Economie

La matière première la plus Politique du monde explose – Analyse

Cet article a été rédigé en exclusivité pour Investing.com

De nombreux acteurs du marché estiment que le est la matière première la plus politique au monde. Plus de la moitié des réserves mondiales se trouvant au Moyen-Orient, sous le contrôle de l’OPEP et de la Russie, le cartel international, les événements dans cette région turbulente ont un impact sur les prix de l’énergie traditionnelle. Le pétrole brut est un produit de base politique, car le paysage géopolitique a fait monter et descendre son prix au cours des dernières décennies. Alors que l’augmentation de la production américaine a diminué le rôle de l’OPEP+ au cours des dernières années, le changement de politique énergétique sous l’administration Biden redonne une partie du pouvoir de fixation des prix au cartel.

Parallèlement, l’alimentation est un facteur essentiel au maintien de la vie. Le est le principal ingrédient du pain, un produit alimentaire essentiel. Tout au long de l’histoire, le blé a été beaucoup plus politique que le pétrole brut, car la hausse des prix et la rareté des approvisionnements ont renversé des gouvernements. Lorsque les gens ont faim, ils en veulent à leurs dirigeants.

L’exemple le plus récent remonte à 2008, lors du printemps arabe, qui a bouleversé les paysages politiques de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Le changement politique qui a balayé la région a commencé par une série d’émeutes du pain en Tunisie et en Égypte, le prix du blé ayant fait grimper le prix du produit alimentaire. La semaine dernière, le prix du blé a atteint son plus haut niveau depuis début 2013, ce qui pourrait avoir des ramifications importantes pour les gouvernements du monde entier.

Les gouvernements perdent rapidement leur pouvoir lorsque les gens ont faim

La critique des gouvernements par leurs citoyens remonte aux temps les plus reculés. Si certaines formes de gouvernement tolèrent mieux les critiques que d’autres, aucun chef de gouvernement ne peut contenter tous ses citoyens. Les révolutions et les révoltes se produisent pour de nombreuses raisons au cours de l’histoire, mais la faim généralisée est l’une des principales causes de renversement des régimes.

Les difficultés économiques qui ont conduit à la Révolution française sont souvent caractérisées par une citation célèbre attribuée à Marie-Antoinette, la reine de France, pendant la révolte. L’histoire raconte qu’après avoir appris que ses sujets paysans affamés n’avaient pas de pain, elle a répondu : “Qu’ils mangent de la brioche”, ou “Qu’ils mangent du gâteau”. La reine a perdu sa tête à la guillotine.

Il existe de nombreux exemples à travers l’histoire de gouvernements qui ont perdu le pouvoir lorsque leur peuple a eu faim. Aux États-Unis, l’une des raisons de l’éclatement de la Confédération pendant la guerre civile a été les émeutes du pain en avril 1863, lorsque le Sud a manqué de nourriture et de pain. Le blé étant l’ingrédient principal du pain, il a une longue histoire en tant que produit politique. Bien avant que le pétrole brut n’alimente notre planète, le pain alimentait nos vies en nutriments.

La Russie est le premier exportateur de blé au monde

En 2020, la Russie était la première nation exportatrice au monde. Les exportations pour la saison 2020/2021 se situaient autour du niveau de 39 millions de tonnes. Les États-Unis étaient en deuxième position, exportant environ 27 millions de tonnes, suivis par l’Union européenne avec 25,5 millions de tonnes d’exportations.

Dans les années 1960, 1970 et 1980, la Russie dépendait des importations. En 1985, elle a importé un volume record de 47 millions de tonnes.

Lorsque le gouvernement russe a réalisé que son pouvoir dépendait de l’alimentation de la population, il a fait des progrès considérables pour devenir l’une des principales nations productrices. Les améliorations de la technologie agricole ont permis d’augmenter le rendement des cultures. La construction de ports et d’autres infrastructures logistiques a permis d’exporter le blé qui n’était pas nécessaire à la consommation intérieure.

