Placement

En Espagne, la banque Santander veut supprimer 4.000 postes

Publié le 15 nov. 2020 à 14:49Mis à jour le 15 nov. 2020 à 14:58

Santander serre la vis et prépare le plus gros plan social de son histoire. La direction du groupe bancaire espagnol a présenté vendredi aux syndicats un plan de réduction d’effectifs drastiques, en annonçant son intention de couper 5.000 postes, dont 1.000 pourraient être transférés vers d’autres sociétés du groupe. Cet ajustement devrait affecter 14 % des 28.800 salariés en Espagne et va signifier la fermeture de près de 1.000 agences, soit un tiers du total réseau dans le pays.

Il s’agit de la première phase du plan d’économies global de 1 milliard d’euros sur deux ans annoncé lors de la publication des résultats du troisième trimestre, en conséquence des 9 milliards de pertes subies par le groupe en 2020 . Il est présenté comme un exercice de responsabilité nécessaire face à l’accélération des mutations numériques du secteur financier, sous la pression de la crise du coronavirus.

Disruptions digitales

« Les changements induits par cette crise nous obligent à nous adapter parce que la digitalisation va s’accélérer encore plus », a commenté Ana Botin, la présidente de Santander . « Il y aura des disruptions digitales, une plus grande pression des réglementations et les nouveaux concurrents technologiques vont grandir plus rapidement. »

Alors que près de la moitié des opérations financières se font à distance, la pandémie a servi de laboratoire, précipitant la migration des clients vers les canaux en ligne, dont l’usage a bondi de 40 % en 2020. Les derniers mois viennent de montrer comment la banque a pu fonctionner à distance, et assurer la continuité des services au client, malgré la réduction de l’activité des agences. Un accord récemment signé avec l’opérateur postal Correos devrait par ailleurs permettre à Santander de maintenir sa présence en milieu rural en dépit du baisser de rideau de ses succursales.

« L’ajustement n’est pas une option, c’est une obligation pour restaurer la rentabilité et améliorer l’efficience », indiquait le responsable des ressources humaines, Aurelio Velo, dans une note au personnel il y a quelques jours.

Sorties non traumatiques

L’annonce de ces réductions d’emplois a lieu alors que la banque achève tout juste son plan d’ajustement de 3.200 emplois lié aux effets de l’intégration de Banco Popular en 2017. Les syndicats tablent néanmoins sur la négociation de sorties non traumatiques, avec l’ouverture d’un guichet de départs volontaires et, surtout l’offre de préretraites, alors que quelque 4.000 salariés ont plus de 55 ans. Une grande partie du personnel transféré devrait aller vers les centres d’appels téléphoniques et de gestion à distance qui sont appelés à se développer fortement à mesure que le nombre d’agences se réduira sur le territoire.

Santander n’est pas le seul acteur du secteur financier espagnol à préparer des coupes dans ses effectifs. La fusion à venir de CaixaBank et Bankia , qui sera scellée début décembre, pourrait déboucher sur la suppression de 7.000 postes, selon les calculs provisoires des syndicats, tandis que Banco Sabadell prévoit par ailleurs de couper environ 2.000 emplois.

Source : les echos

Autres articles à lire

La finance européenne veut préparer l’après-crise

administrateur

L’Europe tentée par la création d’un parachute anti-crise pour les banques

administrateur

Les cours du pétrole se stabilisent au-dessus des 40 dollars

administrateur

Eurazeo lance son fonds avec le chinois CIC et BNP Paribas

administrateur

L’or à 2.000 dollars pour la première fois de son histoire

administrateur

Election américaine : Trump et la Bourse, une histoire d’amour contrariée

administrateur