Autres actualités

“Je ne changerai pas de cap”, dit le PDG de Danone à Challenges Par Reuters

© Reuters. “JE NE CHANGERAI PAS DE CAP”, DIT LE PDG DE DANONE À CHALLENGES

PARIS (Reuters) – Le PDG de Danone (PA:), Emmanuel Faber, exclut de changer de cap alors que le groupe agroalimentaire, malmené par la crise sanitaire, mène un nouveau plan de réorganisation sous la pression du fonds activiste londonien Bluebell Capital.

“Il y a des gens qui ont peut-être intérêt à ce que Danone déraille. Mais cela ne me fera pas changer de cap”, déclare Emmanuel Faber dans un entretien à Challenges.

Cette interview a été réalisée avant que ne soit rendue publique l’entrée au capital du fonds Bluebell Capital, qui a demandé aux dirigeants du groupe agroalimentaire une révision de sa gouvernance et de sa stratégie avec notamment le remplacement d’Emmanuel Faber.

Le dirigeant est sous pression depuis plusieurs mois alors que Danone a du mal à faire face à la pandémie de coronavirus qui a lourdement pénalisé ses ventes, notamment dans la branche Eaux, et pesé sur ses marges.

“L’eau en bouteille souffre de l’arrêt des déplacements et de la fermeture des bars et restaurants. La crise nous a fait perdre un milliard d’euros”, indique Emmanuel Faber à Challenges.

“Autre point défavorable, la variation des taux de change nous impacte à hauteur de deux milliards”, ajoute-t-il.

Dans ce contexte, Danone a lancé en novembre un plan de réorganisation prévoyant jusqu’à 2.000 suppressions de postes et un milliard d’euros d’économies d’ici à 2023.

Le départ de Cécile Cabanis, perçue comme le bras droit d’Emmanuel Faber, de son poste de directrice financière a alimenté les inquiétudes sur la gouvernance du groupe. Et sa nomination par la suite au poste de vice-présidente du conseil d’administration a soulevé des interrogations.

“Cécile a affirmé son soutien au projet de Danone, mais elle souhaite ouvrir un nouveau cycle professionnel après seize ans dans le groupe. Je lui ai demandé de rester au conseil d’administration et qu’elle en soit la vice-présidente”, explique Emmanuel Faber à Challenges.

“C’est fort logique, mais des commentateurs professionnels ont voulu voir des ruptures là où il n’y en avait pas. Il n’y a pas de désaccord entre nous”, assure le PDG.

(Blandine Hénault, édité par Jean-Stéphane Brosse)

Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Source : investing

Autres articles à lire

Les valeurs à suivre à Wall Street Par Reuters

administrateur

Les valeurs à suivre à Wall Street Par Reuters

administrateur

La BCE demande aux banques de se préparer à une vague de mauvais crédits Par Investing.com

administrateur

Microsoft dévoile plus de détails sur son service de jeux vidéo cloud Par Investing.com

administrateur

A Wall Street, les “techs” continuent de soutenir la tendance Par Reuters

administrateur

La hausse des actions s’amplifie, les bonnes nouvelles s’enchaînent Par Reuters

administrateur