Economie

Le pétrole valait 100$ le baril il y a 6 ans, pourquoi le prix a-t-il tant chuté?

Ce 30 juillet marque le sixième anniversaire de la dernière fois où le prix de référence du pétrole brut américain, le WTI, a dépassé les 100 dollars le baril. Six ans auparavant, le WTI avait atteint son sommet historique, le 3 juillet 2008, lorsque le prix au comptant avait dépassé 145 dollars le baril.

Actuellement, le est à peine supérieur à 40 dollars. Quels sont les facteurs qui maintiennent le prix du pétrole à un niveau aussi bas ?

pétrole WTI

Lorsque les prix du pétrole sont bas, on parle souvent d’une surabondance de la matière première, ce qui signifie qu’on en produit plus qu’on n’en consomme. En d’autres termes, l’offre est supérieure à la demande, ce qui fait que les prix baissent. Le pétrole est stocké, et les producteurs doivent demander moins en échange de leur produit. Mais ce n’est pas aussi simple que cela.

Certains consommateurs stockent également

La courbe de l’offre et de la demande n’est pas en corrélation directe avec les prix du pétrole, car les chiffres de la demande sont parfois plus élevés que la quantité réelle de pétrole utilisée. Ces chiffres peuvent être élevés parce qu’ils incluent le pétrole acheté pour être stocké.

Par exemple, la Chine est actuellement l’importateur de pétrole le plus prolifique au monde. Si son économie consomme beaucoup de pétrole, elle en stocke souvent de grandes quantités par l’intermédiaire de son gouvernement et d’entreprises – qui doivent en fin de compte obéir au gouvernement. Comme une quantité importante du pétrole que la Chine pourrait importer au cours d’un mois donné est destinée à l’inventaire (stockage), elle n’accepte pas de payer autant que si elle avait absolument besoin de ce pétrole pour survivre. De même, si la Chine peut obtenir un prix plus bas, elle acceptera probablement d’en acheter davantage pour ses stocks.

Pic pétrolier contre pic de la demande

Une théorie du pic pétrolier, devenue populaire à l’époque, explique en partie la hausse du prix du pétrole en 2008. Cette théorie, popularisée par Matthew Simmons dans son livre Twilight in the Desert en 2006, disait qu’il y avait beaucoup moins de pétrole disponible sous terre qu’on ne le pensait auparavant. En particulier, Simmons soutenait que les réserves de pétrole de l’Arabie Saoudite étaient plus petites que ce qui avait été déclaré. Lorsqu’un produit vital est rare, il devient cher, et le prix du pétrole a donc augmenté. Il s’est avéré que Simmons avait tort.

Aujourd’hui, le pic pétrolier n’est plus une théorie si populaire, mais le pic de la demande l’est. Les prévisions à long terme les plus courantes pour le marché du pétrole indiquent que la demande de pétrole sera beaucoup plus faible dans les prochaines décennies, sur la base des prévisions concernant l’évolution future de l’industrie.

Certains pensent que les véhicules électriques seront la forme prédominante d’automobiles et de camions d’ici 2040 ou 2050, que les énergies renouvelables et les centrales nucléaires rendront la production d’électricité à partir de pétrole et de gaz obsolète et que les plastiques et les engrais seront fabriqués avec moins de pétrole grâce au recyclage et aux nouvelles innovations. Bien que nous ne sachions pas si ces théories se concrétiseront, elles font baisser les prix du pétrole.

Les craintes de récession pèsent sur les prix

Au début de l’été 2008, alors que le WTI était à son apogée, une récession était à portée de main, mais peu de gens l’avaient deviné.

Le prix du pétrole était élevé, en grande partie à cause des promesses d’avenir. Deux mois plus tard seulement, l’économie mondiale a commencé à s’effondrer. Mais le 3 juillet, alors que le brut était à son plus haut niveau, personne ne savait ce qui allait se passer. L’industrie pétrolière, les grands consommateurs de pétrole (comme les raffineries) et les traders étaient complètement aveugles.

En 2018 et 2019, les prévisions économiques faisaient état d’une récession imminente, et ces avertissements étaient généralement fondés sur la crainte d’une guerre commerciale mondiale ou sur l’inversion des courbes de rendement. En fait, c’est une pandémie mondiale et la réaction à la crise sanitaire qui ont finalement provoqué un ralentissement économique au moment précis où personne ne l’avait prévu.

L’OPEP n’est plus le stabilisateur de marché qu’elle était

En juillet 2014, le prix du WTI dépassait encore les 100 dollars, car personne ne croyait vraiment qu’il y aurait un excédent de pétrole produit. Même si le ministre saoudien du pétrole de l’époque, Ali al-Naimi, avait indiqué quelques semaines auparavant qu’il était prêt à voir l’OPEP surproduire du pétrole, on croyait toujours qu’un effondrement des prix ne pouvait pas se produire.

Moins de six mois plus tard, le WTI avait perdu plus de la moitié de sa valeur. Depuis 2016, l’OPEP et son groupe auxiliaire, OPEP+, ont tenté de faire monter le prix du pétrole à plusieurs reprises, mais leurs efforts se sont avérés peu efficaces. Même avant l’épidémie de coronavirus, il semblait peu probable que le pétrole revienne à une cotation à 3 chiffres, malgré les efforts de l’OPEP+.

Les chiffres de la production réelle sont compliqués

Le plus grand changement dans la production de pétrole ces dernières années a été l’explosion de la production de schiste aux États-Unis. Actuellement, les États-Unis produisent environ 11 millions de bpj, et ce chiffre était de 13,1 millions de bpj avant que l’épidémie de coronavirus ne frappe l’économie. À titre de comparaison, les États-Unis ont produit 8,7 millions de bpj (en moyenne) en 2014 ou 5 millions de bpj (en moyenne) en 2008.

Dans le même temps, la production du Venezuela a considérablement diminué, en grande partie parce que le pays n’a pas les moyens de produire son propre pétrole. La production y est tombée à 280 000 bpj, contre une moyenne de 2,3 millions de bpj en 2014 et de 2,34 millions de bpj en 2008.

L’Iran ne produit pas beaucoup, car il est entravé par les sanctions. Ses chiffres sont aujourd’hui de 2 millions de bpj, contre 2,76 millions de bpj en 2014 et 3,88 millions de bpj en 2008.

Dans l’ensemble, le monde produit plus de pétrole aujourd’hui grâce aux nouveaux puits qui ont été mis en service, ainsi qu’aux nouvelles technologies et aux nouveaux rendements. Une crainte qui n’existe pas pour le moment est celle d’une pénurie de pétrole. Ceux qui achètent et vendent du pétrole s’inquiètent plutôt d’un manque de demande, et il en est ainsi depuis le second semestre 2014. C’est pourquoi les prix ne sont pas revenus à trois chiffres.

Mais la meilleure leçon à tirer de ces douze dernières années est la suivante : nous ne pouvons pas prédire l’avenir.

Source : investing

Autres articles à lire

Pétrole: La situation va rester instable, le stockage au centre de l’attention

administrateur

Le rallye du Pétrole va avoir besoin des avions, des trains et des voitures

administrateur

L’intervention télévisée de Larry Kudlow fait grimper le WTI

administrateur

Le Sucre et le Café profitent de la chute du Dollar, nouveaux gains envisageables

administrateur

Donald Trump souhaite acheter 75 millions de barils de pétrole…

administrateur

Le Forex envoie des signaux positifs pour l’Or, explications

administrateur