Bourse & Actions

Fed : Powell envoie un message mitigé avec des Minutes optimistes et pessimistes

Le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, n’est pas économiste et sa politique de franc-parler l’éloigne des dichotomies “d’une part, d’autre part”, mais son récent message a été résolument mitigé.

La semaine dernière, il a fait le point sur la situation des marchés en déclarant que la reprise sera probablement progressive et pourrait durer jusqu’à l’année prochaine. Les marchés se sont effondrés immédiatement après.

S&P500

Puis dimanche, à l’émission “60 Minutes” de CBS (NYSE:), il s’est transformé en optimiste, disant que personne ne devrait parier contre l’économie américaine. “On va s’en sortir”, a-t-il dit. Les marchés ont beaucoup mieux aimé cette version du message de Powell.

Lors d’un témoignage au Congrès mardi, il a semblé parfois diverger avec le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin, qui souhaitait une réouverture rapide pour éviter des dommages permanents à l’économie, alors même que Powell mettait en garde contre le fait que les gens doivent se sentir en sécurité avant de retourner au travail. Mais c’était après qu’il ait averti sur CBS que les compétences professionnelles ne devraient pas s’atrophier pendant trop longtemps, ce qui est essentiellement en accord avec M. Mnuchin.

Une image embrouillée pour les investisseurs

Le compte-rendu de la réunion du Comité fédéral de l’open market de la fin avril publié mercredi montre que Powell s’est inspiré de cette discussion. En fin de compte, les décideurs politiques n’ont aucune idée de ce qui se passera lors de la crise économique sans précédent provoquée par la pandémie de coronavirus et les efforts pour en atténuer l’impact.

Les économistes de la Commission ont présenté un scénario de base assez optimiste lors de la réunion d’avril, prévoyant une reprise à partir du second semestre, bien qu’elle ne sera pas achevée avant la fin de l’année. Mais ils ont également présenté un scénario plus pessimiste, incluant une seconde vague d’infection plus tard dans l’année, entraînant une nouvelle baisse du PIB et un chômage encore plus élevé l’année prochaine.

“Compte tenu de l’incertitude et des risques importants liés à l’évolution de l’épidémie de coronavirus, de l’ampleur de l’affaiblissement de l’économie et du temps qu’il faudrait pour la redresser”, les comptes rendus se déroulent de façon sombre, “le personnel a jugé qu’une projection plus pessimiste n’était pas moins plausible que la prévision de base”.

En d’autres termes, “qui diable le sait ?

Dans le monde agité de la politique partisane, le débat sur l’impact du COVID-19 divise les factions rouge et bleue à Washington et entre les États. Les rouges veulent rouvrir le débat, remettre les gens au travail et compter sur la disparition de l’infection ou l’instauration d’une immunité collective, tant que le danger de surcharger les établissements de santé est passé. Les bleus veulent procéder avec plus de prudence, en levant progressivement les restrictions de confinement, en gardant les masques et en maintenant la distance sociale.

Comme on pouvait s’y attendre, les républicains affirment que les démocrates veulent retarder la reprise pour saboter les espoirs de réélection du président Donald Trump en novembre, et les démocrates affirment que les républicains veulent faire preuve d’une grande prudence pour soutenir les chances de Trump.

Dans ce contexte, les indications de M. Powell selon lesquelles il faudra probablement augmenter les dépenses publiques ne sont pas très convaincantes. Les démocrates ont à peine adopté un plan de relance de 3 000 milliards de dollars à la Chambre, tandis que les républicains veulent attendre de voir comment les choses se passent avant d’engager davantage de fonds de relance.

L’administration s’accroche toujours à la notion de récession en V, une forte baisse suivie d’une reprise rapide, alors que d’autres s’attendent à un “swoop”, une forte baisse suivie d’une reprise plus progressive.

Les remarques officielles des deux côtés, comme les procès-verbaux du FOMC eux-mêmes, laissent une image confuse aux investisseurs. Dans les montagnes russes des marchés, les commentaires de mardi de Mnuchin et Powell, sans parler du procès-verbal du FOMC, se perdent dans la frénésie des espoirs de vaccins et dans l’élan de réouverture, sans parler des rapports positifs sur les bénéfices.

Pour sa part, comme l’affirme le procès-verbal, la Fed s’en tiendra à ses taux d’intérêt à taux zéro et à ses achats d’obligations aussi longtemps que nécessaire. Les décideurs politiques ont estimé que ce n’était pas le moment, en avril, de donner des indications sur la durée de ces politiques et ont débattu de la question de savoir si les éventuelles indications devaient préciser une date ou s’en tenir à un niveau de performance économique.

L’inflation est la dernière chose qui préoccupe les membres du FOMC. “L’effet global de l’épidémie sur les prix a été considéré comme désinflationniste”, peut-on lire dans le compte-rendu.

“En outre, un dollar plus fort et des prix du pétrole plus bas ont été des facteurs susceptibles d’exercer une pression à la baisse sur l’inflation, et les mesures de compensation de l’inflation basées sur le marché sont restées très faibles”.

Le retour de l’inflation au taux cible de 2 % a encore reculé, bien que les participants aient espéré que tous ces aménagements seraient utiles à long terme. Les taux négatifs continuent d’être refusés la banque centrale américaine.

Source : investing

Autres articles à lire

Les foncières immobilière américaines trustent le podium au sein du S&P500

administrateur

Les plus belles soldes de Thanksgiving ? Sur le pétrole bien sûr !

administrateur

Fed: Discours de Powell et Minutes du FOMC à surveiller de près mercredi et jeudi

administrateur

Une pluie de gains à deux chiffres après le déconfinement !

administrateur

Cannabis : Canopy Growth remonte grâce au vote de confiance de Constellation Brand

administrateur

Comment expliquer l’actuelle divergence de comportement des actions et obligations

administrateur