Placement

La Chine envisage de constituer des stocks stratégiques de cobalt

La Chine veut mettre les bouchées doubles dans les achats de cobalt. Pékin entend acheter 2.000 tonnes du précieux métal, un plan qui pourrait être mis à exécution d’ici à la fin de l’année, selon le ministère de l’Alimentation et des Réserves stratégiques.

Cette décision fait suite à la crise sanitaire : en raison des mesures de confinement, l’ensemble de la chaîne de production a été bousculé , qu’il s’agisse de l’extraction en République démocratique du Congo (RDC), du transport maritime depuis les ports d’Afrique du Sud ou des raffineries chinoises qui dominent le marché mondial. La tonne de cobalt a gagné 10 % le mois dernier à 33.029 dollars, mais reste encore loin de ses sommets atteints en 2018 à 94.800 dollars.

Selon les calculs de JP Morgan, les 2.000 tonnes correspondent à environ 2 % de l’offre mondiale de cobalt. Si la Chine venait effectivement à accélérer ses importations pour constituer des stocks, le marché pourrait creuser son déficit à 6 %. Les analystes de la banque américaine anticipent une hausse des prix au moins pendant les 3 prochains mois.

La folle consommation de cobalt

Le cabinet Roskill se montre plus nuancé, il estime à l’inverse que le marché devrait être globalement à l’équilibre en 2020. Certes la production a été perturbée par la pandémie de Covid-19 et la fermeture de la mine de Mutanda en 2019, mais la demande chinoise en voitures électriques est moins dynamique que prévu.

A plus long terme, la consommation de cobalt devrait toutefois exploser avec l’électrification de la mobilité. Le métal est l’un des trois ingrédients essentiels à la fabrication des batteries aux côtés du lithium et du nickel. Alors que le marché de la voiture électrique est encore marginal par rapport à celui des voitures thermiques, il absorbe déjà 30 % de la production mondiale de cobalt.

Normes antipollution

Les constructeurs automobiles européens cherchent à électrifier leurs flottes, non seulement pour réduire les émissions de CO2 et échapper ainsi aux sanctions de la Commission européenne, mais aussi pour se conformer aux normes antipollution toujours plus strictes en Europe et en Chine.

En Europe, le marché de la voiture électrique commence tout juste à décoller . En juillet il s’est vendu plus de 50.000 véhicules 100 % électriques, un record historique pour le Vieux Continent. Depuis le début de l’année, l’électrique représente 4,7 % du marché des voitures neuves. En multipliant les modèles électriques, les constructeurs européens essaient aussi de barrer la route aux nouveaux acteurs chinois qui débarquent sur leur terrain de prédilection.

Source : les echos

Autres articles à lire

Muddy Waters envoie une troisième lettre à Solutions 30

administrateur

La hausse de l’euro en quatre questions

administrateur

Credit Suisse déprécie de 450 millions sa participation dans un hedge fund

administrateur

Coronavirus : l’appétit phénoménal des investisseurs pour l’or

administrateur

Hugo Mathecowitsch, banquier digital | Les Echos

administrateur

Les créanciers de l’Argentine parlent désormais d’une seule voix

administrateur