Placement

Goldman Sachs a doublé ses profits au quatrième trimestre

Publié le 19 janv. 2021 à 18:11

Les bonnes nouvelles continuent de tomber pour les banques de Wall Street . Après JP Morgan la semaine dernière, Goldman Sachs a affiché un bond de son bénéfice trimestriel de pas moins de 153 % par rapport au quatrième trimestre 2019, à 4,4 milliards de dollars, un chiffre largement supérieur aux attentes du marché.

Malgré la crise sanitaire, l’établissement a profité du boom des fusions et acquisitions et de la bonne santé des marchés financiers, qui ont porté ses activités de trading. Au total, sur le trimestre, elle a enregistré un produit net bancaire de 11,7 milliards, en hausse de 18 % sur un an.

Sur l’ensemble de l’année, le bénéfice net de Goldman Sachs a ainsi progressé de 13 %, à 8,9 milliards de dollars, pour des revenus de 44,6 milliards de dollars, en hausse de 22 % par rapport à 2019.

Les activités tirées par la banque d’affaires

La banque d’investissement a profité de sa puissance dans les activités de conseil aux entreprises, tant pour les opérations de fusions-acquisitions que pour les introductions en Bourse. Ce dernier trimestre, celles d’AirBnb et de Doordash ont notamment généré de confortables commissions pour sa banque d’affaires.

De son côté, Bank of America a plus modestement fait état mardi d’une baisse moins marquée que prévu de son bénéfice net au quatrième trimestre, le dynamisme de ses activités de trading ayant compensé le recul de sa banque de détail.

Réduction des provisions pour impayés

Le résultat net est tombé à 5,21 milliards de dollars, contre 6,75 milliards un an plus tôt. Ses revenus ont eux baissé de 10 % au quatrième trimestre, à 20,1 milliards de dollars.

La deuxième banque américaine par les actifs a accusé une baisse des revenus dans son réseau, pénalisé par la faiblesse des taux d’intérêt et le repli de l’activité de cartes de crédit. Les revenus de trading ont en revanche progressé.

Signe de sa confiance dans la reprise économique, Bank of America a cependant réduit de 828 millions de dollars ses provisions constituées pour faire face au risque de créances douteuses. La banque avait mis de côté plus de 10 milliards de dollars de réserves supplémentaires depuis le début de la crise sanitaire.

Elle suit donc le mouvement entamé la semaine dernière par JP Morgan Chase, Citigroup et Wells Fargo, qui ont, au total, réduit de plus de 5 milliards de dollars leurs provisions pour risques d’impayés.

Bank of America a par ailleurs déclaré que son conseil d’administration avait approuvé un programme de rachat d’actions de 3,2 milliards de dollars au premier trimestre. 

Source : les echos

Autres articles à lire

Les fintech tentent de s’adapter au défi de l’épidémie de coronavirus

administrateur

Nouvelles tensions au sein du Conseil des gouverneurs sur la politique de la BCE

administrateur

Société Générale accélère sa restructuration

administrateur

Cuivre : la Chine lance des contrats à terme en yuan

administrateur

Les banques ont déjà mis 40 milliards de coté pour faire face aux impayés

administrateur

Assurance pour pertes d’exploitation : le régulateur intervient

administrateur