Aujourd’hui, la Russie est le troisième producteur de blé derrière la Chine et l’Inde.

Source : Knoema

Les populations de la Chine et de l’Inde avoisinent les 1,4 milliard d’habitants. La population russe s’élève à environ 145 millions d’habitants. Les Russes produisent plus de la moitié des niveaux de la Chine et de l’Inde, avec environ un dixième de la population. Par conséquent, les Russes ont beaucoup de blé en réserve à partager avec le monde chaque année. Le président Poutine comprend le pouvoir qui découle du fait d’être le premier exportateur de la denrée la plus politique du monde. Si le pétrole brut vient en deuxième position, il est également en première ligne pour approvisionner le monde en cette matière première énergétique.

Des relations américano-russes tendues et un marché haussier des matières premières accroissent le pouvoir du président Poutine

Les relations entre les États-Unis et la Russie restent tendues. Le président Biden a qualifié le président russe Poutine de “tueur” et l’a accusé d’ingérence dans les élections américaines. Pendant ce temps, le président Poutine s’est positionné comme une figure centrale et contrôlante dans les deux matières premières les plus politiques, le blé et le pétrole brut.

Dans le domaine du pétrole brut, la Russie est devenue un rouage crucial de l’OPEP en 2016. Lorsque le pétrole a chuté début 2016, les Russes se sont injectés dans l’OPEP. Allié de l’Iran en Syrie, le président Poutine a vu une opportunité d’étendre la sphère d’influence de la Russie au Moyen-Orient alors que l’Arabie saoudite, ennemi mortel de l’Iran dans la région, et les Saoudiens avaient besoin de financer un terrain d’entente au sein de l’OPEP. Agissant comme un pont entre les deux ennemis, le ministre russe du pétrole Alexander Novak a coopéré à la politique de production pour défier le pouvoir croissant des États-Unis sur le marché mondial du pétrole. Si la Russie et l’OPEP ont souffert de l’augmentation de la production américaine de schiste, cette coopération a permis d’améliorer le profil de la Russie au sein du cartel. L’élection de 2020 a modifié la politique énergétique américaine, le président Biden s’étant engagé à lutter contre le changement climatique en limitant la production américaine de combustibles fossiles via une réglementation accrue. Dès le premier jour de son mandat, le dirigeant américain a annulé le projet de pipeline Keystone XL. D’autres réglementations visant à réduire la production se profilent à l’horizon. La production quotidienne américaine est passée d’un record de 13,1 millions de barils par jour à 10,9 millions de barils par jour fin avril.

Parallèlement à la baisse de la production américaine, l’influence de l’OPEP sur le marché pétrolier a connu une résurgence. Les Russes étant impliqués dans tous les aspects de la politique de production, ils sont désormais en mesure de contrôler le marché pétrolier au cours des prochaines années.

Dans le même temps, le premier exportateur mondial de blé, la Russie, est désormais en mesure de contrôler une autre des matières premières les plus politiques du monde, l’ingrédient principal du pain. Les relations tendues entre les États-Unis et la Russie ne font qu’accroître le désir du président Poutine de contrôler et d’obtenir un avantage concurrentiel sur les États-Unis sur les marchés mondiaux. Avec l’influence de la Russie sur les marchés qui fournissent l’énergie et la nourriture dans le monde, le pouvoir et l’influence du président Poutine ont considérablement augmenté. Avec ses mains sur les rouages des marchés du blé et du pétrole brut, plus les prix augmentent, plus son pouvoir s’accroît.

Un sommet pluriannuel pour le contrat à terme de référence sur le blé mondial

En avril, les prix de toutes les céréales se sont envolés, et le blé n’a pas fait exception. Le marché à terme du blé tendre rouge d’hiver du CBOT est la référence pour les prix mondiaux du blé. Au cours de la semaine dernière, le prix a explosé pour atteindre un nouveau sommet plus élevé.

