Autres actualités

La poussée inflationniste est due à des facteurs structurels, dit de Guindos Par Reuters

© Reuters. L’accélération récente de l’inflation en zone euro est due à des facteurs structurels liés aux difficultés dans la chaîne d’approvisionnement et la Banque centrale européenne (BCE) va surveiller tout signe de hausse des salaires, a déclaré lundi

FRANCFORT (Reuters) – L’accélération récente de l’inflation en zone euro est due à des facteurs structurels liés aux difficultés dans la chaîne d’approvisionnement et la Banque centrale européenne (BCE) va surveiller tout signe de hausse des salaires, a déclaré lundi le vice-président de l’institut d’émission, Luis de Guindos.

La BCE s’attend à ce que l’inflation, qui a atteint 3,4% le mois dernier, redescende vers son objectif de 2% l’an prochain, mais beaucoup au sein de l’institution redoutent que ce scénario soit remis en cause.

Luis de Guindos a réaffirmé les prévisions de la BCE mais a averti que certains des facteurs du récent pic inflationniste, comme les goulets d’étranglement et la hausse des prix de l’énergie, avaient un impact « structurel » et pourraient conduire à des revendications salariales.

« Cette augmentation de l’inflation ne répond pas seulement à des effets de base, il y a également une composante qui aura un impact plus structurel », a-t-il dit lors d’un colloque à Madrid, en Espagne.

« Cela a un impact qui va bien au-delà de ce que nous attendions il y a seulement quelques mois », a-t-il ajouté.

La politique monétaire de la BCE devra évoluer si l’inflation devient permanente en raison de la persistance de ces facteurs ou de leur impact sur les négociations salariales, a indiqué Luis de Guindos.

« Sur le marché du travail, nous n’avons pas vu d’importantes augmentations de salaire pour le moment », a-t-il dit.

« Mais nous devons être prudents car les négociations salariales ne font que commencer et la perception de l’inflation devient plus évidente au fil du temps ».

Des sources ont indiqué à Reuters le mois dernier que plusieurs responsables de la BCE se préparaient à ce que l’inflation dépasse la prévision de 2,2% pour cette année, de 1,7% pour 2022 et de 1,5% pour 2023.

Cela pourrait ouvrir la voie à la fin du programme d’urgence d’achats d’actifs PEPP en mars prochain, ont dit les sources. Une décision est attendue en décembre.

(Reportage Francesco Canepa; Blandine Hénault pour la version française, édité par Jean-Michel Bélot)

Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Source : investing

Autres articles à lire

Une intervention militaire russe serait « malvenue », selon Macron Par Reuters

administrateur

Furieux contre Twitter, Trump menace de « fermer » les réseaux sociaux ! Par Investing.com

administrateur

Du rouge en vue en Europe, inquiétudes autour de la Fed Par Reuters

administrateur

La reprise en « V » semble possible, la Fed va-t-elle alimenter la hausse mercredi? Par Investing.com

administrateur

L’hésitation domine face à des obstacles techniques majeurs Par Investing.com

administrateur

L’administration Biden discute avec les laboratoires de dérogations sur les vaccins Par Reuters

administrateur