Economie

Le pétrole est en hausse, le point sur la demande, l’offre et les résultats

La semaine dernière, le marché du pétrole a connu quelques nouvelles positives mineures, avec notamment des signes que la demande pourrait se redresser alors que l’offre a chuté. Mais les nouvelles positives sont limitées et tempérées par les nouvelles négatives.

Dans le même temps, les compagnies pétrolières publiques, qui ont récemment annoncé leurs bénéfices pour le T1 2020, ont donné un premier aperçu de l’impact dévastateur de l’effondrement du prix du pétrole sur l’industrie. Ci-dessous, un regard réaliste sur la situation actuelle de la demande, de l’offre et des actions pétrolières.

1.Demande

Le prix du pétrole a un peu remonté cette semaine, le ayant finalement franchi la barre des 30 dollars.

Pétrole Brent

L’évolution des prix semble avoir été motivée par le fait que certaines régions d’Europe, des États-Unis et d’ailleurs commencent à assouplir les restrictions à l’activité et à la circulation économiques. Les opérateurs ont considéré ces tentatives de réouverture comme des étapes vers la reprise économique et une augmentation de la demande de pétrole. Mais il n’est pas encore clair que les données le confirment.

Aux États-Unis, les stocks d’essence ont diminué la semaine dernière, indiquant une augmentation de la demande d’essence, et les raffineries de pétrole ont augmenté leur taux d’utilisation à 70%, mais ce ne sont là que deux points de données. Au niveau mondial, les raffineries de pétrole ont réduit leur production de 30%, donc une légère augmentation semaine après semaine aux États-Unis pourrait ne pas être significative – en particulier parce que les stocks de pétrole continuent à augmenter.

Même lorsque les entreprises rouvriront, la consommation d’essence sera inférieure à celle de l’année dernière à la même époque, car de nombreuses personnes continueront à éviter les déplacements inutiles, auront moins d’argent à dépenser et, dans une économie en difficulté, le transport des biens et des travailleurs sera moins important.

2.Offre

Un autre facteur de soutien des prix du pétrole est la contraction continue de l’offre.

pétrole WTI

La semaine dernière, la rubrique a examiné les différentes mesures prises par les producteurs de pétrole pour limiter l’offre, mais la situation évolue rapidement. La Russie a traditionnellement tardé à diminuer sa production, même lorsqu’elle s’est engagée à le faire. Il y avait de sérieux doutes quant à sa capacité à respecter les nouvelles réductions qu’elle a promis de faire en mai et juin. Cependant, selon les données de Reuters pour les cinq premiers jours de mai, la production russe de pétrole est tombée à 8,75 millions de bpj (ce chiffre n’inclut pas la production de condensats), ce qui porte la production russe à 9,5 millions de bpj.

La production américaine continue de baisser, mais on ne sait pas exactement dans quelle mesure. Selon l’EIA, la production américaine a encore chuté de 200 000 bpj la semaine dernière pour atteindre 11,9 millions de bpj. Même si la Commission des chemins de fer du Texas a décidé de ne pas réglementer la production de pétrole dans l’État pour le moment, l’organisation estime que la production du seul Texas a déjà chuté d’un million de bpj depuis le début de la crise de la demande.

La baisse de la production est un bon signe pour les prix du pétrole, mais les traders ne devraient pas encore se réjouir de la contraction de l’offre. L’Irak s’est engagé à réduire la production d’un million de bpj, mais il n’a pas encore informé ses clients des réductions d’approvisionnement et n’a pas encore décidé comment les réductions seront réparties entre les sociétés qui exploitent des gisements dans le pays. Des discussions sont en cours avec les compagnies pétrolières qui exploitent les plus grands champs de l’Irak (comme BP PLC (LON:), Exxon Mobil Corp (NYSE:), ENI SpA (MI:) et Lukoil (OTC:)), mais il ne semble pas que la production soit réduite.

Dans la zone de schiste, deux sociétés de premier plan, Diamondback Energy Inc (NASDAQ:) et Parsley Energy (NYSE:), ont récemment indiqué que si le prix du pétrole () atteint 30 dollars le baril, elles pourraient recommencer à augmenter la production en rouvrant des puits fermés et même en fracturant de nouveaux puits.

3.Les actions du secteur

De nombreuses compagnies pétrolières ont publié leurs bénéfices des deux dernières semaines pour le premier trimestre 2020. Sur les 13 semaines du trimestre, seules les 3,5 dernières semaines ont vu les prix du pétrole être extrêmement bas.

Néanmoins, un nombre important de compagnies ont fait état de pertes importantes dans un secteur qui ne voit généralement que des bénéfices. Par exemple, Exxon a déclaré une perte de 610 millions de dollars ; BP a perdu 628 millions de dollars ; Occidental Petroleum Corporation (NYSE:) a déclaré une perte de 2,2 milliards de dollars ; et Marathon Petroleum Corp (NYSE:) a perdu 9,9 milliards de dollars. Des pertes de cette ampleur au premier trimestre indiquent que les compagnies pétrolières vont probablement réduire encore plus leurs dépenses d’exploitation et d’investissement pour tenter d’endiguer la chute des bénéfices au cours des trimestres suivants.

Occidental, par exemple, vient d’annoncer une nouvelle série de réductions des dépenses d’exploitation et d’investissement après avoir procédé à deux coupes en mars. La société a maintenant réduit ses dépenses prévues de 50 % par rapport à ce qu’elle avait précédemment indiqué qu’elle dépenserait en 2020. Une réduction plus importante signifiera moins de développement des futures ressources pétrolières et moins d’approvisionnement de la part de ces compagnies à long terme.

Source : investing

Autres articles à lire

L’Or et l’Argent vont-ils tester leurs récents records cette semaine ?

administrateur

Maïs, Soja, Blé : Quid des céréales et la saison de l’incertitude agricole

administrateur

Pétrole: Les producteurs US pourraient faire dérailler la réduction de production

administrateur

L’Or et le Pétrole profitent de la victoire de Biden et des espoirs de relance

administrateur

Qu’en est-il du trading de Porcs et de Bovins à l’heure du Coronavirus ?

administrateur

Pétrole : La Lybie met des bâtons dans les roues de l’OPEP, l’Iran pourrait suivre

administrateur