Blé mensuel

Source : CQG

Le graphique mensuel illustre la hausse à 7,73 dollars le boisseau, le prix le plus élevé depuis février 2013. Le blé pour livraison à proximité se négociait à plus de 7,60 $ à la fin de la semaine dernière.

Alors que d’autres marchés de céréales et d’oléagineux sont en forte rétrogradation, les contrats à terme à proximité se négociant à une prime considérable par rapport aux contrats de la nouvelle récolte et aux prix plus éloignés le long de la courbe à terme, la courbe à terme du marché du blé est relativement plate jusqu’en mars 2022.

tableau blé

Source : Barchart

La courbe à terme ne présente aucune décote significative pour le blé différé sur l’année prochaine, ce qui reflète les attentes du marché selon lesquelles le prix restera élevé dans un avenir prévisible.

La domination russe sur la scène internationale du blé se traduit par le pouvoir d’influencer les prix. Une interdiction d’exportation, des tarifs douaniers à l’exportation ou d’autres outils pourraient faire monter les prix en flèche, car la Russie produit les boisseaux de blé mondial qui détermineront l’équilibre ou les pénuries du marché.

Le blé est la denrée la plus politique depuis des siècles, et son prix et ses approvisionnements continueront d’être un labyrinthe géopolitique complexe en 2021.

Attention si la météo ne coopère pas dans les semaines et les mois à venir – Le point sur l’ETF WEAT

La météo à travers la Chine, l’Inde, la Russie, les États-Unis et l’Union européenne, ainsi qu’au Canada, en Australie et dans d’autres pays producteurs de blé, déterminera la trajectoire du prix de la céréale. Des conditions de sécheresse dans l’une ou l’autre de ces régions pourraient créer des pénuries. Les prix sont déjà très élevés au début du mois de mai, et le chemin de moindre résistance reste plus élevé.

La voie la plus directe pour une position à risque sur le blé passe par les contrats à terme et les options à terme qui se négocient sur la division CBOT du CME. Le produit Teucrium Wheat (NYSE:) offre une alternative au marché à terme. Le résumé du fonds et les principales positions du WEAT sont les suivants :

ETF WEAT

Source : Yahoo Finance

Le graphique montre que WEAT détient trois contrats à terme sur le blé CBOT qui minimisent l’impact des risques de roulement d’un mois à l’autre. WEAT a 95,864 millions de dollars d’actifs sous gestion. Le FNB négocie en moyenne 541 835 actions chaque jour. Barchart estime les frais de gestion actuels à 3,14%.

Les prix à terme du blé CBOT de juillet sont passés de 5,9225 $ le 31 mars à un sommet de 7,6950 $ le 27 avril, soit une hausse d’environ 30 %.

Graphique ETF WEAT

Source : Barchart

Depuis le creux du 31 mars, le produit WEAT ETF est passé de 5,76 $ à 7,42 $ par action, soit 28,8 %. Les frais de gestion et le mélange de trois contrats sont probablement à l’origine de la légère sous-performance de l’ETF, mais le WEAT fait globalement un excellent travail de suivi du prix des contrats à terme sur le blé du CBOT.

Le blé est la matière première la plus politique au monde. À mesure que son prix augmente, l’ingrédient principal du pain est susceptible de jouer un rôle croissant dans le paysage géopolitique.

Source : investing

Autres articles à lire

Gaz Naturel : Quel objectif face à un printemps plus froid que prévu ?

administrateur

Pétrole : L’Iran et l’OPEP vont continuer à alimenter la volatilité de l’or noir

administrateur

Un café à nouveau indécis

administrateur

Malgré un plongeon de 18% sur 1 mois, plusieurs facteurs indiquent que la chute du Gaz Naturel n’est pas terminée

administrateur

Des moments comme ceux-ci soulignent l’importance de l’or – Achetez chaque baisse.

administrateur

Gaz Naturel : Un corus juste sous les 3$ semble être la nouvelle norme alors que le Printemps arrive

administrateur