Bourse & Actions

ETF d’actions privilégiées : Rendement stables dans un environnement incertain

Vous cherchez un revenu régulier ? Les actions privilégiées sont l’un des nombreux types d’instruments qui peuvent vous aider.

Aujourd’hui, nous allons examiner les caractéristiques des actions privilégiées et de deux fonds négociés en bourse (ETF) pour obtenir une exposition à ce type d’actions.

Il est important de noter que les titres privilégiés peuvent présenter des caractéristiques différentes selon les pays. Notre discussion porte sur les titres émis aux États-Unis.

Actions privilégiées : Avantages et inconvénients

Les actions privilégiées présentent les caractéristiques des obligations, qui versent un revenu fixe, et des actions, qui représentent la propriété d’une société. Les détenteurs, qui les achètent généralement pour leur revenu et pas nécessairement pour leur croissance, ont droit à des paiements de dividendes selon un calendrier déterminé, qui ressemblent aux paiements d’intérêts des obligations.

Le secteur bancaire est actuellement le plus grand segment de l’univers des actions privilégiées aux États-Unis, car de nombreuses banques ont émis des actions privilégiées à la suite de la crise des subprimes et de la contraction économique d’il y a plus de dix ans. C’est l’un des meilleurs moyens pour les banques de répondre aux exigences de fonds propres plus élevées imposées par les régulateurs.

Si les bénéfices des entreprises n’ont pas beaucoup d’effet sur le prix des actions privilégiées, les taux d’intérêt et les notations de crédit sont des facteurs importants.

En cas de faillite et de liquidation, les actionnaires privilégiés ont la priorité sur les actionnaires ordinaires. Ce droit plus élevé sur les actifs d’une société explique en partie le terme “privilégié”.

Mais ils soutiennent les créanciers, de sorte que les actionnaires privilégiés ne sont payés que s’il reste de l’argent après que tous les créanciers de premier rang ont été remboursés. En raison de ce risque de subordination, les actions privilégiées paient des taux plus élevés que les obligations d’une même société.

Autre raison de ce taux de dividende plus élevé : les actions privilégiées sont remboursables par anticipation. Ainsi, bien que les actions privilégiées n’aient pas de date d’échéance, elles sont généralement émises avec une clause de remboursement par anticipation sur cinq ans. En cas de baisse des taux d’intérêt, les actions privilégiées peuvent se négocier à prime et peuvent facilement être rachetées (remboursées) par l’émetteur au pair.

Par exemple, si les actions privilégiées rachetables sur le marché ont un dividende de 5 % lorsque les taux d’intérêt baissent à 1 %, l’émetteur peut acheter les actions en circulation. Il réémet alors de nouvelles actions privilégiées à un taux de dividende inférieur. Une telle mesure aide l’entreprise à réduire le coût du capital. Toutefois, l’actionnaire initial est désavantagé.

Enfin, les dividendes d’actions privilégiées peuvent présenter certains avantages fiscaux pour les investisseurs basés aux États-Unis, qui peuvent souhaiter consulter leur comptable ou leur conseiller financier.

Dans cette optique, voici deux ETF d’actions privilégiées :

1. ETF Invesco preferred

  • Prix actuel : 14,73$
  • Fourchette de 52 semaines : 9,71 $ – 15,28$
  • Rendement des dividendes : 5,04%
  • Frais : 0,50%.

L’Invesco Preferred ETF (NYSE:) offre une exposition aux titres privilégiés à taux fixe libellés en dollars américains émis aux États-Unis. Le fonds a commencé à être négocié en 2008 et est rééquilibré chaque mois.

ETF PGX

PGX, qui compte 306 positions, suit l’indice ICE BofAML Core Plus Fixed Rate Preferred Securities. Le fonds est fortement pondéré dans le secteur financier (63,35 %), suivi par les services publics (13,72 %), l’immobilier (8,69 %) et les services de communication (7,17 %).

Les actions privilégiées émises par Citigroup Inc (NYSE:), Wells Fargo & Company (NYSE:), JPMorgan Chase & Co (NYSE:), Bank of America Corp (NYSE:) et PNC Financial Services Group Inc (NYSE:) figurent en tête de liste des participations.

