Autres actualités

Guerre à Wall Street, PIB et inscriptions au chômage, déluge de résultats

© Reuters

Par Geoffrey Smith

Investing.com — La guerre continue entre les fonds spéculatifs de Wall Street et une armée de traders particuliers exubérants et parfois animés par des griefs. La première lecture du PIB du quatrième trimestre des États-Unis est attendue, ainsi que les demandes hebdomadaires d’allocations de chômage. Les actions Apple, Tesla et Facebook sont toutes en difficulté malgré leurs bons résultats, et le pétrole doit son succès à un marché physique de plus en plus tendu, qui a résisté à la chute des actions. Voici ce que vous devez savoir sur les marchés financiers le jeudi 28 janvier

1. La Grande Révolte

Ce sera une nouvelle journée de folie dans la Grande Révolte de 2021. Lundi et mardi ont vu l’une des plus importantes réductions brutes de l’exposition au marché des fonds spéculatifs au cours de la dernière décennie, selon Morgan Stanley.

Cela est dû au léchage donné aux hedge funds et autres pros par l’armée des traders de détail s’organisant sur Reddit et autres médias sociaux. On ne sait pas combien de temps le mouvement peut durer. À moins que les day traders ne veuillent réellement être les propriétaires à long terme de magasins de jeux en faillite et de cinémas vides et chargés de dettes, l’envie de prendre des bénéfices pourrait très vite devenir irrésistible.

2. Le PIB et les demandes d’allocations chômage attendus

Pour ceux qui restent attachés à la notion pittoresque selon laquelle l’état de l’économie joue un rôle dans la formation des prix des actifs financiers, les États-Unis annonceront leur lecture préliminaire du quatrième trimestre pour le à 14h30.

Les analystes s’attendent à ce que l’économie ait progressé à un rythme annualisé de 4 %, soit un net ralentissement par rapport aux 33 % enregistrés au troisième trimestre. Les dépenses personnelles de consommation de base, la mesure préférée de l’inflation à la Réserve fédérale, devraient augmenter de 1,5 % en glissement annuel.

Dans le même temps, des données plus récentes sur le marché du travail seront publiées. Les demandes initiales de prestations de chômage devraient être restées à un niveau élevé de la semaine dernière. Les données des ventes de logements neufs pour décembre complètent la liste des données.

3. Les marchés attendus mitigés à l’ouverture

Les marchés boursiers américains devraient connaître une ouverture mitigée après leur plus forte baisse en un jour mardi depuis des semaines.

À 13h30, les étaient en hausse de moins de 0,1 %. Les étaient en baisse de 0,2 %, tandis que les étaient en baisse de 0,8 %.

Le déluge de bénéfices se poursuit, Mastercard (NYSE:) (tôt) et Visa (NYSE:) (tard) faisant rapport, ainsi que Comcast (NASDAQ:), McDonald’s (NYSE:), Altria (NYSE : ) et Dow (NYSE:), Stanley Black & Decker (NYSE:) et trois des plus grandes compagnies aériennes du pays – American (NASDAQ:), JetBlue (NASDAQ:) et Southwest (NYSE:).

4. Tesla et Apple ne parviennent pas à répondre aux attentes élevées

Tesla a enregistré sa toute première année complète de bénéfices et Apple son tout premier trimestre de 100 milliards de dollars de recettes, mais ni l’un ni l’autre n’a pu être à la hauteur des attentes élevées implicites dans leurs cours boursiers actuels.

L’action Tesla (NASDAQ:) a été marquée par une baisse de 4,9 % en pré-marché après avoir prévu une croissance de seulement 50 % pour les deux prochaines années, tandis que l’action Apple (NASDAQ:) a été indiquée en baisse de 2,3 %, malgré l’augmentation du prix de vente moyen de son iPhone de 803 $ à 879 $ en l’espace d’un an.

Facebook (NASDAQ:), l’autre mégacapitalisation à publier après la cloche de mercredi, a chuté de 0,5 % après avoir averti de défis réglementaires à sa domination du marché de la publicité en ligne, accompagnée de quelques commentaires très critiques d’Apple par son PDG, Mark Zuckerberg.

5. Le pétrole reste stable malgré la pression sur les actifs à risque

La pression vendeuse sur le marché boursier n’a eu qu’un effet limité sur les prix du pétrole brut, qui restent bien soutenus par une réduction constante des stocks mondiaux – illustrée par une forte baisse des américains annoncée par l’Energy Information Administration mercredi.

À 13h35, les futures du avaient baissé de 0,2 % à 52,77 dollars le baril, tandis que les futures du avaient baissé d’un montant similaire à 55,41 dollars le baril.

Source : investing

Autres articles à lire

Les valeurs à suivre à Paris et en Europe Par Reuters

administrateur

Les Bourses en Europe terminent dans le rouge, le variant Delta inquiète Par Reuters

administrateur

Moins de 4.500 contaminations en 24 heures en France Par Reuters

administrateur

L’Afrique du Sud durcit les restrictions face au coronavirus Par Reuters

administrateur

L’Union européenne et l’Inde vont reprendre leurs négociations commerciales Par Reuters

administrateur

L’OMS évoque de nouveau la transmissibilité du coronavirus par l’air Par Investing.com

administrateur