Placement

Le patron de Wirecard jette l’éponge

Après des mois de controverses, le jeudi boursier noir de Wirecard a eu raison de l’oracle allemand des paiements. Markus Braun a quitté vendredi ses fonctions de PDG du groupe basé près de Munich. Cette décision a été prise « d’un commun accord avec le conseil de surveillance » de Wirecard, précise l’ancienne star du Dax dans un communiqué. Pressenti pour diriger le nouveau département « intégrité, droit et conformité » du groupe à partir du mois prochain, James Freis prend sa direction par intérim.

Le groupe de paiement a vu son cours de Bourse s’effondrer de plus de 60 % jeudi après qu’il a reporté pour la quatrième fois la date de publication de ses résultats. Vendredi matin, le cours dévissait à nouveau de 45 %. Au sein du Bundestag, l’expert financier du groupe parlementaire du parti d’extrême gauche Fabio De Masi, a estimé que le gendarme allemand de la Bourse devait « changer radicalement sa culture de supervision ». Selon le « Handelsblatt », le gouvernement allemand s’inquiéterait aussi de la situation de Wirecard.

Doutes sur un quart du bilan du groupe

Son commissaire aux comptes, EY, n’est de fait pas parvenu à rendre compte de l’existence de 1,9 milliard d’euros, soit un quart de son bilan environ. L’entreprise qui vaut désormais moins de 5 milliards d’euros en Bourse, au lieu de 24 milliards lors de son entrée dans le prestigieux indice DAX en 2018, fait face à des soupçons de falsification de bilan, révélés l’année dernière par le « Financial Times », auxquels est venue s’ajouter une enquête menée par le gendarme allemand des marchés contre son patron pour délit d’initié .

Certains éléments de l’audit donnent à penser que ces soldes sont « faux » et ont été transmis par un tiers « afin de tromper le cabinet d’audit », selon un communiqué publié jeudi par l’entreprise de paiement en ligne. « Le directoire de Wirecard travaille en étroite collaboration avec l’auditeur pour clarifier la situation », indique le groupe allemand.

Recul de moitié

« Pour le moment, il n’est pas exclu que Wirecard soit devenue la victime d’une fraude aux proportions considérables, a précisé son PDG Markus Braun dans une vidéo vendredi. Wirecard AG va porter plainte contre X. » Cette contre-offensive judiciaire ne met cependant pas le groupe à l’abri d’une difficulté majeure à court terme : faute de pouvoir finaliser la consolidation de ses comptes, Wirecard risque de voir résilier dès ce vendredi des prêts d’un montant de deux milliards d’euros environ, a indiqué la société.

L’ancienne star du Dax risque en outre de faire face à une vague de procès intentés par des investisseurs exaspérés après ce krach boursier. La société DWS, qui a investi de manière substantielle dans le groupe de paiement munichois, a indiqué vendredi avoir réduit de 60 % environ ses positions. « Nous analysons la situation et envisageons une action en justice », précise DWS.

« Nous sommes stupéfaits », a déclaré de son côté Ingo Speich, gestionnaire de fonds chez Deka Investments, l’un des dix principaux actionnaires de la société. « Un nouveau départ en termes de personnel est plus urgent que jamais », a-t-il exigé. Voilà qui est fait.

Source : les echos

Autres articles à lire

La BCE ouvre ses bras aux « anges déchus »

administrateur

Le coronavirus est « le plus grand défi de tous les temps » pour l’assurance, juge le Lloyd’s

administrateur

Comment les fonds monétaires ont évité la catastrophe

administrateur

La ruée des grandes entreprises sur le marché obligataire

administrateur

Le monde de la gestion se déchire sur la reprise des grands salons

administrateur

Assurance pertes d’exploitation : bras de fer entre le Crédit Mutuel et les assureurs

administrateur