Autres actualités

La Fed refroidit le rallye de l’Euro, rassurant les actions européennes Par Investing.com

© Reuters.

Par Geoffrey Smith

Investing.com — Au moment où les choses commençaient à sembler un peu tordues pour les exportateurs européens, de l’aide pourrait être apportée.

Il y a quelques jours à peine, l’ était à son plus haut niveau en près de trois ans, ayant augmenté de 12 % par rapport au dollar depuis son plus bas niveau post-pandémique. De nombreux analystes avaient déjà supposé que 1,25 dollar serait le prochain grand chiffre à tomber, certains estimant qu’un dépassement de 1,30 dollar, voire plus, serait possible.

Cela a menacé de faire dérailler la reprise économique de la zone euro qui, malgré les signes de nouvelles mesures prises par les gouvernements pour soutenir la demande intérieure, va encore dépendre dans une large mesure des exportations.

Toutefois, une série de commentaires de la Réserve fédérale la semaine dernière a encouragé les spéculations selon lesquelles la banque centrale américaine pourrait envisager de mettre fin à son plan de relance dès la fin de l’année.

Dans le même temps, la perspective d’un Congrès unifié contrôlé par les démocrates a fait monter les attentes concernant les émissions d’obligations américaines. La prime du US sur le allemand correspondant a augmenté de 12 points de base la semaine dernière, améliorant l’attractivité relative du dollar. Ainsi, l’euro est revenu à 1,2160 $ et semble moins être un pari à sens unique.

Une interview donnée par Isabel Schnabel, de la Banque centrale européenne, à l’hebdomadaire autrichien Der Standard, publiée mardi, permet de comprendre pourquoi, anticipant sur une discussion qui sera certainement très présente dans la zone euro au cours des prochains mois, à savoir le rebond des prix à la consommation, qui va pousser toutes sortes de boutons parmi les faucons de l’inflation de la région.

Une hausse est tout aussi bien que préprogrammée, étant donné que les prix de l’énergie se sont effondrés il y a un an lorsque la pandémie a éclaté, et étant donné qu’une réduction de la taxe sur la valeur ajoutée en Allemagne, la plus grande économie de la zone euro, qui a duré presque toute l’année dernière, a expiré à la fin de 2020.

Quelques hausses des prix mesurés ne permettent toutefois pas de faire revenir l’inflation.

“Rien n’indique que nous devons nous inquiéter d’une inflation trop élevée”, a-t-elle déclaré. “Le principal problème est probablement que la demande économique est trop faible”.

Des banques, dont JPMorgan (NYSE:) et UBS, ont affirmé que la zone euro devrait connaître une récession à double creux au tournant de l’année, les PIB du 4e trimestre 2020 et du 1er trimestre 2021 étant tous deux négatifs en raison des importantes mesures de verrouillage prises dans la région.

Même si un déploiement plus rapide que prévu des vaccins dans toute l’Europe permet une reprise rapide, Schnabel a fait valoir que le point principal reste valable.

“Les prix des services, comme les voyages ou les repas au restaurant, pourraient s’envoler en raison de la demande refoulée. Mais une telle évolution à court terme ne doit pas être confondue avec une augmentation soutenue de l’inflation, qui ne devrait se manifester que très lentement”.

En d’autres termes, la BCE ne veut même pas que vous pensiez à un affaiblissement de ses mesures de relance dans un avenir proche. La hausse des rendements du Trésor pourrait l’obliger à dépenser un peu plus pour maintenir l’ancrage des rendements de la zone euro, mais étant donné que la BCE n’a dépensé que 57 milliards d’euros en décembre pour son programme d’achat d’urgence en cas de pandémie et qu’elle a la liberté de dépenser plus de mille milliards supplémentaires au cours des 15 prochains mois, cela ne devrait pas être trop difficile.

Source : investing

Autres articles à lire

Le risque sanitaire plombe les actions de la zone euro Par Reuters

administrateur

Kashkari (Fed) recommande un nouveau confinement national de 4 à 6 semaines Par Investing.com

administrateur

Wall Street recule face à la progression de l’épidémie de COVID-19 Par Reuters

administrateur

La CE moins pessimiste pour 2020 mais plus prudente pour 2021 face à la crise sanitaire Par Reuters

administrateur

SPI Energy explose de 1200% grâce à un projet pour concurrencer Nikola et Tesla Par Investing.com

administrateur

Les stocks de pétrole aux USA continuent d’augmenter Par Reuters

administrateur