Bourse & Actions

Le NASDAQ n’a pas été aussi surévalué depuis 20 ans, correction en vue ?

Cet article a été écrit exclusivement pour Investing.com

Depuis mars, le explose, avec une hausse étonnante de 44,5 %, dépassant facilement le rebond du S&P 500 de 39,4 %. Cette surperformance significative n’est pas surprenante, compte tenu de l’ADN technologique du NASDAQ et du fait que le thème de l’investissement “travail à domicile” a été l’un des plus populaire de l’histoire récente.

Cette forte hausse s’appuie sur une surperformance à long terme qui s’est produite sur de nombreuses années. Mais ce boom a laissé le NASDAQ 100 dans une situation précaire, évalué à son plus haut niveau par rapport au S&P 500 depuis la bulle des dot.com à la fin des années 1990. C’est peut-être un signe des temps, et un aperçu de l’avenir.

Très forte performance

L’indice NASDAQ 100 se négocie à un peu moins de 3,3 fois la valeur du S&P 500. La dernière fois que l’indice s’est négocié à cette valeur par rapport au S&P 500, c’était le 10 mars 2000, exactement deux semaines avant que tout ne se dégrade radicalement. Le NASDAQ 100 a fini par atteindre un sommet le 24 mars 2000, à 4 816, après avoir gagné plus de 300 % au cours des 18 mois précédents, tandis que le S&P 500 a également atteint le même jour un sommet de 1 552,87, après une hausse de 53 % seulement.

Ratio NDX-SPX journalier

Les années qui ont suivi avec l’éclatement de la bulle technologique ont été brutales pour le NASDAQ 100, avec des baisses massives de la valeur de l’indice. Ce ratio est retombé à 1 en octobre 2002 et il a fallu au NDX près de 17 ans pour retrouver le sommet de 2000. Il n’a fallu que 7 ans au S&P 500 pour retrouver les sommets de mars 2000.

Cela ne veut pas dire que l’histoire est sur le point de se répéter avec un effondrement imminent et gigantesque du NASDAQ 100. Cependant, cela montre bien le chemin parcouru par le NASDAQ 100 et son accélération depuis le début de l’année 2020. Entre 2018 et fin 2019, le NASDAQ 100 s’est échangé à un prix environ 2,6 fois supérieur à celui du S&P 500. Au même ratio aujourd’hui, le NASDAQ 100 serait évalué à seulement 8 015, soit 20 % de moins que sa valeur actuelle à la clôture jeudi, en supposant que le S&P 500 n’ait pas baissé en même temps que le NASDAQ.

Sur les épaules des géants de la technologie

Ce n’est pas pour rien que le NASDAQ 100 a connu une forte hausse, des sociétés comme Apple Inc (NASDAQ:), Microsoft Corporation (NASDAQ:), Amazon.com Inc (NASDAQ:), Alphabet (NASDAQ:) et Facebook Inc (NASDAQ:) étant les plus importantes en termes de capitalisation boursière, représentant plus de 40 % de l’indice. En outre, ces cinq titres représentent environ 20 % du S&P 500. Cela signifie probablement que si le NASDAQ connaît des difficultés à l’avenir, le risque de connaître les mêmes difficultés, en raison de la structure des indices eux-mêmes.

Si ces cinq grandes entreprises technologiques restent en vogue, il semble très probable que le NASDAQ 100 continuera à surperformer le S&P 500, poussant cette évaluation relative encore plus haut. Si le marché des titres au détail devait s’essouffler ou si les évaluations devenaient trop serrées, les investisseurs pourraient choisir de commencer à bloquer leurs bénéfices. Cela pourrait être l’élément déclencheur d’une sous-performance du NASDAQ par rapport au S&P 500 à l’avenir.

Il semble que, tout comme le NASDAQ 100 a surperformé à la hausse, il est probable qu’il sous-performe à la baisse. La grande question est de savoir, s’il commence à sous-performer, quelle sera la forme de la correction et quelle sera l’ampleur de la douleur impliquée dans ce processus ? On ne peut qu’espérer que l’histoire ne se répète pas et que la chute ne prenne pas la même forme qu’au début de ce siècle.

Avertissement : Michael Kramer et les clients de Mott Capital détiennent des actions AAPL, GOOGL, MSFT

Source : investing

Autres articles à lire

CAC40 : des signaux contradictoires et un mauvais karma

administrateur

Le « bull-trap » de la décennie ?

administrateur

Le confinement a propulsé les géants de la tech au sommet

administrateur

L’annonce d’un non-déconfinement ne perturbe pas la hausse continue du CAC40

administrateur

Vision pessimiste sur le SP500 !

administrateur

Goldman Sachs s’inquiète du pétrole bon marché… si cher à Donald Trump

administrateur