Placement

La dette des entreprises françaises continue de s’alourdir

Les mois passent et le seuil symbolique des 2.000 milliards d’euros de dette s’approche de plus en plus pour les entreprises françaises. La Banque de France vient de publier ce mardi les chiffres de l’endettement des entreprises pour le mois de juin. La progression des financements des sociétés non financières s’accélère, à + 13 % sur un an contre + 12 % au mois de mai pour atteindre un encours de 1.866 milliards d’euros.

Entre juin 2019 et juin 2020, les entreprises françaises ont obtenu 216 milliards d’euros de financements, dont 126 milliards d’euros de crédits bancaires, des chiffres sans précédent.

Si l’endettement des entreprises est en augmentation continue depuis plusieurs années, la courbe de cette hausse s’est accentuée pendant le confinement. Le rythme de croissance annuelle des encours, encore situé entre 5 et 6 % en début d’année, a ainsi doublé avec la crise sanitaire.

Le dispositif des prêts garantis par l’Etat (PGE) explique en grande partie cette accélération. Lancé fin mars, il a permis aux banques d’octroyer plus de 115 milliards d’euros de crédits à des PME, mais aussi à des grandes entreprises comme Air France ou Renault.

Retour à la normale pour les taux

En juin, les financements de marché ont néanmoins pris le relais des banques, alors que les volumes de PGE et leurs montants ont commencé à décroître. La croissance annuelle des volumes de financements obligataires est ainsi passée de 12,7 % à 14,7 % et de 11,6 à 12,1 % pour les crédits bancaires.

L’augmentation de l’endettement des entreprises s’accompagne par ailleurs d’un rebond du taux moyen des crédits à plus d’un an, dont le montant est supérieur à 1 million d’euros. En mai, ces derniers avaient chuté à 0,90 %, un plus bas historique . En juin, ils sont remontés à 1,18 %, se rapprochant ainsi de leur niveau pré-confinement.

Cette accélération de l’endettement des entreprises devrait inciter le Haut conseil de stabilité financière (HCSF) à rester vigilant . L’autorité, pilotée par Bercy et la Banque de France, a récemment décidé de prolonger jusqu’en juin 2021 le seuil qui limite à 5% des fonds propres l’exposition des banques aux grandes entreprises françaises les plus endettées.

L’Hexagone demeure l’un des pays où l’endettement des entreprises est traditionnellement élevé. Selon un classement réalisé par le FMI en 2018, les groupes français étaient endettés à hauteur de 140 % du PIB. C’est moins que l’Irlande (191 %), mais deux fois plus qu’aux Etats-Unis (74,45 %), et presque autant que les entreprises chinoises (153,6 %).

Source : les echos

Autres articles à lire

Entre guerres, crises financières et épidémie, cinquante ans d’histoire de l’or

administrateur

Assurance crédit : l’Allemagne met 30 milliards d’euros de garantie

administrateur

La Maison Blanche interdit aux Américains d’investir dans le complexe « militaro-industriel » chinois

administrateur

Assurance auto : UFC- Que Choisir demande aux assureurs de « rendre » l’argent

administrateur

La BCE a absorbé presque entièrement le surplus de dette d’Etat lié au Covid

administrateur

Bruxelles veut alléger sa réglementation pour faciliter le financement des entreprises

administrateur