Jusqu’à présent, en 2020, PGX a baissé d’environ 1 %. Nous avons indiqué ci-dessous le rendement actuel des dividendes (DY) et l’évolution des cours depuis le début de l’année (YTD) de ces cinq sociétés. Ces chiffres peuvent aider les investisseurs à mieux analyser les rendements du fonds par rapport à la détention des actions réelles des sociétés du fonds.

C – DY de 4,69%, YTD en baisse de 45,53% ;
WFC – DY de 1,75 %, YTD en baisse de 57,6 % ;
JPM – DY de 3,59%, YTD en baisse de 28,0% ;
BAC – DY de 2,98%, YTD en baisse de 31,46% ;
PNC – DY de 4,1%, YTD en baisse de 29,8%.

Différents lecteurs peuvent arriver à des conclusions différentes en examinant ces chiffres. La première chose à faire serait de définir les objectifs d’investissement et les horizons temporels avant d’allouer le capital à un groupe d’actifs. Il est également important d’apprécier le profil risque/rendement des différents actifs.

2. iShares International Preferred Stock ETF

  • Prix actuel : 14,31$
  • Fourchette de 52 semaines : 8,38 $ – 15,71$
  • Rendement : 4,56%.
  • Frais : 0,55%.

Le fonds iShares iShares International Preferred Stock ETF (NYSE:) offre une exposition aux actions privilégiées en dehors des États-Unis, c’est-à-dire principalement au Canada (83,26 % des actifs), ainsi qu’au Royaume-Uni, en Suède et à Singapour.

ETF IPFF

L’IPFF, qui compte 82 participations, suit l’indice S&P International Preferred Stock. Parmi les principales participations figurent des actions privilégiées émises par TC Energy Corp (TSX:), Klovern AB (LON:), CIBC (TSX:), Bank of Nova Scotia (TSX:), Royal Bank of Canada (NYSE:) et Bank of Montreal Financial Group (TSX:).

Au total, les institutions financières représentent 63,8 % des actifs nets, qui s’élèvent à 38,5 millions de dollars. Viennent ensuite les industries (25,71 %) et les services publics (5,34 %). Depuis le début de l’année, l’IPFF est en baisse de 7,44 %.

Ci-dessous, nous avons énuméré les variations de rendement actuel des dividendes (DY) et les variations de prix depuis le début de l’année (YTD) de quatre des principales participations cotées aux États-Unis. Comme dans le cas de PGX, ces mesures peuvent donner une meilleure indication des rendements du fonds par rapport à la détention des actions réelles des sociétés du fonds.

TRP – DY de 5,63%, YTD en baisse de 19,4% ;
CM – DY de 5,7%, YTD en baisse de 8,05% ;
BNS – DY de 6,41%, YTD en baisse de 25,07% ;
BMO – DY de 5,23%, YTD en baisse de 20,49%.

Étant donné l’exposition du fonds aux entreprises canadiennes, nous examinerons également les rendements YTD et les rendements en dividendes de trois autres ETF qui se concentrent sur le Canada :

iShares MSCI Canada ETF (NYSE:) – 2,99 % en année pleine, 6,01 % en cumul annuel ;

JPMorgan BetaBuilders Canada (NYSE:) – 2,63 % en année pleine, 6,42 % en cumul annuel ;

SPDR® Solactive Canada ETF (NYSE:) – DY de 2,99%, YTD en baisse de 6,01%.

Nous encourageons les investisseurs potentiels dans tout actif à faire preuve de diligence raisonnable et à analyser un produit financier donné sous différents angles avant d’appuyer sur le bouton “acheter”. Il est important d’aller au-delà des gros titres et de rechercher des actifs alternatifs qui peuvent également offrir une exposition similaire dans le cadre d’un profil risque/rendement éventuellement meilleur.

Source : investing

Autres articles à lire

Focus sur la tech : un secteur sous tension

administrateur

Une action pétrolière européenne pour profiter de l’optimisme sur le vaccin covid-19

administrateur

Paris repasse sous les 4 400 points

administrateur

Pinterest et Exxon Mobil : 1 action à privilégier et l’autre à fuir cette semaine

administrateur

Wall Street ne fait pas de politique et trace sa route !

administrateur

Exposez votre portefeuille aux actions chinoises avec ces 2 ETF

administrateur