Bourse & Actions

Fed : La Réserve Fédérale tente de rassurer le marché alors que l’économie se dégrade

Les responsables politiques de la Réserve Fédérale se sont efforcés de rassurer les investisseurs sur le fait que la banque centrale maintiendrait le cap, avant l’ de Joseph Biden comme président des États-Unis ce mercredi, et de soutenir les efforts de la nouvelle administration pour aider à la reprise économique après la pandémie.

“Faites attention à ne pas vous retirer trop tôt”, a déclaré le président de la Fed, Jerome Powell, lors d’un événement virtuel pour l’université de Princeton, alors qu’il s’est engagé à maintenir les achats d’actifs.

“Et au fait, essayez de ne pas parler de sortie si vous envoyez ce signal, car les marchés sont à l’écoute”.

Ses remarques semblaient en partie destinées à calmer les investisseurs après que le chef de la Fed d’Atlanta, Raphael Bostic, a suggéré la semaine dernière que le Comité fédéral de l’Open Market pourrait vouloir recalibrer son programme d’achat d’actifs plus tard dans l’année.

Mais les deux n’étaient pas si éloignés l’un de l’autre. M. Powell, lui aussi, était optimiste quant aux perspectives économiques. Dans le webcast de Princeton, il a déclaré :

“Vous êtes dans une situation où nous pourrions revenir à l’ancien pic économique assez rapidement, et le dépasser.”

Powell s’est prononcé en faveur des mesures de relance budgétaire adoptées par le Congrès, notamment les 2 200 milliards de dollars en mars et les 900 milliards de dollars en décembre.

Le président de la Fed de Boston, Eric Rosengren, est devenu le premier responsable politique de la Fed à commenter le nouveau plan de relance proposé par Biden, qualifiant le paquet de 1 900 milliards de dollars d'”approprié” pour contrer la croissance inférieure aux normes prévue au premier semestre. Entre autres choses, le plan prévoit de nouveaux versements en espèces et l’extension des allocations de chômage.

C’est ce qu’a déclaré Steve Liesman à l’interviewer de CNBC :

“Bien que ce soit un très gros paquet, je pense que jusqu’à ce que les gens aient été vaccinés, que les entreprises aient été mises en relation et que de nombreux chômeurs soient retournés au travail, nous avons besoin d’une politique fiscale expansionniste”.

Rosengren est devenu une sorte de faucon, mais il a déclaré qu’il ne se préoccupait pas pour l’instant de la stabilité financière. “Mes préoccupations en matière de stabilité financière concernent en fait ce qui se passe lorsque l’économie est beaucoup plus forte qu’aujourd’hui”, a-t-il déclaré.

Le gouverneur de la Fed, Lael Brainard, a souligné que le est très élevé dans certains secteurs, soulignant l’importance du soutien de la Fed à l’économie.

“Les dommages causés par COVID-19 sont concentrés parmi les groupes déjà touchés”, a-t-elle déclaré lors d’un discours diffusé sur le web pour l’Association canadienne de l’économie des affaires. Les économistes de la Fed estiment que le chômage dans le dernier quartile des salaires est supérieur à 20 %, alors qu’il est inférieur à 5 % dans le premier quartile.

Le double mandat de la Fed lui impose de viser un maximum d’emplois ainsi que des prix stables.

Le vice-président de la Fed, Richard Clarida, a réitéré la semaine dernière, lors d’un webcast de la Hoover Institution, que le FOMC n’augmenterait pas les taux tant que l’inflation ne serait pas de 2 %. “Nous essayons de nous lier les mains”, a-t-il déclaré à propos du nouveau cadre de la politique monétaire de la Fed. Ajoutant :

“En fait, il ne semble pas que cela manque de crédibilité pour les marchés que nous allons faire cela.”

Certains membres du FOMC ne sont cependant pas sûrs que l’inflation ait été maîtrisée, surtout si l’on considère les secteurs durement touchés par la pandémie. Esther George, chef de la Fed de Kansas City, a déclaré que l’inflation avait été maîtrisée par ces secteurs et qu’elle pourrait revenir en force.

“Dans la mesure où un rebondissement post-vaccinal stimule la demande et les prix dans ces secteurs, y compris les billets d’avion et les chambres d’hôtel, l’inflation pourrait augmenter rapidement”.

Christ Waller, ancien économiste en chef de la Fed de St Louis, a prêté serment en tant que sixième membre du conseil des gouverneurs après la réunion de décembre du FOMC et participera à la réunion des 26 et 27 janvier en tant que membre votant pour la première fois.

Les analystes le classent au milieu du spectre dovish sur l’éventail de la politique monétaire et s’attendent à ce qu’il ancre davantage le FOMC au centre. En d’autres termes, l’ancienne chaire d’économie de l’Université de Notre Dame ne risque pas de faire des vagues.

Source : investing

Autres articles à lire

CAC40 : Quand ça ne veut pas…

administrateur

Cannabis : Seulement 7 entreprises du secteur valent toujours plus de $1 milliard

administrateur

A quel point l’action Zoom peut-elle encore progresser après son rallye de 500% ?

administrateur

CAC 40 – Paris au-dessus des 4 500 points… mais que d’incertitudes !

administrateur

CAC40 : le marché espère un double creux…risqué ?

administrateur

CAC40 : attention à ne pas se fier au calme apparent…

administrateur