Bourse & Actions

La Bourse pourrait avoir bientôt de plus gros chats à fouetter que l’Inflation

Cet article a été rédigé exclusivement pour Investing.com

Depuis les données plus faibles que prévu sur l’emploi la semaine dernière, les rendements obligataires ont fortement baissé, les rendements à 10 ans étant désormais inférieurs à 1,5 %. Ils ont encore chuté après la lecture de l’indice des prix à la consommation plus élevée que prévu le 10 juin. Il y a un message ici car les prix du ont chuté de près de 8 % depuis le 10 mai. Ce phénomène, associé à la baisse des anticipations d’inflation à 10 ans, semble signaler non pas une inflation mais une désinflation ou un taux d’inflation plus faible.

Cette situation s’est répercutée sur certaines parties du marché des actions, l’indice PHLX du logement et l’indice des transports ayant chuté respectivement d’environ 13 % et 6 % depuis leurs sommets. Soudain, des similitudes étonnantes se sont développées, qui présentent tous les signes avant-coureurs de l’automne 2018.

La même chose, mais différente

Si aujourd’hui est différent de 2018 du point de vue de la politique monétaire, les craintes d’un ralentissement de la croissance à la fin de 2018 et d’une possible récession ont contribué à la baisse de près de 20 % du à l’époque. Il se peut que la situation ne soit pas très différente aujourd’hui, les taux de croissance des bénéfices devant diminuer considérablement à l’horizon 2022.

Si l’on ajoute à cela la chute des prix des matières premières et la baisse des prévisions d’inflation, certaines parties du marché pourraient commencer à s’inquiéter d’un ralentissement de la croissance à l’aube de 2022. Les secteurs des transports et du logement sont deux des parties du marché les plus sensibles à l’économie. Ces deux secteurs voient les attentes d’inflation se renverser et les rendements obligataires chuter. Cela envoie un message tonitruant selon lequel l’inflation n’est peut-être pas le problème. Au contraire, les inquiétudes devraient plutôt porter sur le ralentissement de l’inflation et de la croissance.

Une croissance plus faible

Les appels à la récession ne sont certainement pas au premier plan. La croissance de l’emploi plus faible que prévu pourrait indiquer que la reprise économique aux États-Unis sera plus longue et plus lente que prévu. Cela pourrait être l’une des raisons pour lesquelles nous avons vu ce changement significatif dans certaines des parties les plus sensibles à l’économie des marchés financiers. Cela confirmerait également pourquoi les prévisions d’inflation et les prix des produits de base chutent en raison des craintes d’un affaiblissement de la demande.

En 2018, l’indice immobilier a commencé à s’écarter du S&P 500, à partir de juillet. Le Dow Transports a commencé à se séparer du S&P à la mi-septembre.

SP500

Nous pouvons voir que la même chose a commencé ces dernières semaines, avec l’indice du logement en forte baisse, et maintenant le Dow Transports commence à baisser. Le S&P 500 a connu une tendance latérale pour la plupart pendant cette période et doit reprendre ou ignorer cette tendance.

HGX 300m

Un remake de 2018 en vue ?

À l’heure actuelle, rien n’indique clairement que l’économie est sur le point de ralentir de manière spectaculaire, si ce n’est les chiffres décevants de l’emploi. Cependant, la croissance des bénéfices l’année prochaine devrait ralentir de manière spectaculaire. Les estimations de la croissance des bénéfices par action du S&P 500 en 2022 sont de 11,7 %, selon les dernières données de Refinitiv, ce qui représente une baisse par rapport aux estimations de près de 17 % au début du mois de janvier. De plus, cela représente une baisse considérable par rapport au taux de croissance prévu de 37 % en 2021.

Si les attentes d’une croissance plus lente commencent à saisir le marché, il serait logique de voir les parties les plus sensibles économiquement du marché être touchées en premier, alors que l’indice plus large résiste plus longtemps. Ce schéma est presque identique à celui de 2018, avec les craintes d’un resserrement excessif de la Fed provoquant une récession. Cette fois-ci pourrait être différente car la Fed mène déjà une politique monétaire très accommodante. En fin de compte, la différence entre aujourd’hui et 2018 est assez dissemblable.

Source : investing

Autres articles à lire

Salesforce, cette pépite de Wall Street à découvrir

administrateur

Grâce à Amazon et Apple, le Nasdaq100 revient à moins de 3% de son record

administrateur

3 actions Cloud prêtes à bondir vers de nouveaux records face à leurs résultats T2

administrateur

L’ISR, la nouvelle norme ?

administrateur

Baromètre de la confiance des ménages : pas encore le crash…

administrateur

3 solides actions de e-commerce ayant encore beaucoup de marge pour progresser

administrateur