Autres actualités

Le CAC 40 a baissé de nouveau face aux inquiétudes, à quand le rebond? Par Investing.com

© Reuters.

Investing.com – Le a terminé sa course dans le rouge aujourd’hui avec une baisse de 0,61%. L’indice de la bourse de Paris continue de reculer dans une correction qui dure depuis plus de deux mois.

Les investisseurs restent inquiets de l’impact du ralentissement économique et de la hausse de l’inflation entre autres sur la politique monétaire et sur l’évolution des actions.

Une atmosphère craintive affecte le marché

Les investisseurs restent en proie aux mêmes inquiétudes découlant de la situation du Chinois Evergrande. Ce dernier continue de décevoir alors que son titre a été suspendu sur la bourse de Hong Kong. Le géant de l’immobilier poursuit les tentatives de vente de ses participations dans l’espoir de mettre à disposition les capitaux nécessaires pour couvrir ses obligations.

En outre, les investisseurs s’inquiètent également de la hausse de l’inflation. Celle-ci s’avère ne plus être temporaire comme précédemment annoncé par les banques centrales. Ce qui pourrait les obliger à réduire leurs programmes d’achat d’obligations dans un avenir proche voir de remonter leurs taux directeurs plus tôt que prévu.

L’inquiétude pèse sur les actions du CAC 40

Une plus grande partie des composants du CAC était dans le rouge. STMicroelectronics (PA:) a enregistré la plus forte baisse avec -3,38%, suivi d’Unibail (AS:) -2,55% et d’Airbus (PA:) -2,50%

Du côté des hausses, TotalEnergies (PA:) arrive en première position grâce au développement favorable des prix du pétrole. Le titre a terminé en hausse de 1,97%. Par la suite, ont suivi Carrefour (PA:) +1,63% et Veolia (PA:) +0,94%.

Analyse technique CAC 40

D’un point de vue graphique, la faiblesse du jour n’arrange ni n’aggrave le profil baissier du CAC 40. L’indice de la bourse de Paris est en effet bloqué sous plusieurs lignes de tendance baissières visibles en données horaires, et un retour confirmé au-dessus de 6700-6720 points est nécessaire pour améliorer le profil du CAC 40 sur cet horizon temporel. Avant cela, 6500 et 6600 points sont également des résistances à prendre en compte.

A la baisse, le creux de vendredi à 6412 points et le creux du 20 septembre à 6390 points forme le premier support important à surveiller. Ensuite, le prochain soutiens potentiel sera la moyenne mobile 200 jours, actuellement à 6248 points.

Enfin, soulignons que le résumé technique Investing.com pour le CAC 40 affiche un signal « Vente forte » en données horaires, et à « Vente forte » en données journalières.

Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Source : investing

Autres articles à lire

Beyrouth en état de choc, le bilan de l’explosion dépasse 100 morts Par Reuters

administrateur

Crise des crypto-monnaies en Chine, résultats des détaillants, inflation

administrateur

Les ventes d’Alphabet reculent pour la première fois en 16 ans Par Reuters

administrateur

Les banques pourraient devoir suspendre les bonus pour bénéficier de mesures d’urgence Par Reuters

administrateur

Danone monte, un fonds activiste réclame le départ du PDG Par Reuters

administrateur

Air France va obtenir une nouvelle aide allant jusqu’à quatre milliards d’euros Par Reuters

administrateur