Economie

Le Gaz Naturel a plongé hier face à la perspective d’un automne clément

Le pourrait se trouver en mauvaise posture. Les prévisions actuelles de temps plus chaud, alors que l’automne devrait être de plus en plus froid, pourraient faire dérailler la matière première.

Après trois semaines de gains avec peu d’arrêts, le rallye du gaz a été stoppé par les agences de prévisions météorologiques, en raison des températures plus élevées qu’elles ont prévues pour les jours à venir, ce qui implique de moindres besoins en énergie pour le chauffage.

Le contrat de gaz du premier sur le Henry Hub du New York Mercantile Exchange a chuté de 7,7 % pour s’établir à 2,64 dollars par million d’unités thermiques britanniques mercredi.

Gaz Naturel journalier

Il s’est quelque peu stabilisé lors de la session de jeudi à New York, augmentant de 0,6 % pour s’établir à 2,67 dollars par mmBtu juste après le déjeuner en Asie, ou à 2 heures du matin à l’est des États-Unis (6 h GMT).

Le sentiment a probablement été aidé par l’attente d’un rapport hebdomadaire positif sur le stockage du gaz, attendu plus tard dans la journée de la part de l’Administration américaine de l’information sur l’énergie (EIA).

En avance sur les données de l’EIA, attendues à 16h30, les analystes de l’industrie prévoient que les compagnies américaines ont injecté 55 milliards de pieds cubes en stockage la semaine dernière, après avoir brûlé ce qui était nécessaire pour les besoins en électricité et en chauffage pendant la semaine jusqu’au 9 octobre.

Un rapport sur le stockage vraisemblablement décevant aujourd’hui

Si c’est vrai, ce serait une injection insuffisante, comparée aux 75 milliards de pieds cubes de stockage supplémentaires au cours de la semaine précédente, qui s’est terminée le 2 octobre.

Pourtant, une fois que les chiffres de l’EIA seront connus, les analystes s’attendent à ce que l’attention du marché se porte à nouveau sur la météo dans les jours à venir.

Dan Myers, du cabinet de conseil en risques gaziers Gelber & Associates, basé à Houston, a déclaré dans un courriel adressé aux clients de la société :

“Un temps plus doux est attendu au cours des prochaines semaines.”

“Les prévisions à long terme indiquent un avenir sombre, avec un temps durablement plus chaud que prévu jusqu’en janvier. N’oubliez pas que ces prévisions à long terme sont susceptibles de changer et que de nouveaux développements peuvent survenir. Toutefois, les prévisions actuelles indiquent que des températures plus élevées que prévu dans le Sud pourraient soutenir la demande hivernale à l’avenir”.

La carte météorologique mise à part, la production de gaz dans les jours à venir devrait également être plus élevée avec la remise en service des installations de production sur la côte américaine du Golfe du Mexique après les perturbations causées par l’ouragan Delta.

La production de gaz augmentera après l’ouragan Delta

Selon le Bureau of Safety and Environmental Enforcement, qui dépend du ministère de l’Intérieur, seuls 809 millions de pieds cubes par jour de gaz du Golfe restaient fermés à la date de jeudi. Cela représente près de 30 % de la production du Golfe, en baisse par rapport aux 36 % constatés lundi, qui ont entraîné la fermeture de près de 1 276 mmcfd.

Selon M. Myers :

“La production de gaz va continuer à augmenter régulièrement tout au long de la semaine alors que les opérateurs retournent sur les sites offshore” du Golfe.

La météo, en attendant, ne devrait pas offrir beaucoup d’avantages sur les prix du gaz, selon les relevés de Bespoke Weather Services rapportés par naturalgasintel.com.

Selon Bespoke :

“Une fois de plus, les changements sont dus à un déplacement vers l’ouest en ce qui concerne le placement du froid à venir, ce qui entraîne un impact beaucoup moins important dans les zones clés du Midwest et de l’Est “.

Le Mobius Risk Group est d’accord, disant :

“Si le temps est plus chaud que la normale par une marge beaucoup plus importante que ce qui est actuellement prévu par plusieurs services de prévisions professionnels, le marché devra sans aucun doute répondre aux préoccupations persistantes en matière de stocks, mais la gestion du risque de hausse par l’espoir d’un hiver chaud pourrait s’avérer problématique”.

Un navire coulé perturbe les exportations

Sur le front du GNL, la nouvelle du naufrage d’une barge dans le Calcasieu Ship Channel a anéanti les espoirs d’une reprise rapide des exportations de gaz naturel liquéfié de l’usine Cameron.

Les négociants comptaient sur une augmentation constante des exportations de GNL, en particulier à partir du terminal de Cameron, puisque l’installation était en train d’augmenter sa production à la suite de l’ouragan Delta lorsque l’incident s’est produit.

Cependant, le Corps des ingénieurs de l’armée américaine, les garde-côtes et d’autres travaillent actuellement à l’élimination de trois obstacles dans le chenal maritime du Calcasieu à la suite de l’ouragan Delta. Les équipages devront également déterminer l’importance des hauts-fonds qui ont eu lieu pendant le dernier ouragan avant que le trafic des navires à fort tirant d’eau puisse reprendre. Le dragage était presque terminé dans le sillage de l’ouragan Laura lorsque Delta a atteint la côte le 9 octobre dernier.

Le groupe EBW Analytics a souligné que bien que Sabine Pass ait augmenté sa production et que Cove Point ait retrouvé sa pleine capacité suite à des travaux d’entretien, la barge coulée qui gênait Cameron pourrait compenser en partie cette demande accrue de gaz d’alimentation. “Le marché aura perdu une demande estimée à 1,6 Gpc/j.”

Avertissement : Barani Krishnan ne détient pas de position sur les matières premières ou les titres sur lesquels il écrit dans cet article.

Source : investing

Autres articles à lire

Le Gaz Naturel a dépassé 3$, et maintenant ?

administrateur

L’OPEP se réunit demain, quel impact anticiper sur le pétrole?

administrateur

L’Or bientôt à 1800$ ? Tout dépendra de la fin du confinement

administrateur

Quel sera l’impact du Covid-19 sur le prix du Cacao ces prochaines semaines?

administrateur

Le pétrole est en hausse, le point sur la demande, l’offre et les résultats

administrateur

Pétrole sous 0$ : 5 questions pour comprendre cet événement historique

administrateur