Bourse & Actions

IBM : Le redressement prend forme, est-ce le bon moment pour acheter ?

La dernière décennie a été perdue pour International Business Machines (NYSE:). Le géant des logiciels et des services est resté hors de propos dans le monde technologique en évolution rapide, ne parvenant pas à innover lui-même et perdant du terrain face aux nouveaux entrants.

Pendant les huit années où Virginia Rometty a été à la tête de l’entreprise, IBM s’est révélé être un poids mort pour les investisseurs. C’est au cours de cette décennie qu’Amazon.com Inc (NASDAQ:), Microsoft Corporation (NASDAQ:) et Netflix Inc (NASDAQ:) se sont tous ralliés à la demande croissante de puissance de calcul et d’applications.

L’action d’IBM a chuté de 24 % sous la direction de Rometty, la seule entreprise technologique américaine actuellement évaluée à 100 milliards de dollars ou plus à avoir perdu de la valeur au cours de cette période. Les actions des 16 autres sociétés technologiques les plus importantes ont gagné entre 64% (Qualcomm Incorporated (NASDAQ:)) et 3 468 % (Netflix).

Mais depuis son départ au début de l’année, certains signes montrent que Big Blue, comme on l’appelle parfois familièrement, gagne du terrain. La nouvelle structure de gestion d’IBM a amélioré les perspectives de croissance à long terme de la société après de nombreuses années de baisse des ventes.

Arvind Krishna, qui dirigeait la division “cloud” et logiciels cognitifs de l’entreprise, est désormais le PDG. Jim Whitehurst, qui était directeur général de Red Hat (NYSE:), le géant du logiciel à source ouverte qu’IBM a acquis pour environ 34 milliards de dollars l’année dernière, a été nommé président de la société.

L’action d’IBM a clôturé en hausse de 7,4 % jeudi après que la société ait annoncé qu’elle allait transférer son unité de services d’infrastructure gérés, qui fait actuellement partie de sa division mondiale de services technologiques, à une nouvelle société publique, dans le cadre de sa stratégie de cloud hybride.

Les actions de ce géant de la technologie, qui a dominé les premières décennies de l’informatique avec des inventions comme le mainframe et plus tard la disquette, se sont échangées à 131,49 dollars à la clôture d’hier, presque inchangées pour l’année.

Graphique IBM

Graphique IBM

Parier sur la croissance du cloud hybride

Cette dernière mesure permettra à IBM de se concentrer sur le cloud hybride, qui a été le moteur des revenus des groupes au cours des derniers trimestres.

C’est ce qu’a déclaré M. Krishna dans un communiqué :

“IBM se concentre sur l’opportunité d’un billion de dollars que représente le nuage hybride. Les besoins des clients en matière d’achat d’applications et de services d’infrastructure divergent, tandis que l’adoption de notre plate-forme de cloud hybride s’accélère”.

“C’est le bon moment pour créer deux entreprises leaders sur le marché, concentrées sur ce qu’elles font le mieux. IBM se concentrera sur sa plate-forme de cloud hybride ouverte et ses capacités d’IA. NewCo aura une plus grande agilité pour concevoir, gérer et moderniser l’infrastructure des plus importantes organisations du monde”.

Avant cette dernière initiative, IBM avait commencé à bénéficier de son acquisition de Red Hat. Dans le dernier rapport trimestriel de juillet, IBM a dépassé les estimations des analystes pour le chiffre d’affaires du deuxième trimestre, les ventes de cloud computing ayant contribué à compenser le déclin des services de conseil, alimenté par les coronavirus.

Le chiffre d’affaires de la société, basée à Armonk, N.Y., a augmenté de 30%, ce qui a permis de compenser la baisse des revenus des unités de support technique Global Business Services et Global Technology Services.

Il ne fait aucun doute que ces développements sont encourageants et pourraient débloquer la valeur des actions d’IBM. Mais nous restons prudemment optimistes quant au redressement de l’entreprise, qui doit faire face à un environnement concurrentiel très difficile sur le marché de l’informatique en nuage où Microsoft et Amazon ont déjà pris une avance significative.

Il est essentiel pour IBM de bien faire les choses à un moment où ses gros clients évitent le matériel IBM et stockent leurs données sur des services de cloud computing fournis par des concurrents. IBM est actuellement le cinquième plus grand fournisseur public d’infrastructures de cloud computing, selon le cabinet d’études Gartner, avec moins de 2 % de part de marché.

Conclusion

En ce qui concerne la croissance, au cours de la dernière décennie, IBM a certainement déçu ses investisseurs. Mais après l’acquisition de Red Hat, et avec la mise en place d’une nouvelle direction, nous voyons IBM revenir lentement sur le chemin de la croissance. Le bilan sain d’IBM, sa dette gérable et son rendement en dividendes de plus de 5 % font de son action un pari qui vaut la peine d’être envisagé, surtout lorsque son redressement s’accélère.

Source : investing

Autres articles à lire

Le secteur du cannabis se réveille ?

administrateur

Un ETF obligataire pour profiter de l’impact des achats de la Fed

administrateur

Alten n’est pas épargné par la crise sanitaire

administrateur

Un ETF pour miser sur les Small Caps US sans être un expert du stock-picking

administrateur

Malgré le rebond d’avril, l’avenir reste incertain pour les bourses, bilan mensuel

administrateur

Ubisoft : la fête est-elle finie ?

administrateur