Placement

Eurazeo vient batailler avec les assureurs pour racheter Aviva France

Publié le 18 janv. 2021 à 15:30

C’est un nouvel invité surprise dans la bataille pour le contrôle d’Aviva France et ses 80 milliards d’euros d’actifs. Les assureurs Allianz, Macif et Generali qui pensaient avoir la voie libre et imaginaient céder d’éventuels morceaux à des fonds d’investissement, font devoir face à un nouvel adversaire, Eurazeo.

La société d’investissement dirigée par Virginie Morgon a en effet promis à ses investisseurs de doubler de taille d’ici quatre à cinq ans, à près de 40 milliards d’euros d’actifs, et voit grand. Elle a déposé une offre indicative la semaine dernière dans le cadre des enchères pour la filiale française de l’assureur britannique, valorisée plus de 3 milliards d’euros .

L’idée pour Eurazeo n’est pas d’y investir pour la revendre dans cinq ans, ni même d’y greffer une autre de ses participations, la compagnie d’assurance Albingia .

Eurazeo veut faire de la gestion d’actifs d’assurance « une branche à part entière de sa plate-forme d’investissement », indique un proche du dossier, dans le sillage des modèles initiés par les géants américains du capital-investissement Blackstone et Apollo, allié d’Allianz à travers la compagnie Athora dans le processus d’enchères.

« Ils ont montré que c’était possible », ajoute cette source. Désormais, la prime va à la taille dans le non coté. Les investisseurs veulent y déployer de gros tickets, et le rachat de portefeuille d’actifs existants permet d’aller plus vite que le cycle traditionnel de levée de fonds.

« Notre assurance-vie doit rester française »

Dans la bataille, Eurazeo a pour lui son ancrage français, et compte bien le revendiquer. « Notre assurance-vie doit rester française. Il est important pour la relance économique du pays et les emplois que cette épargne ne parte pas ailleurs et qu’au contraire, on la mette enfin à disposition du tissu économique français et continental », considère une source proche de la société d’investissement, alors que l’association d’épargnants Afer avait poussé très loin cet argument pour faire échouer une reprise par le tandem Allianz/Athora.

On ne sait cependant pas à ce stade ce qu’Eurazeo pourrait envisager pour l’activité d’assurance dommage d’Aviva France et s’il la céderait s’il remportait les enchères.

La société d’investissement n’est par ailleurs pas la seule dans le non-coté à se montrer intéressée. Le poids lourd britannique CVC, qui gère près de 110 milliards de dollars d’actifs, s’est positionné lui aussi. Et d’autres, qui ne se sont pas manifestés au premier tour d’enchères, pourraient attendre que l’acquéreur final veuille se séparer d’une partie des activités. Le nom de Cinven avait notamment été cité.

«  !»,

Source : les echos

Autres articles à lire

La SEC renonce à sa proposition phare pour limiter le pouvoir les agences de conseil en vote

administrateur

Plan de relance : banques et fonds relancent la bataille des fonds propres

administrateur

Pétrole : les majors européennes sauvées par leurs opérations de trading

administrateur

Le gendarme boursier craint une nouvelle correction sur les marchés

administrateur

Le nombre de banquiers millionnaires a augmenté l’an dernier

administrateur

Le bitcoin franchit la barre des 30.000 dollars pour la première fois

administrateur