Autres actualités

Le groupe Air France prévoit de supprimer 7.500 postes d’ici 2022 Par Reuters

© Reuters. AIR FRANCE COMPTE SUPPRIMER ENVIRON 6.500 POSTES D’ICI 2022

PARIS (Reuters) – Le groupe Air France prévoit de supprimer d’ici fin 2022 plus de 6.500 postes dans la compagnie française et de 1.000 supplémentaires au sein de sa compagnie régionale Hop!, ont déclaré mardi à Reuters trois sources syndicales.

Comme l’ensemble du secteur aérien, la compagnie a pris de plein fouet la crise du coronavirus, qui a cloué pendant plusieurs semaines ses avions au sol en raison des mesures de confinement mises en place par les gouvernements dans le monde entier afin de freiner l’épidémie.

Sur les 6.500 postes supprimés au sein d’Air France, 3.500 le seront via des départs à la retraite non remplacés et le solde via des plans sociaux, ont précisé ces sources à Reuters.

L’essentiel des postes supprimés chez Air France et Hop! concerneront des fonctions support et de maintenance au sol.

La direction n’a pas souhaité pour l’instant commenter ces informations. Elle devrait présenter officiellement ces chiffres aux organisations syndicales lors d’une réunion vendredi.

En mai, le directeur général du groupe franco-néerlandais Air France-KLM (PA:), Ben Smith, avait dit à Reuters que l’entreprise souhaitait surtout recourir à des départs volontaires plutôt que des départs forcés.

Le gouvernement français, qui a débloqué une aide de sept milliards d’euros pour la compagnie face à la crise du coronavirus, avait dit espérer le 18 juin par la voix du ministre de l’Economie Bruno Le Maire qu’il y aurait moins de 8.000 suppressions d’emplois chez Air France.

Le ministre avait aussi qualifié de “ligne rouge” l’éventualité de départs forcés.

“J’avais cru comprendre que ces aides, ces prêts, c’était pour au moins maintenir l’emploi, voire le développer, j’ai l’impression qu’on est parti comme avant (…) des licenciements parce qu’on pense d’abord aux actionnaires”, a déclaré mardi le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, prenant part à une manifestation du personnel hospitalier.

Pour le secrétaire général de Force ouvrière, Yves Veyrier, Air France utilise la crise du coronavirus comme une excuse pour répondre à des défis plus structurels, liés notamment au virage écologique, qui incite à limiter les déplacements par avion pour les courtes distances.

“Il n’y a pas de lien avec la question sanitaire. Il est hors de question qu’on laisse de côté, sur le bord du chemin, toutes celles et ceux qui sont en inquiétude de leur emploi”, a-t-il dit.

(Laetitia Volga et Caroline Pailliez, avec Noémie Olive, édité par Jean-Michel Bélot)

Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Source : investing

Autres articles à lire

Plan de 10 milliards d’euros évoqué pour l’aéronautique, dont 1 milliard pour un fonds d’investissement Par Reuters

administrateur

Wall Street ouvre en hausse à l’approche des annonces de la Fed Par Reuters

administrateur

LVMH débattra en octobre du versement éventuel d’un acompte sur dividende Par Reuters

administrateur

Baisse “en trompe l’oeil” du chômage en France, selon l’Insee Par Reuters

administrateur

Les Etats-Unis arrêtent un essai sur l’hydroxychloroquine Par Reuters

administrateur

GM va fabriquer ses propres moteurs et systèmes d’entraînement pour véhicules électriques Par Reuters

administrateur