’y avait pas eu l’augmentation du prix des crédits carbone sur le marché européen », souligne l’Agence internationale de l’énergie.

La tendance va-t-elle se poursuivre ? Si les prix des différents carburants restent à leur niveau actuel, la génération d’électricité au gaz baisserait de 25 % à 45 % l’an prochain en Europe selon différents scénarios élaborés par ICIS, impliquant un recours encore accru au charbon pour compenser. Cela se traduirait par une hausse des prix de l’électricité d’un tiers en moyenne sur le continent, en raison du surcoût des crédits carbone, et une augmentation des émissions de CO2 comprise entre 10 % et 25 %.

Source : les echos

Autres articles à lire

Le private equity se passe de plus en plus des banques pour se financer

administrateur

Une grosse affaire de délits d’initiés suspendue à une décision européenne

administrateur

Solutions 30 s’apprête à vivre ce mercredi une AG à haut risque

administrateur

Brexit : Dublin récupère la plus grosse part du gâteau de la City

administrateur

AXA enterre la hache de guerre avec le restaurateur Stéphane Manigold

administrateur

La nouvelle génération de fonds cotés débarque aux Etats-Unis

administrateur