Placement

Larry Fink, le patron de BlackRock, promet davantage de diversité et d’inclusion

Publié le 8 avr. 2021 à 8:51

Prêcher la bonne parole commence chez soi. « Tout comme nous le demandons aux autres entreprises, nous avons une stratégie à long terme visant à améliorer la diversité, l’équité et l’inclusion chez BlackRock », écrit le PDG du numéro un mondial de la gestion d’actifs , Larry Fink, dans sa lettre annuelle aux actionnaires. Ces mots interviennent quelques semaines après les accusations de discrimination et de harcèlement qui ont été portées contre le groupe par certains de ses employés.

« Je sais que notre culture n’est pas parfaite. […] Certains employés n’ont pas respecté les normes de BlackRock », admet-il avant d’affirmer que des mesures ont été prises en interne. « Notre stratégie comprend : l’atténuation des préjugés dans nos pratiques de recrutement et de gestion des talents ; l’offre de possibilités de développement professionnel, de parrainage et de coaching des cadres ; la sensibilisation aux questions de [diversité, d’équité et d’inclusion] ; et la redéfinition des attentes en termes de comportement dans toute l’entreprise. » Le groupe a également fait appel au cabinet d’avocats Paul, Weiss, Rifkind afin d’améliorer ses procédures internes.

« J’ai hâte que davantage de personnes reviennent au bureau »

Cependant, afin de faire vivre une culture d’entreprise performante qui lui est chère, le retour au bureau lui semble essentiel. « Certains de nos employés […] n’ont jamais mis les pieds dans nos bureaux ni rencontré leurs collègues en personne. Je suis fermement convaincu que la culture que nous voulons ne peut pas être construite ou maintenue à distance sur le long terme et j’ai hâte que davantage de personnes reviennent au bureau. »

Alors que la campagne de vaccination se poursuit aux Etats-Unis et que les entreprises évaluent comment mettre fin au télétravail, Larry Fink affirme que ce qu’il attend avec le plus d’impatience, c’est de voir à nouveau ses clients en personne. « Les liens personnels et les idées inattendues qui naissent d’une rencontre en face-à-face et du partage d’un repas me manquent », écrit Larry Fink.

Zéro émission nette d’ici 2050

Le PDG de BlackRock réaffirme enfin les objectifs de l’entreprise en matière de lutte contre le changement climatique . « Notre ambition est d’avoir zéro émission nette sur l’ensemble de nos actifs sous gestion d’ici à 2050 », écrit-il. BlackRock a rejoint l’initiative Net Zero Asset Managers, un groupe axé sur la réduction à zéro des émissions nettes de gaz à effet de serre parmi les sociétés de leur portefeuille.

Cependant, Larry Fink estime qu’en matière de crise climatique, les gouvernements « doivent jouer le rôle de chef de file […] : établir des normes, créer les bonnes incitations, fixer un prix pour le carbone et investir dans la technologie et les infrastructures nécessaires à la transition énergétique ».

Larry Fink a touché 29,9 millions de dollars de rémunération pour 2020

BlackRock a accordé une rémunération totale de 29,9 millions de dollars pour 2020, soit une augmentation de 18 % par rapport à l’année précédente. En plus d’un salaire de base de 1,5 million de dollars, il a reçu un paiement en cash de 9,5 millions de dollars, une rémunération en actions différée de 3,95 millions de dollars et une prime de 14,9 millions de dollars. Malgré une année chahutée, BlackRock a terminé l’année 2020 avec un record de 8.680 milliards de dollars d’actifs sous gestion. Les cinq cadres les plus haut placés de la société ont tous reçu des augmentations de rémunération de 18 %, leur performance dépassant de loin les attentes, selon le groupe.

Source : les echos

Autres articles à lire

Credit Suisse Asset Management tombe à son tour dans le piège des actifs illiquides

administrateur

La Banque du Japon prise au piège de sa politique monétaire ultra-accommodante

administrateur

Boursorama poursuit sa conquête de clients à marche forcée

administrateur

Berlin élargit le parapluie pour protéger ses assureurs-vie

administrateur

En vingt ans, la profitabilité des réseaux bancaires a été divisée par deux

administrateur

La montée des tensions sino-américaine fait reculer les Bourses européennes

administrateur