Placement

Fin de l’aventure américaine pour Luckin Coffee

Considéré comme le « Starbucks chinois », Luckin Coffee a décidé de ne plus faire appel de la décision de la Bourse de New York et va donc être retiré du Nasdaq. « A compter du 29 juin, Luckin Coffee suspendra ses activités sur le Nasdaq et demandera le retrait de la cote », a annoncé la start-up basée à Xiamen (sud-est de la chine), après une affaire retentissante de fraude .

Luckin Coffee a révélé début avril qu’un de ses dirigeants était accusé d’avoir falsifié le chiffre d’affaires 2019 à hauteur de 2,2 milliards de yuans (290 millions d’euros). Cette révélation a fait l’effet d’une bombe : l’action avait chuté de plus de 70 % dans la foulée, avant la suspension des échanges pendant plusieurs semaines.

Développement rapide

Créé il y a peine trois ans, Luckin Coffee a connu un développement ultra-rapide grâce au soutien financier d’investisseurs étrangers. L’enseigne compte en Chine plus de 4.500 points de vente, contre 4.200 environ pour Starbucks, son concurrent direct implanté dans le pays depuis 1999. L’enseigne s’est rapidement introduite sur le Nasdaq en mai 2019, où elle a pu lever 651 millions de dollars. En janvier dernier, une nouvelle émission d’actions lui a permis de lever 865 millions de dollars supplémentaires. Sa capitalisation boursière a atteint un record de 12 milliards de dollars en début d’année, avant de s’effondrer et de ne plus valoir que 350 millions de dollars vendredi soir à New York.

Trois mois après la divulgation de fraude, Luckin Coffee n’a pas été en mesure de publier ses résultats annuels audités pour 2019 ni de dévoiler les résultats d’une enquête interne sur la façon dans les revenus ont été truqués. Selon le « Wall Street Journal », un groupe d’employés auraient généré de fausses ventes en utilisant des comptes individuels et d’entreprises peu connues pour acheter des coupons de réduction pouvant être échangés contre des cafés. Pour bousculer la chaîne américaine Starbucks, Luckin Coffee a attiré les consommateurs à coups de généreux coupons de réduction, avec des cafés préalablement payés sur une application mobile, puis à emporter ou à se faire livrer à la maison ou au bureau.

Menace sur les sociétés chinoises

Luckin doit tenir début juillet une assemblée générale extraordinaire pour voter la révocation de plusieurs membres de sa direction dont le PDG, Charles Zhengyao Lu. Dans les semaines à venir, ce dernier pourrait perdre le contrôle de la société qu’il a fondée, car les banques ont décidé de saisir et de liquider une partie des actions qu’il possède pour régler un prêt de 533 millions de dollars sur lequel il avait précédemment fait défaut.

Cette radiation intervient alors que l’avenir des entreprises chinoises sur les Bourses américaines est suspendu à l’adoption d’une loi qui pourrait les en exclure . Le sénat américain a adopté en mai une loi donnant aux organismes américains de réglementation le pouvoir d’auditer, de sanctionner ou de radier des sociétés étrangères cotées en Bourse aux Etats-Unis.

Source : les echos

Autres articles à lire

Bourse: l’AMF déplore les faiblesses du régulateur européen

administrateur

Les fonds de dette révèlent leurs limites face au choc de trésorerie du Covid-19

administrateur

Blockchain : Taurus convainc des banques privées d’entrer à son capital

administrateur

Les Etats-Unis bientôt face à une pénurie de viande

administrateur

Euronext se renforce en Europe du Nord

administrateur

Gestion : les frais dans le viseur du gendarme des marchés

administrateur