Bourse & Actions

le benchmark traditionnel peut vous conduire à de mauvaises décisions

Le premier semestre 2020 a été la période la plus volatile pour les investisseurs depuis la crise financière de 2008. Ayant juste passé la mi-parcours, de nombreux investisseurs examineront la performance de leurs portefeuilles, essayant d’évaluer à quel point ils ont survécu aux turbulences. Mais ce faisant, il est important de se rappeler que la façon dont vous menez une telle évaluation peut avoir des conséquences importantes: l’utilisation traditionnelle d’un repère statique peut ne pas vous dire grand-chose du tout, et en fait peut conduire à de mauvaises décisions à l’avenir.
En effet, votre portefeuille peut sous-performer ou surperformer en fonction des pondérations et des composants de l’indice de référence choisis dans sa construction.

Par exemple, pendant la période d’exploitation des ressources de 2000 à 2008, les marchés boursiers canadiens et les marchés émergents étaient l’endroit où il fallait être, et ont surclassé les actions américaines encore sous le choc de l’éclatement de la bulle technologique. Cependant, au cours de la dernière décennie, cela s’est complètement inversé grâce à la montée explosive des actions technologiques américaines, l’écart s’est encore creusé lors de l’arrêt du coronavirus, les investisseurs se rassemblant rapidement dans les actions technologiques.

Par conséquent, le NASDAQ est en fait en hausse de 12,5% cette année, tandis que le S&P 500 a presque récupéré toutes ses pertes et ne recule que de 3,1%. À plus long terme, le S&P 500 est toujours en hausse de 50% au cours des cinq dernières années, tandis que le NASDAQ a grimpé en flèche de plus de 130%. Ce type de sous-performance à long terme peut conduire à ce que l’industrie appelle le «risque de carrière», dans lequel les gestionnaires de fonds et les conseillers qui sous-performent par rapport à un indice de référence particulier peuvent finir par perdre des clients. En conséquence, les gérants peuvent être très motivés à prendre des risques supplémentaires avec votre portefeuille afin d’essayer de rattraper le benchmark auquel ils sont comparés ou un autre conseiller contre lequel ils sont en concurrence.

Pour l’investisseur, il peut également être extrêmement tentant de céder à la peur, soit en recherchant les rendements au sein de son portefeuille, soit en passant à un conseiller. Dans l’environnement actuel, le risque que cela se produise se déplace vers les secteurs les plus performants du marché tels que le NASDAQ tout en vendant les retardataires, y compris les noms à forte valeur ajoutée tels que Berkshire Hathaway(dirigée par Warren Buffett et Charlie Munger) , qui est en baisse de 22% cette année. Le fait est que, comme cette course de ressources qui prend fin en 2008, personne ne sait ce que l’avenir nous réserve.

Tout cela peut être évité si vous transformez les attentes que vous placez sur votre conseiller d’essayer de battre le marché à la construction d’un portefeuille pour générer un rendement cible conçu pour répondre à vos objectifs spécifiques tout en prenant le moins de risques possible. Ces objectifs peuvent inclure le maintien d’un style de vie particulier à la retraite, la création d’une valeur successorale ciblée ou le financement d’un plan de dons de bienfaisance. L’avantage de l’analyse comparative basée sur les objectifs est qu’elle supprime les préjugés émotionnels tels que la poursuite de la performance.

Quand il s’agit d’utiliser cette approche, regardez comment vous êtes stratégiquement positionné, y compris la diversification mondiale, comment votre portefeuille s’est comporté lors du pire crash depuis 2008 et comment vous êtes sur la bonne voie pour atteindre votre objectif de rendement. Pour ceux qui n’ont pas fait de plan financier, cela peut être une excellente première étape pour aider à déterminer quel devrait être cet objectif dans le contexte des conditions actuelles du marché.

Source : investing

Autres articles à lire

Le « bull-trap » de la décennie ?

administrateur

Renault et PSA à la peine malgré le déconfinement

administrateur

Disney, Uber, Microsoft : 3 actions US à surveiller de près cette semaine

administrateur

Taxe sur les comptes-titres et la déclaration fiscale 2020

administrateur

La stat en pivot ou pas ? | Trading bourse d’un trader pro actions 7 août 2020

administrateur

La conjoncture française se dégrade beaucoup plus profondément que prévu

administrateur